Encyclopédie Wikimonde

École supérieure en France

Aller à : navigation, rechercher

Les écoles supérieures sont des établissements d'enseignement supérieur qui assurent la formation dans les domaines professionnels qui ne relèvent ni des universités et de leurs facultés, ni de la formation permanente ou en alternance

"L'enseignement supérieur (...) Niveaux d'enseignement. Les formations longues. Il existe en France deux grands types d'établissements permettant de suivre des études supérieures longues : les universités et les écoles spécialisées.

Les universités.
Article détaillé : Université en France.

Les universités françaises sont des établissements publics. (...)

Les écoles supérieures[1].

Les écoles supérieures sont des établissements plus ou moins sélectifs publics ou privés dont l'enseignement prépare à des pratiques professionnelles spécialisées, par exemple dans les domaines des sciences de l'ingénieur, de l'architecture, du commerce et de la gestion, ou encore de la traduction, de l'interprétariat, du journalisme. (...) " Site du Ministère de l'Éducation nationale français.

La dénomination de ces établissements est en général celle d'"école supérieure", ou aussi d'"institut", cette dernière correspondant en général à des formations post-universitaires.

La principale différence entre les écoles et les universités résident dans leurs domaines d'enseignement : les universités ayant traditionnellement vocation à former aux professions de l'enseignant et de la recherche (facultés de sciences, des lettres et sciences humaines et de sciences économiques), ainsi qu'aux professions de santé (facultés de médecine, de pharmacie, d'odontologie, .) et judiciaires (facultés de droit), tandis que les écoles supérieures assurent des formations de base à tous les autres secteurs professionnels.

Un autre élément important est le nombre d'étudiants. En effet, tandis qu'au sein des universités l'accès a une formation générale est un droit pour tout titulaires d'un baccalauréat, les vraies grandes écoles recrutent par concours ou par un examen d'aptitude tandis que les écoles (qui parfois utilisent indument le terme grande école) ont un examen d'entrée plus ou moins fictif et des entretiens plus ou moins sélectifs selon la stratégie commerciale de l'établissement.

Les écoles ont toujours un diplôme qui leur est propre, parfois reconnu par l'État, ainsi qu'une association d'anciens élèves avec un annuaire de ses diplômés.

La plupart des grandes écoles supérieures ont été créées par l'État, d'autres par des municipalités (École de dessin de la ville de Paris, École de chimie de Lyon, Beaux-Arts de Toulouse) ou par leurs chambre de commerce (ESC). Les plus nombreuses sont dues à des initiatives privées.

Admission

Les écoles supérieures recrutent après le baccalauréat, et aussi sur la base d'acquis professionnels (CNAM, EN). La scolarité peut durer d'un à cinq ans. Elles préparent à tous types de diplômes ou certificats, diplômes d'établissement ou diplômes nationaux (BTS, licence professionnelle, master), le cas échéant en convention avec des universités.

Certaines de ces écoles, appelées "grandes écoles", recrutent leurs élèves par concours national sur la base d'un examen reposant sur un programme de très haut niveau qui doit être préparé préalablement pendant deux ans dans une classe préparatoire aux grandes écoles.

Domaines d'enseignement

Il existe des écoles supérieures dans de très nombreux domaines: sciences et techniques, agriculture, arts et architecture, commerce, gestion, informatique, sciences sociales, journalisme et communication, tourisme et hôtellerie, paramédecine.

Durée des études

Beaucoup de ces écoles supérieures assurent des formations longues (Titre IV chapitre II du Code de l'éducation), comme les écoles d'ingénieurs, militaires, de commerce ou de gestion, d'art, d'architecture, etc. Elles comportent, à un point de vue souvent différent de celui de l'université, une activité de recherche fondamentale ou appliquée.

D'autres écoles assurent des formations courtes ou très spécialisées.

D'autres encore, appelées longtemps écoles spéciales ou écoles d'application, assurent une formation post-universitaire, comme les écoles formant aux professions judiciaires.

Sociologie du recrutement

Les grandes écoles présentent de nombreuses différences avec l'université: en particulier le fait d'être restées de petites tailles en termes d'effectif étudiant et d'être beaucoup moins liées à la recherche que les universités.

En dépit des efforts d'ouverture sociale que certaines d'entre elles accomplissent, les élèves issues de milieux favorisés y demeurent très nettement sur-représentés[2]. Les études portant sur l'évolution de leur ouverture sociale[3]constatent une interruption de la démocratisation de l'accès aux grandes écoles à partir des années 1980, alors que l'université continuait, en parallèle, à se démocratiser[4] et une absence presque totale de démocratisation depuis 1950 pour les plus prestigieuses d'entre elles[5].

Histoire des écoles supérieures

Avant la Révolution française

C'est sans doute avec la création du Collège royal de Paris en 1530, sur le modèle du Collegium Trilingue de Louvain créé en 1517 et inspiré par Érasme, afin de permettre la fondation d'un certain nombre de chaires dont l'Université ne voulait pas, qu'il faut faire commencer l'histoire des grandes écoles, ou plutôt l'histoire d'une rivalité entre écoles et universités.

Ensuite apparaissent des écoles d'officiers militaires, telles que les Écoles de l'artillerie créées à la suite de l'École des officiers de l'artillerie de Douai (1679). D'autres écoles spéciales militaires, qui seront appelées plus tard grandes écoles, ont été créées au milieu du XVIIIe siècle pour fournir le personnel technique de haut niveau (les ingénieurs) dont l'État avait besoin.

L'ancêtre de l'école normale supérieure, de son côté, a été créée peu avant le concours de agrégation, sous le nom de séminaire philologique, au Collège Louis le Grand, pour former rapidement le personnel enseignant capable de prendre la relève des jésuites[6] qui au moment de leur expulsion en 1763 tenaient environ 120 collèges.

Création des premiers concours scientifiques pour l'entrée dans les corps techniques militaires (Génie, Artillerie, Marine). Création d'écoles de formation des officiers techniques et des ingénieurs de l'État. École des ingénieurs-constructeurs des vaisseaux royaux (ENSTA ParisTech) 1741, École royale des ponts et chaussées 1747, École royale du génie de Mézières 1748, École des mines de Paris 1783). Création d'écoles royales militaires pour nobles boursiers préparant l'entrée dans les corps techniques militaires. L'École d'Arts et Métiers est fondée en 1780 par le Duc de La Rochefoucauld.

La Ière République et l'Empire

Certains des grands acteurs de la Révolution française tels Napoléon Bonaparte (école de Brienne), Condorcet, Lazare Carnot (école du génie de Mézières) en sont issus. Ce dernier avec Gaspard Monge, un mathématicien, a créé en 1794 l'École polytechnique, presqu'en même temps qu'était créée l'École normale (future École normale supérieure de la rue d'Ulm) par Lakanal. Dans la même logique, les anciennes facultés de médecine et de droit seront rétablies comme des école de droit et École de médecine, indépendantes de l'université.

En 1794 : Création de trois grandes écoles[7] :

Antoine-François Fourcroy, dans son Rapport fait à la Convention sur l'organisation des écoles destinées aux divers services publics du 30 vendémiaire an IV, définit la doctrine de l'École spéciale qui pour Thuillier[8] vaudra aussi pour tous les projets d'ENA jusqu'en 1945 : « il est nécessaire que les sujets admis dans ces écoles y soient dans un nombre correspondant au besoin du service, qu'ils se consacrent dès leur entrée dans cette carrière à servir l'État ».

La loi qui organise les écoles de services publics du 30 vendémiaire an IV en fixe la liste suivante:

La loi Daunou sur l'organisation de l'instruction publique du 3 brumaire de l'an IV établit, outre les écoles primaires et les écoles centrales, des écoles spéciales destinées à l'étude de:

  • l'astronomie
  • la géométrie et la mécanique
  • l'histoire naturelle
  • la médecine
  • l'art vétérinaire
  • l'économie rurale
  • les antiquités
  • les sciences politiques
  • la peinture, la sculpture et l'architecture
  • la musique

ainsi que des écoles pour les sourds-muets et pour les aveugles-nés.

Seules les écoles de santé et les écoles d'économie rurale vétérinaire seront créées. Une École spéciale des langues orientales est également créée[réf. nécessaire].

L'École polytechnique organise le recrutement par concours et la formation préalable des ingénieurs de l'État, en amont des écoles d'applications (École des Ponts ParisTech, Mines ParisTech, École du génie et de l'artillerie de Metz, École de la marine, École du génie maritime, École spéciale de géographie et de topographie).

L'École normale forme les professeurs des écoles centrales.

  • La loi générale sur l'instruction publique du 11 floréal de l'an X crée les lycées, maintient les écoles spéciales existantes et institue :
    • dix écoles de droit,
    • trois nouvelles écoles de médecine,
    • quatre écoles d'histoire naturelle, de physique et de chimie,
    • deux écoles spéciales pour les arts mécaniques et chimiques,
    • une école de mathématiques transcendantes,
    • une école spéciale de géographie, d'histoire et d'économie publique,
    • une quatrième école des arts du dessin.

Elle crée également :

La loi di 10 mai 1806, relative à la formation d'une Université impériale et le décret du 17 mars 1808 fixant son organisation remettent en cause le développement des écoles spéciales au profit de la mise en place d'un système universitaire centralisé organisé selon les trois grades des anciennes universités (baccalauréat, licence, doctorat), déjà rétabli dans les écoles de droit. Les écoles de droit et de médecine sont transformées en facultés alors que les écoles de services publics restent en dehors de l'Université.

Article connexe : Grande école.

Restauration

Second Empire

Troisième République

IVe et Ve République

Création des Instituts d'études politiques (IEP) à partir du modèle de l'École libre des sciences politiques, qui est nationalisée et devient l'Institut d'études politiques de Paris.

Transformations des instituts universitaires en école nationale supérieure d'ingénieurs, création du concours commun des ENSI. Élévation du nombre d'année d'enseignement dans les Écoles nationales d'arts et métier (cursus en 4 ans après un baccalauréat technologique). La durée de la formation dans les écoles d'ingénieurs et de commerce se généralise à 3 ans (après les deux années de classes préparatoires).

Développement d'écoles supérieures d'enseignement technique post-bac

Concours commun Supélec-SupOptique (1957), concours commun Centrale Paris-Centrale Lyon (1962) puis concours Centrale-Supélec.

  • 1965 : Création du CELSA (Centre d'études littéraires et scientifiques appliquées devenue par la suite École des Hautes Études en Sciences de l'Information et de la Communication) au statut particulier car autonome mais intégrée à la Sorbonne.
  • 1966 : Création des instituts universitaires de technologie (IUT)
  • 1968 : Création du statut d'institut national polytechnique
  • 1970 : Création de l'École nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA ParisTech) par regroupement de 4 écoles d'application de l'X :
    • École nationale supérieure du génie maritime (fusion de 3 écoles en 1960: (École d'application du génie maritime, École des ingénieurs de l'artillerie navale (1910)),
    • École d'application de l'artillerie navale (1910),
    • École nationale supérieure des poudres (1900),
    • École nationale supérieure de l'armement (1936),
    • École des ingénieurs hydrographes de la marine) et création du concours commun Mines-Ponts.
  • 1996, les classes préparatoires commerciales passent à deux ans.
  • 1974 : Les Écoles nationales d'arts et métiers, (transformées en ENSAM en 1963, et Arts et métiers ParisTech aujourd'hui), passent au cursus en 3 ans, après 2 ans de préparation.

Généralisation des concours communs.

Panorama des écoles supérieures en France

Le système français d'enseignement supérieur, formé des classes préparatoires et les grandes écoles et dont la scolarité est sanctionnée par un diplôme d'établissement demeura pendant très longtemps sans équivalence reconnue dans le système des grades universitaires nationaux. Ce n'est qu'en 1999, à l'occasion de la création du grade de master, que l'ensemble des titulaires d'un diplôme d'ingénieur, ou d'un diplôme de fin d'études d'un IEP et de certaines écoles de commerce, se voient décerner un diplôme valant comme grade universitaire.

Un certain nombre d'écoles supérieures, celles qui préparent aux grands corps de l'État,[réf. nécessaire] sont traditionnellement considérées comme les grandes écoles.

Article connexe : Grandes écoles.

Sciences et techniques de l'ingénieur

Article détaillé : Formations d'ingénieurs en France.

Plus de 88 écoles supérieures scientifiques recrutent majoritairement sur un des concours préparés au sein des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) scientifiques (MP, PC, PSI, PT, TSI, BCPST, TB):

D'autres écoles recrutent directement après le baccalauréat telles que les Écoles nationales d'ingénieurs (ENI), les Instituts nationaux de sciences appliquées (INSA), les Universités de technologie et l'École supérieure d'ingénieurs en électronique et électrotechnique (ESIEE), Amiens et Paris.

Enfin, mentionnons le Conservatoire national des arts et métiers, grand établissement d'enseignement supérieur et de recherche, membre de la Conférence des grandes écoles, qui délivre le titre d'ingénieur.

51,5 % des ingénieurs diplômés en 2003 étaient issus des classes préparatoires aux grandes écoles (61 % en 1993) (sources: [2])

L'article Écoles d'ingénieurs en France donne la liste de l'ensemble des écoles d'ingénieurs quel que soit leur mode de recrutement.

Lettres

Quatre écoles supérieures recrutent sur un des concours préparés au sein des classes préparatoires aux grandes écoles littéraires :

Management, commerce et économie

Article détaillé : École supérieure de commerce.

Elle recrutent majoritairement sur un des concours soit préparés au sein des classes préparatoires aux grandes écoles économiques et commerciales (voies scientifique, économique, technologique), soit accessibles aux bacheliers.[réf. nécessaire]

Actuellement, la majorité des élèves des écoles supérieures de commerce sont admis par un concours parallèle (réservé aux titulaires d'un BTS, d'un DUT ou d'une licence ), 35 % des élèves étant issus des classes préparatoires.[réf. nécessaire]

Spécifiquement pour les sciences économiques, l'École nationale de la statistique et de l'administration économique recrute à partir des CPGE scientifiques, et forme des économistes.

Écoles d'administration publique civile ou militaire

École d'administration de la France d'Outre-Mer, commissariat à la marine, ..

Article détaillé : Écoles d'administration.

Écoles de sciences politiques

Les instituts d'études politique, qui servaient à l'origine de préparation aux écoles supérieures d'administration, sont des grand établissement liés à des Universités, sauf l'Institut d'études politiques de Paris.

Article détaillé : institut d'études politiques.

Instituts universitaires

Les textes réglementaires réservent le terme école supérieure aux établissements d'enseignement supérieurs qui ne sont pas des composantes des universités.

Institut d'administration des entreprises (IAE)

Écoles militaires d'application

Article détaillé : Écoles militaires.

Écoles des professions de santé

Article connexe : Faculté de médecine.
Article connexe : École dentaire.

Écoles des professions juridiques

Comprend la formation des avocats, des magistrats, des notaires, etc.

Article connexe : Faculté de droit.

Instituts catholiques universitaires

En France, l'article L731-14 du Code de l'éducation[9] stipule que « Les établissements d'enseignement supérieur privés ne peuvent en aucun cas prendre le titre d'universités. ». Bien qu'ils délivrent des diplômes d'État, il n'existe en France aucun établissement d'enseignement supérieur privé qui puisse se qualifier d'université en raison de cette législation. On dénombre 5 établissements catholiques d'enseignement supérieur historiques:

Toutefois depuis 2004 l'UNFL (Union des nouvelles facultés libres) regroupe 6 instituts catholiques d'études universitaires récents :

  • Institut catholique d'études supérieures
  • Faculté libre de droit, d'économie et de gestion
  • Faculté libre de philosophie et de psychologie
  • Centre d'études philosophique
  • Institut des relations publiques et de la communication
  • Institut catholique de Rennes

Écoles supérieures d'art

Écoles d'arts graphiques, décoratifs ou d'arts appliqués

Article détaillé : Écoles d'art en France.

Écoles d'architecture

Écoles de musique et de danse

Autres écoles

Article détaillé : études supérieures en France.

Relation des écoles supérieures avec les centres de recherche et développement et les entreprises

Dans un bassin d'emploi territorial, les relations entre les grandes écoles ou les universités, les centres de recherche et développement, et les entreprises peuvent être organisées dans le cadre de Pôle de compétitivité (France), par des projets d'intelligence économique territoriale.

Notes et références

  1. Cette notion est informelle et ne repose sur aucun texte réglementaire ou législatif cadre : elle n'existe pas dans la IIIe partie du Code de l'Education
  2. 67,1 % des chefs de famille d'élèves de grandes écoles sont cadres supérieurs, alors qu'ils ne sont que 15,7 % dans la population totale, cf.Origine sociale des élèves : ce qu'il en est exactement - Conférence des Grandes Écoles, juin 2005
  3. Diversité sociale dans les classes préparatoires aux grandes écoles : mettre fin à une forme de « délit d'initié », rapports d'information auprès du Sénat [1]
  4. « Les inégalités sociales d'accès aux grandes écoles », Valérie Albouy et Thomas Waneck, Revue « Économie et Statistiques » n° 361, 2003
  5. compte tenu de leur importance respective dans la société française, les jeunes d'origine populaire vers 1950-1955 avaient 24 fois moins de chances que les autres d'être dans l'une de ces quatre grandes écoles [ENA, ENS, HEC, École polytechnique]. Aujourd'hui ils en ont 23 fois moins (...). Pour le dire en une phrase, l'inégalité de présence et, sans doute, d'accès à l'université s'est beaucoup réduite, l'inégalité d'accès aux grandes écoles prestigieuses est restée stable ou a décru légèrement. in « Le recrutement social de l'élite scolaire en France. Évolution des inégalités de 1950 à 1990 », Michel Euriat, Claude Thélot, Revue française de sociologie, 1995.
  6. Pour Léon et Roche [2005, p.34] « l'expulsion [des jésuites] est le fait d'une coalition formée par l'Université, les parlements et les jansénistes »
  7. Ecoles de l'an III
  8. Thuillier, 1983, p.30
  9. article L731-14 du Code de l'éducation

Bibliographie

  • Yves-Marie Abraham, « Du souci scolaire au sérieux managérial, ou comment devenir un HEC », Revue française de sociologie, n° 48-1, janvier-mars 2007, p. 37-66.
  • Jacques Attali, 1998, Pour un modèle européen d'enseignement supérieur (Lire en ligne)
  • Olivier Basso, Philippe-Pierre Dornier, Jean-Paul Mounier, Tu seras patron mon fils ! Les grandes écoles de commerce face au modèle américain, Paris, Village Mondial, 2004.
  • Michel Bauer et Bénédicte Bertin-mourot, Les 200 en France et en Allemagne. Deux modèles de détection, sélection, formation des dirigeants de grandes entreprises, Paris, CNRS/Heidrick and Struggles, 1992.
  • Denys Cuche, “La fabrication des ‘Gadz’arts'. Esprit de corps et inculcation culturelle chez les ingénieurs Arts et Métiers, Ethnologie française, 1988, XVIII, 1. p. 42–54
  • André Grelon, « Le développement des écoles de commerce en France (1800-1914) et les relations avec les formations d'ingénieurs », in Monique de Saint Martin, Mihai Dinu Gheorghiu (dir.), Les Écoles de gestion et la formation des élites, Paris, MSH, 1997, p. 15–33.
  • Gilles Lazuech, « La question de la formation des « managers » dans les écoles de commerce et d'ingénieurs en France depuis le début des années 80 », in Monique de Saint Martin, Mihai Dinu Gheorghiu (dir.), Les écoles de gestion et la formation des élites, Paris, MSH, 1997, p. 203–222.
  • Gilles Lazuech, L'exception française. Le modèle des grandes écoles à l'épreuve de la mondialisation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999.
  • Henri Le More, « L'invention du cadre commercial : 1881-1914 », Sociologie du travail, n° 4, 1982, p. 443–450.
  • Léon A., Roche P., Histoire de l'enseignement en France, Puf
  • Philippe Maffre, Les Origines de l'enseignement commercial supérieur en France au XIXe siècle, Paris, université Paris-I, thèse de doctorat, 1983.
  • Marc Meuleau, Les HEC et l'introduction du management en France, Paris, Université Paris X- Nanterre, thèse d'État, 1992.
  • Pierre Mounier-Kuhn, L'informatique en France, de la seconde guerre mondiale au Plan Calcul. L'émergence d'une science, Paris, PUPS, 2010. (ISBN 978-2-84050-654-6)
  • Marc Nouschi, HEC. Histoire et pouvoir d'une grande école, Paris, Robert Laffont, 1988.
  • Monique de Saint Martin, Mihai Dinu Gheorghiu (dir.), Les écoles de gestion et la formation des élites, Paris, MSH, 1997.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).