Encyclopédie Wikimonde

Écoles du Monde Madagascar

Aller à : navigation, rechercher
Écoles du Monde Madagascar
[[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). |frameless |upright=1 |alt=Logo de l’association ]]
Cadre
Forme juridique organisation non gouvernementale
But développement de la région de Mahajanga
Zone d’influence Madagascar
Fondation
Fondation 1997
Fondateur Charles Gassot
Identité
Siège Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Président Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Membres Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Site web ecolesdumonde.org

Écoles du Monde Madagascar est une organisation non gouvernementale française, créée en 1997 pour le développement de la région autour de Mahajanga au nord-ouest de Madagascar.

Création

Pendant le tournage d'un film à Madagascar, le producteur Charles Gassot fut frappé par l'immense détresse des populations. Il se rapprocha du père Pedro qui s'occupait des enfants des rues de Tananarive. Le Père lui expliqua que le moyen le plus efficace de l'aider serait de permettre aux paysans de rester dans leurs villages en leur apportant ce qui leur manque : une école pour leurs enfants, l'eau potable, des soins, et le moyen d'arriver à l'autonomie alimentaire.

Charles Gassot créa alors Écoles du Monde, une association dédiée au développement de la zone rurale autour de Mahajanga au nord-ouest de Madagascar.

À la différence d'autres ONG spécialisées dans un seul domaine et qui interviennent dans plusieurs régions, Écoles du Monde (EDM) aborde tous les aspects du développement mais en se concentrant sur une seule région.

L'association fonctionne avec deux salariés et une dizaine de bénévoles à Paris, trois Volontaires de la solidarité internationale et une cinquantaine de salariés malgaches à Madagascar.

Domaines d'intervention

  • L'éducation : Construction ou aide à la construction des écoles, aide au recrutement à la formation et au financement et soutien pédagogique continu aux instituteurs, distribution de fournitures et de matériels scolaires. Construction et gestion d'un pensionnat pour les enfants des villages admis dans le secondaire[1].
  • L'eau et l'assainissement : mise en place d'installations sanitaires et de production d'eau potable[2],[3],[4].
  • La santé et l'hygiène : Présence de médecins, d'infirmiers ; construction de dispensaires, d'infirmeries, planning familial.
  • L'agriculture et l'environnement: Présence permanente de techniciens formateurs, qui assurent conseils et assistance dans les domaines de la riziculture, de l'aviculture et du reboisement[5]
  • L'artisanat : assistance et conseils à la production de broderies.

Réalisations

Ophtolmologiste bénévole à Ambondro.

Au total depuis sa création Ecoles du Monde a réalisé :

  • 12 écoles primaires ;
  • Un Pensionnat accueillant des élèves issus des villages et scolarisés à Mahajanga ;
  • 103 puits équipés d'éoliennes, de pompes à énergie solaire, de pompes à main ou de motopompes ;
  • 85 blocs sanitaires ou latrines dont 20 dans les écoles publiques de Mahajanga ;
  • 25 citernes ou châteaux-d'eau ;
  • 3 greniers à riz communautaires ;
  • Un centre de démonstration agricole ;
  • 70 hectares de reboisement;
  • Formation continue de cadres (instituteurs, sage-femmes, ingénieurs agronomes, puisatiers, techniciens de brousse) ;
  • Aide à la création d'associations de femmes dans chaque village ;
  • Recherche d'activités génératrices de revenus : apiculture, soutien à la commercialisation de la production.

Aujourd'hui, 61 villages ou hameaux sont dynamisés avec 2 500 enfants scolarisés et plus de 12 000 personnes ont désormais accès à de l'eau potable.

Partenaires

L'école du monde est soutenu par une longue liste de partenaires au Madagascar comme en France.

  • Les amis du Père Pedro; Programme solidarité Eau (pS-Eau); le CITE (Centre d'information technique et économique) Madagascar; le Rotary Club de Mahajanga et le Rotary International; Mada Children; Programme germano-malgache pour l'environnement; les agences de l'Eau Seine-Normandie et Méditerranée-Corse, le Syndicat des Eaux d'Île-de-France; l'IRCOD - ALSACE ( Institut Régional de Coopération et de Développement); le Fonds de Solidarité et de Développement Durable du Grand Lyon; l'ENAC (École Aéronautique de Toulouse) , l'Association Manao Ahoana; l'Association des Élèves de l'École des Mines de Douai; les Enseignants d'EPS du Lycée Robert-Doisneau de Corbeil-Essonne; Aidons Écoles du Monde Semur-en-Auxois; Les Amis d'Écoles du Monde Dijon; Fondation Veolia Environnement; Fondation Luciole; Restaurants sans Frontières; SIGES SODEXO; Visa pour Marovasa-Be

Opération 100 briques pour Madagascar

Charles Gassot, fervent amateur d'art contemporain, a eu l'idée en 2011 de demander à 100 artistes de créer une œuvre originale à partir d'un même support : la brique en terre de Madagascar.

De Pierre Soulages à Sempé, de Jacques Monory à Enki Bilal, de Gérard Garouste à Moebius en passant par Bettina Rheims, Bernar Venet ou encore Yann Kersalé… les artistes ont répondu à cet appel[6],[7] en créant chacun une œuvre à partir d'un support unique : une brique en terre ocre de 30 x 15 cm pesant 5 kg. Ces œuvres ont été vendues bénévolement au bénéfice d'Écoles du Monde - Madagascar sous le marteau de Maitre François Tajan à l'espace Artcurial le 28 mars 2011[8]

Références

Lien externe

Cet article « Écoles du Monde Madagascar » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).