Encyclopédie Wikimonde

Église orthodoxe française

Aller à : navigation, rechercher

L’Église orthodoxe française (EOF)[1], est une Église parallèle non canonique se voulant dans la Tradition orthodoxe. L'évêque Martin (Jean-Philippe Laplaud) est à la tête de cette Eglise, « diocèse de Saint-Maximin-La-Sainte-Baume » et l'higoumène (père-abbé) du Monastère Saint-Michel-du-Var. Un de ses prêtres est l'écrivain Jean-Yves Leloup.

Histoire

L'Eglise Orthodoxe Française, a été créée à Paris, en 1975. Elle a alors pour évêque Vigile (à l'état civil Valentin Morales, mort en 2009), « évêque de Paris » dont la succession apostolique provient de l'Eglise Grecque, dite « des Vieux Calendaristes ».

L'évêché eu tout d'abord son siège à Paris, dans l'ancienne paroisse de l'Eglise, fondée dans le 15° arrondissement, et qui sera également le siège de l'association jusqu'en 1990. C'est aussi de cette paroisse que seront issus, en 1981, les premiers moines du monastère Saint-Michel du Var.

L'Eglise Orthodoxe Française est en communion avec l'Eglise Orthodoxe non-canonique d'Ukraine-Patriarcat de Kiev de 1989 à 1996. Depuis l'EOF est privée de la protection d'une grande Eglise Orthodoxe non-canonique.[2]

Organisation

Elle appartient à la « Communion des Églises orthodoxes occidentales », elle n'est pas reconnue par l'Assemblée des Évêques orthodoxes de France. Elle est ainsi hors de toute reconnaissance canonique.

Notes et références

  1. Frédéric Luz, Le soufre & l'encens : enquête sur les Eglises parallèles et les évêques dissidents, C. Vigne, (ISBN 2841930211, OCLC 681486089, lire en ligne)
  2. « Historique de l'Eglise Orthodoxe Française », sur www.eof.fr (consulté le 25 mai 2017)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes