Encyclopédie Wikimonde

Élections régionales allemandes de 2009

Aller à : navigation, rechercher

Les élections régionales allemandes de 2009 ont eu pour objectif le renouvellement des Landtag, assemblées parlementaires fédérées, des Länder de Sarre, Saxe, Thuringe, Brandebourg et Schleswig-Holstein. Pour les trois premiers, le scrutin s'est tenu le 30 aout 2009, moins d'un mois avant les élections fédérales au cours desquelles ont également eu lieu deux élections régionales[1].

Procédure électorale et mode de scrutin

Les Landtag sont les assemblées délibératives des länder (Land au singulier), états fédérés composant la République fédérale d'Allemagne. Les membres de ces assemblées sont élus via un système électoral complexe, prenant la forme d'un système mixte parallèle à finalité proportionnelle, produisant après répartition des sièges un résultat similaire à celui qui pourrait être obtenu avec un mode de scrutin proportionnel plurinominal. Seules les listes ayant franchit un seuil de 5 % des suffrages exprimés à l'échelle du Land sont admis à la répartition des sièges. La durée d'une législature dans les cinq länder dont il est ici question est de cinq ans.

Élections du 30 août

L'enjeu de ces trois scrutins est considérable, puisqu'ils se tiennent à moins d'un mois des élections fédérales du 27 septembre. Donné favorite au niveau fédéral par les différentes enquêtes d'opinion, l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel peut perdre sa majorité dans les Landtage de Sarre et de Thuringe. Probablement écartée du pouvoir sarrois, la CDU peut néanmoins garder le contrôle de la Thuringe en s'alliant à un autre parti[2],[3].

Le SPD, partenaire de coalition de Mme Merkel, peut reprendre les rênes de la Sarre à condition de former une coalition intégrant le parti Die Linke, option jusque là jugée inenvisageable mais qui s'imposera comme une évidence si Oskar Lafontaine, coprésident du parti de gauche et ancien président de la Sarre, parvient à réaliser la percée historique dont le créditent les sondages[4]. En Saxe, en revanche, les sociaux-démocrates ne semblent pas en mesure de s'imposer face à la CDU et à Die Linke, qui l'ont largement devancé lors de la dernière élection de ce Landtag de l'est. Même scénario en Thuringe, où le SPD semble tout de même sur le point d'améliorer sa performance de 14,5 % en 2004, face à une CDU en chute libre mais néanmoins en tête et une gauche forte maintenant ses positions[5].

Ces trois scrutins pouvaient aussi voir la progression des libéraux du FDP et des écologistes de l'Alliance 90/Les Verts, qui s'apprêtent tous deux à réaliser une percée lors des élections fédérales[6].

Sarre

La Sarre.
  • Président sortant : Peter Müller (CDU)
  • Coalition sortante : CDU
Parti Votes Sièges
No. +− % No. +−
  Union chrétienne-démocrate (CDU) 184 537 34,5 % -13,0 19 -8
  Parti social-démocrate (SPD) 131 241 24,5 % -6,3 13 -5
  Die Linke 113 660 21,3 % +19,0 11 +11
  Parti libéral-démocrate (FDP) 49 064 9,2 % +4,0 5 +2
  Alliance 90 / Les Verts (Grüne) 31 516 5,9 % +0,3 3 +0
  Autres 24 774 4,6 % -2,3 - -
Suffrages exprimés 534 792 98,3 % +0,8
Blancs et nuls 9 435 1,7 % −0,8
Participation 544 227 67,6 % +12,1 51 -

Source[7]

Saxe

Article détaillé: Élections législatives régionales de 2009 en Saxe

La Saxe.
Parti Votes Sièges
No. +− % No. +−
  Union chrétienne-démocrate (CDU) 723 000 40,2 % -0,9 58 +3
  Die Linke 370 199 20,6 % -3,0 29 -2
  Parti social-démocrate (SPD) 187 222 10,4 % +0,6 14 +1
  Parti libéral-démocrate (FDP) 178 869 10,0 % +4,1 14 +7
  Alliance 90 / Les Verts (Grüne) 114 984 6,4 % +1,3 9 +3
  Parti national-démocrate (NPD) 100 832 5,6 % -3,6 8 -4
  Autres 122 028 6,8 % +1,5 - -
Suffrages exprimés 1 797 134 98,2 % +0
Blancs et nuls 33 681 1,8 % +0
Participation 1 830 815 52,2 % −7,4 132 +8

Source[8]

Thuringe

Article détaillé: Élections législatives régionales de 2009 en Thuringe

Résultats provisoires[9] :

Parti Votes Sièges
No. +− % No. +−
  Union chrétienne-démocrate (CDU) 329 241 31,2 % -11,8 30 -15
  Die Linke 288 932 27,4 % +1,3 27 -1
  Parti social-démocrate (SPD) 195 353 18,5 % +4,0 18 +3
  Parti libéral-démocrate (FDP) 80 511 7,6 % +4,0 7 +7
  Alliance 90 / Les Verts (Grüne) 64 889 6,2 % +1,7 6 +6
  Parti national-démocrate (NPD) 45 401 4,3 % +2,7 0 -
  Autres 49 874 4,8 % -1,9 - -
Suffrages exprimés 1 054 201 98,2 % +2,3
Blancs et nuls 19 478 1,8 % −2,3
Participation 1 073 679 56,2 % +2,4 88 -

Source[10]

Élections du 27 septembre

Brandebourg

Résultats détaillés[11] :

Parti Votes Sièges
No. +− % No. +−
  Parti social-démocrate (SPD) 458 825 33,0 % +1,1 31 -2
  Die Linke 377 084 27,2 % -0,8 26 -3
  Union chrétienne-démocrate (CDU) 274 774 19,8 % +0,4 19 -1
  Parti libéral-démocrate (FDP) 100 042 7,2 % +3,9 7 +7
  Alliance 90 / Les Verts (Grüne) 78 368 5,6 % +2,0 5 +5
  Parti national-démocrate (NPD) 35 544 2,6 % +2,6 0 -
  Autres 4,6 % 0 -6¹
Suffrages exprimés
Blancs et nuls    
Total
( %)
   

1 : lors de l'élection précédente, l'Union populaire allemande (DVU, extrême droite) avait obtenu six élus avec un score de 6,1 % des voix.

Schleswig-Holstein

Résultats détaillés[12] :

Parti Votes Sièges
No. +− % No. +−
  Union chrétienne-démocrate (CDU) 503 592 31,5 % -8,6 34 +4
  Parti social-démocrate (SPD) 406 215 25,4 % -13,2 25 -4
  Parti libéral-démocrate (FDP) 238 568 14,9 % +8,3 15 +11
  Alliance 90 / Les Verts (Grüne) 198 563 12,4 % +6,2 12 +8
  Die Linke 95 238 6,0 % +5,2 5 +5
  Fédération des électeurs du Schleswig-du-Sud (SSW) 69 438 4,3 % +0,7 4 +2
  Parti pirate allemand (PPD) 28 740 1,8 % +0,5 0 +0
  Autres 0 =
Suffrages exprimés
Blancs et nuls    
Total
( %)
  95 +26

NB : la SSW bénéficie d'un statut particulier de parti représentant une minorité ethnique et n'est à ce titre pas concernée par le seuil d'accès à la représentation parlementaire de 5 % des voix.

Références

Voir aussi

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).