Encyclopédie Wikimonde

Émilie Noteris

Aller à : navigation, rechercher
Cet article a été automatiquement importé, son contenu peut être sujet à caution.

Le contenu des articles engage uniquement la responsabilité de leurs auteurs (visibles dans l'historique).

Vous pouvez modifier l'article pour l'améliorer directement ou retirer ce bandeau si l'article vous semble correct (en supprimant la ligne {{Article importé}}). Si l'article est trop problématique, il peut être supprimé en retirant tout son texte et en expliquant le motif dans la zone « Résumé » de la page de modification.

Émilie Notéris est une écrivaine française, née en 1978. Elle est diplômée de l'EnsaD Paris, où elle a suivi les enseignements d'Art-espace[1].

Émilie Notéris s'intéresse à de nombreux sujets et a mené des projets dans divers domaines. Elle est auteur de science-fiction (Cosmic Trip, 2008. Sequoiadrome, 2011) et d'essais (Fétichisme Postmoderne, 2010). Elle a aussi effectué de nombreuses traductions[1] notamment dans le cadre du festival Mode d'Emploi, organisé à Lyon par la Villa Gillet, dont elle coordonne les traductions depuis 2014. Elle dirige aussi la collection Littérature étrangè®e pour les éditions è®e.

Entre 2009 et 2011, Émilie Notéris a été membre de la revue TINA (There is no alternative), revue consacrée à la littérature, aux sciences-humaines et sociale et à l'art. Elle a notamment dirigé le numéro 8 de la revue, publié en 2011, consacré aux questions de genre et valorisant les voix queer et féministes dans la science-fiction et l'écologie[2].

En 2015, en résidence à la librairie parisienne Villette & co., consacrée aux ouvrages traitant du féminisme, de l'homosexualité et des questions de genre, Émilie Noteris a dirigé le projet FictionnELLES[3]. Durant 10 mois, une réflexion a été menée sur la place de la femme dans la littérature. FictionnELLES consiste à promouvoir des textes d'écrivaines francophones ayant publié de 1960 à nos jours et réfléchir à leur travail de création et de recherche. A l'issue de ce projet, Émilie Notéris a écrit un ouvrage de fiction inspiré des expérimentations et interventions ayant eu lieu tout au long de la résidence.

En 2015, elle a également participé à l'écriture d'un ouvrage collectif consacré à la série Game of Thrones. Dans cet ouvrage, des auteurs donnent leur point de vue sur la série et ce qu'elle signifie par rapport au monde contemporain et à la fiction. Émilie Notéris y questionne particulièrement l'attention du spectateur de la série, et la manière dont on le pousse à la regarder autrement[4].

Elle prépare actuellement un ouvrage dédié à la science-fiction et à la théorie Queer[5].

Œuvre littéraire

Blueblueskaï, autopublication, juillet 2007 (300 exemplaires)

CosmicTrip, édition IMHO, collection ET HOP, 128 p., octobre 2008

J.G Ballard, Hautes altitudes, édition è®e, 224 p., novembre 2008

Alim., édition IMHO, collection ET HOP, 88 p., septembre 2010

Fétichisme post-moderne, édition La Musardine, 196 p., novembre 2010

Séquoiadrome, édition Joca Seria, 144 p., janvier 2011

Game of Thrones, série noire, édition Les prairies ordinaires, 192 p., avril 2015

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Émilie Notéris - bio
  2. Joachim Benet, « Emilie Notéris, Vanessa Place, Louise Desbrusses (dir.), « Gender surprise », TINA, 8, 2011 », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne)
  3. Lancement de la résidence d'écrivaine d'EMILIE NOTERIS "fictionnELLES" à Violette and Co, en présence de LOLA LAFON, CATHERINE DESCHAMPS, MELANIE GOURARIER et RACHEL EASTERMAN-ULMANN - 19h - Violette and Co votre librairie en ligne
  4. (fr) « « Game of Thrones » : philo de la décapitation », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  5. Émilie Notéris - formes courtes
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 163 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).