Encyclopédie Wikimonde

Épidémies durant les années sombres au Québec

Aller à : navigation, rechercher

Dans les environs de 1885, durant la crise économique du Québec durant les années sombres, les conditions ouvrières étaient mauvaises et avaient effet sur la condition de vivre des Québécois. La mauvaise hygiène est la cause des épidémies qui ont atteint la population québécoise. Les infrastructures sanitaires ne comblent pas les besoins élevés de la population, car à cause de l’urbanisation celle-ci est assez haute. Cela cause la mauvaise hygiène des citadins, ce qui sera l’apparition des épidémies comme la variole, le choléra, influenza et autres.

Variole

De toutes les provinces, c’est le Québec qui souffrit historiquement le plus de la variole. La variole toucha certaines villes et causa plusieurs victimes. La vaccination est devenue obligatoire en 1885, pourtant il y avait des médecins qui refusaient de vacciner car ils n’étaient pas toujours aptes à bien vacciner et leur technique propageait parfois encore plus la maladie. Il y eut même une émeute à Montréal par la population terrifiée, le 28 septembre 1885. Après que la variole prit 3164 vies, les gens se calmèrent et se plièrent aux conseils des autorités. Grâce à la vaccination, la variole cessa de se propager. Au Québec, l’isolement des malades, la vaccination obligatoire et l’amélioration des conditions sanitaires empêchèrent l’éclosion d’autres épidémies varioliques.

Choléra

Le choléra asiatique dévasta l’Europe en 1831. Celui-ci arriva par bateau en 1832, malgré les précautions prises par le gouvernement canadien au Québec. Quand l’épidémie prit fin, elle laissa 3451 morts à Québec et 2000 à Montréal. Elle s’étendit à d’autres villes canadiennes hors de la province pour y faire plus de victimes. Pourtant, dans les années 1880, seulement quelques éclosions sporadiques de choléra réapparurent.

Influenza

Il y eut quatre épidémies d'influenza au XIXe siècle : 1830-32, 1836-37, 1847-48 et 1880-90. Chacune dura de 6 à 8 semaines. Des complications pulmonaires en 1880-90 emportèrent un plus grand nombre de malades que les autres épidémies où a peu près une personne sur mille mourait.

Sources

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).