Encyclopédie Wikimonde

Éric de Haynin

Aller à : navigation, rechercher

Éric de Haynin de Bry[Note 1], dit le Prince de Haynin, est connu pour avoir coanimé (avec Supernana) des émissions radios sur la radio française Skyrock.

Biographie

Présenté par Laurent Petitguillaume à Supernana en 1993, il n'a pris le titre de Prince que pour ses émissions et deviendra un invité récurrent de l'émission de Supernana sur Skyrock, jusqu'à devenir son coanimateur avant de la remplacer. Banquier, il prend un congé sabbatique de deux ans, travaille comme salarié pour la radio et écrit une biographie de Louis de Rohan. En février 1996, Supernana quitte Skyrock mais le Prince de Haynin continue l'animation radio.

Les auditeurs de Skyrock appréciaient le Prince pour ses frasques, sa faconde, son érudition, son côté folklorique assumé. Il improvisait à la radio des "fanfares" avec des nasillements et des borborygmes. Qui va garder mon crocodile cet été ? du groupe Ottawan et Le Bal Masqué de la Compagnie Créole sont ses chansons préférées.

Il aimait qu'on l'appelle Son Altesse sérénissime le Prince de Haynin, et aimait décliner son nom et ses titres de noblesse : Éric Othon Goliath, Prince de Haynin d'Amancey du Saint Empire romain germanique, Marquis du Kernavarlen, Grandglise, Baron d'Hamelincourt, d'Amfroipret, de Bry, et arborait un grand écu regroupant en neuf quartiers les armoiries de toutes les familles Haynin, Hénin et Hennin dont il se disait héritier, ce qui est faux tout au moins en ce qui concerne les princes de Hénin (Maison de Hénin-Liétard, famille éteinte).

La famille française de Haynin portait, dans la 1re moitié du XXe siècle, le patronyme Dehennin ou de Hennin avant son changement de nom en de Haynin de Bry[Note 2]. Cette famille n'a jamais été reconnue par l'ANF comme faisant partie de la noblesse française, elle est d'ailleurs référencée dans l'Encyclopédie de la fausse noblesse et de la noblesse d'apparence[1]. Cela fait d'Éric de Haynin de Bry un vrai faux noble. Interrogé sur sa filiation par deux fois par Jean-Luc Delarue, dans la Grande famille sur Canal+ et dans un "ça se discute" sur France 2 où le comte de Castries fit la remarque de cette génération spontanée, Éric n'a jamais répondu, restant plus qu'évasif et pourtant il est un authentique descendant de la branche du Cornet de la maison de Haynin (voir l'article Maison de Haynin).

Se complaisant dans un humour aussi rétro que noir à affirmer que son frère, Philippe Égon, est cardinal et que "son ancêtre" Philippe de Haynin, baron d'Hamelincourt, était page du roi, en 1678, il noyait les auditeurs dans un flot de détails délirants sur cette pseudo généalogie, tout en menaçant de faire exécuter par sa garde toute personne qui lui déplaisait. Il lui arrivait aussi d'arriver à l'antenne accompagné de gens qu'il disait être de sa famille : le baron Ragondin d'Amour, le comte de Beau-Bizarre, la baronne Marlotte, le Marquis de Carrera. Il est le fils de Princesse Françoise et du Prince Guy. Son "épouse" Sophie-Wilhelmine lui aurait donné deux enfants : le prince Stanislas, et la princesse Sonia qui, mort-née, a fini dans les toilettes !

Œuvre

  • Eric de Haynin, Louis de Rohan : le cardinal "collier", Paris, Perrin, 1997, 355 p., ISBN 2-262-01277-6.

Notes

  1. Eric de Haynin de Bry est le fils de Guy Lucien de Haynin de Bry (lire en ligne), dont l'ascendance jusqu'à Jacques de Hennin époux de Marguerite-Alphonsine Bourdon, fils de Jacques de Hennin auteur de la branche de Boussu (voir l'article Maison de Haynin), est donnée par Philippe du Bois de Ryckholt, Le Parchemin, numéro 181, 1976 (lire en ligne).
  2. Prosper-Constant-Armand de Hennin, grand-père d'Eric de Haynin de Bry, a entrepris après 1945, des démarches auprès du tribunal de Belfort, afin de reprendre pour lui et ses descendants, l'orthographe ancienne du nom de Haynin en y ajoutant le nom de la seigneurie de Bry, qui est celui d'une terre jadis possédé par ses ancêtres, qui en avaient retenu le nom au XVIIIe siècle. À l'appui de cette demande, le demandeur produit une lettre datée du 10 mai 1804, écrite par Prosper Ignace de Hennin, fils d'Ignace Dieudonné, qui signe « de Hennin de Bry ». Le changement de nom « de Hennin » en « de Haynin » lui a été accordé par le tribunal de Belfort dans son jugement du 14.01.1949. L’adjonction du nom « de Bry » lui a été accordée par le même tribunal par jugement du 18.11.1949.

Références

  1. Pierre-Marie Dioudonnat, Encyclopédie de la fausse noblesse et de la noblesse d'apparence, Tome 1, Sedopols, Paris, 1976, p. 182 : "de HAYNIN de BRY : Inconnue des répertoires nobiliaires."

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Cet article « Éric de Haynin » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).