Encyclopédie Wikimonde

État SS de Bourgogne

Aller à : navigation, rechercher
SS-Staat Burgund
(fr) État SS de Bourgogne

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 676 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). – Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 676 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

[[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 676 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).|border| 110px|Drapeau]] [[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 676 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).| 88px|Blason]]
Description de cette image, également commentée ci-après
Frontières probables de l'État SS de Bourgogne superposées à la France actuelle.
Informations générales
Capitale Nancy ou Dijon
Langue français (maternel), allemand (officiel)
Religion Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 676 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Monnaie Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 676 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Superficie
Superficie 221 219 km2

L'État SS de Bourgogne (en allemand SS-Staat Burgund), ou Ordre bourguignon (en allemand Ordenstaat Burgund, en référence à l'Ordre teutonique), est un projet d'État vassal de l'Allemagne nazie envisagé par les dirigeants du Reich durant la Seconde Guerre mondiale. Il faisait partie d'une stratégie de fragmentation de la France établie par le Gouvernement national-socialiste allemand.

Genèse

Heinrich Himmler en 1942.

L'idée de la création de l'État SS de Bourgogne était principalement soutenue par Heinrich Himmler, le chef de la SS[réf. nécessaire]. Pour lui, la Bourgogne, ancien centre culturel et économique germanique, avait été réduite à rien de par son annexion à la France. Le nouvel État bourguignon aurait dû être un modèle de réussite du système nazi, nominalement indépendant (disposant de ses propres armée, loi et service postal) mais dirigé par un parti nazi.

La capitale de ce nouvel État aurait été Dijon ou Nancy (rebaptisé Nanzig), et la langue officielle l'allemand — après une période de transition où le français aurait encore été lui aussi langue officielle. L'État SS de Bourgogne aurait couvert la Suisse romande, la Franche-Comté, la Picardie, la Champagne, Nancy, le Luxembourg belge et le Hainaut[réf. nécessaire]. Il aurait aussi dû avoir accès tant à la Manche qu'à la mer Méditerranée[réf. nécessaire].

La création de cet État aurait éliminé toute menace continentale à l'Ouest de l'Allemagne[réf. nécessaire]. Elle aurait aussi permis la colonisation germanique, une note du ministère de l'Intérieur du Reich considérant que les régions qui devaient constituer le futur État bourguignon étaient en réalité allemandes et devaient en conséquence être réintégrées à l'Allemagne. L'idée était de faire revenir la frontière franco-allemande à l'emplacement qui était le sien au Moyen Âge.

En 1942, Hitler déclara que le territoire du Royaume de Bourgogne devrait être rattaché au Reich, preuve de son inconstance face à la proposition de l'État SS bourguignon[réf. nécessaire].

État breton

Hitler évoqua aussi à ses généraux la possibilité de créer un État indépendant breton sous la protection du Reich, mais semble n'avoir eu que finalement peu d'intérêt pour ce projet[réf. nécessaire].

Articles connexes

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).