Encyclopédie Wikimonde

ANJR

Aller à : navigation, rechercher

ANJR ou Association Nationale de la Justice Réparatrice est une association de justice réparatrice, créée par Stéphane Jacquot le 30 novembre 2010[1], suite au meurtre d'un proche. Les parents de François Chenu, un jeune homosexuel assassiné par trois skinheads en septembre 2002 à Reims, s'associent à la création de l'ANJR , après avoir écrit aux condamnés et avoir établi une correspondance avec le plus jeune d'entre eux[2]. Cette démarche a fait l'objet d'un documentaire Au-delà de la haine est un film documentaire réalisé par Olivier Meyrou.

L'association a pour but de développer une médiation entre un auteur d'infractions (crime ou délit) et sa victime après un procès, dans l'objectif de lutter contre la récidive[3].

L'ANJR compte parmi ses administrateurs l'ancienne ministre Christine Boutin, les parlementaires Dominique Raimbourg, Jean-René Lecerf, Serge Blisko et le magistrat Yves Charpenel. Lors des assises de l'Institut national d'aide aux victimes en juin 2012, la Garde des Sceaux , Christiane Taubira, déclare qu'elle souhaite faire progresser la justice réparatrice en France. La justice réparatrice a récemment été intégrée au projet de loi relatif à l'individualisation des peines et renforçant l'efficacité des sanctions pénales[4].

Publications

Notes et références

Articles connexes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).