Encyclopédie Wikimonde

Achille Decock

Aller à : navigation, rechercher
Achille Decock
Description de cette image, également commentée ci-après
Achille Decock

Achille Decock (Courtrai, - Fayt-lez-Manage, ) est un industriel belge.

Biographie

Son père Alphonse Decock, d’origine flamande, était venu installer à La Hestre une petite entreprise de charpente. Achille Decock y travailla, dès ses treize ans, tout en suivant des cours du soir. En 1913 il entre à l’armée pour y faire son service. Il se battra quatre ans dans les tranchées[1], avant de partir en occupation en Allemagne jusqu’en 1920. Achille Decock connaît les besoins du marché belge qui manque cruellement de machines ; comme il est entreprenant et a le sens des affaires, il profite de son séjour forcé en Allemagne pour organiser l’importation de machines à bois vers la Belgique.

De retour au pays, c’est sans doute à son instigation et celle de son frère René que la décision fut prise non seulement de commercialiser mais aussi de concevoir et construire des machines à bois. En 1932 Achille Decock crée avec son autre frère, Adolphe, et l’appui de son épouse Yvonne Grimponprez, une nouvelle entreprise : les « Usines Decock Frères ». Elle sera située rue Brigode à Fayt-lez-Manage. La Seconde Guerre mondiale vient perturber ces projets, mais avec la libération les affaires reprennent et c’est une période faste d’une petite dizaine d’années que va connaître l’entreprise. À cette époque elle occupait environ 80 ouvriers qui travaillèrent par équipes de 3 × 8 heures.

Vers 1952 cependant, de grosses difficultés se font jour : le marché du Congo connaît un fléchissement et les perspectives prometteuses en Amérique du Sud s’éteignent brusquement à la suite d'une hausse importante des droits d’importation. C’est l’époque également où apparaissent des machines concurrentes émanant des pays à main d’œuvre meilleure marché. Les affaires deviennent de plus en plus difficiles.

En 1958 Achille Decock apprend qu’il souffre d’un cancer, une longue maladie qui l’emportera en août 1959. C’est un coup dur pour les Usines Decock Frères. À l’initiative de Jean-Pierre Decock, un rapprochement avait été entrepris avec Fernand Ducuroir, autre constructeur belge de machines à bois. En 1963, les Usines Decock Frères cessèrent leur activité, cédant une partie de la gamme de leurs produits aux établissements Ducuroir qui en continuèrent la production et la commercialisation ; Jean-Pierre Decock y poursuivra sa carrière en tant que fondé de pouvoir jusqu’en 1995.

Notes et références

  1. Son nom est cité dans le journal historique d'Oostende : http://www.vliz.be/imisdocs/publications/139470.pdf

Article connexe

Liens externes

  • [1] (http://peterzwaal.nl/achille-de-cock/)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).