Encyclopédie Wikimonde

Alain-Dominique Gallizia

Aller à : navigation, rechercher

Alain-Dominique Gallizia, né le 15 août 1956 à Neuilly sur Seine, est architecte, collectionneur et mécène. Il est connu pour avoir constitué, depuis 2006, la plus grande collection de graffiti sur toile et l'avoir présentée au Grand Palais, à Paris, pour la première exposition internationale de cet art, en février 2009. Il œuvre à la connaissance de l'art du graffiti, au travers des médias et des expositions-ventes caritatives, et a fortement contribué à la reconnaissance de cet art comme le dernier mouvement pictural important du XX ème siècle

Biographie

Sept siècles d'ancêtres piémontais, dont de nombreux peintres et architectes l'ont conduit au Beaux-Arts et finalement à l'architecture qui comble ses désirs de création et son besoin d'action sociale au sein de la ville, son nouveau territoire. En 1984 il crée son agence, spécialisée dans l'architecture sur mesure des maisons particulières, le plus souvent pour des collectionneurs d'art contemporain.

1990 : Affaire à suivre

Il crée « Affaire à Suivre », première initiative privée de mise à disposition d'immeubles inoccupés offerts aux artistes comme logement et atelier de création, le temps d'obtenir les autorisations de travaux nécessaires à leur rénovation. Antonio Gallego, Jean-Gabriel Massardier seront les premiers accueillis.

1992 : Association Setton

II devient le premier bénévole d'une association caritative, l'Association Setton, créée par Jacky Setton, et animée par la mère, l'extraordinaire Lilly Setton, qui offre des milliers de sacs de couchage bleus aux sans domicile fixe. Lors d'une distribution,Gare du Nord, de ces « sacs de vie » Alain-Dominique Gallizia rencontre enfin, sur les quais, les tagueurs dont les œuvres ornaient depuis longtemps les palissades de ses chantiers. Il découvre alors avec étonnement et enthousiasme la volonté de ces artistes de mettre leur art éphémère sur des toiles à l'abri du temps et de le faire reconnaître par le plus grand public

2005 : La Ruche du Tag

Il achète à Boulogne-Billancourt, un ancien atelier de serrurerie, loft à ciel ouvert, où il projette d'installer son agence et d'y installer quelques œuvres. Le premier artiste, jean-luc Duez, passe et tague « Amour » sur les murs de ce grand wagon à ciel ouvert. Alain-Dominique Gallizia décide d'illustrer ce thème par un tableau et met à disposition des artistes les toiles et les bombes dans ce lieu encore en friche. Marqué par le passage des artistes, ce lieu de rencontre et de création, deviendra la Ruche du Tag.

2006 : La collection « Amour »

Les premiers tagueurs choisiront le format d'une double-toile (60x360)qui sera imposé aux autres en une immense joute artistique à armes égales. Le projet prend de l'ampleur, et intéresse désormais les plus grands maîtres internationaux. Pour la première fois dans l'histoire de l'Art il est demandé à tous les artistes d'un même mouvement de venir en un même lieu, réaliser une œuvre d'un même format et sur un même thème. L'engagement devient réciproque, Alain-Dominique Gallizia met à la disposition son atelier et s'engage à conserver ces œuvres et à les faire connaître et exposer dans les plus grands musées du monde.

2007 : La collection Rammell-Zee

Alain-Dominique Gallizia tisse une amitié sincère avec Rammell-Zee, maître du Graffiti et rappeur célèbre, qui lui donnera pour toujours son surnom : « crazy froggy ». Rammell-Zee a fondé avec J-M Basquiat et Toxic les Hollywood Africans en 1983. Il est un des premiers grands artistes à décider de confier ses œuvres d'époque et de réaliser d'autres œuvres spécialement pour ADG dont il reconnaît le rôle de conservateur de cet art.

2008 : La collection Vintage

Aux œuvres d'époque de rammell-Zee s'ajoutent, dans une même démarche, celles des plus grands maîtres de la scène américaine et européenne des années 70 et 80 (Ali, Fab Five Freddy, Bando, Futura 2000 etc.)

2009 : Le Fonds Gallizia

Un recueil d'esquisses et de dessins complète les collections précédentes et forme désormais le Fonds Gallizia, ensemble de référence du dernier art pictural de la fin du XXème siècle.

Expositions

Tagaugrandpalais
Musée à ciel ouvert, avenue Wagram, mars 2010

Festival CodEx : « L'écriture dans tous ses états »

Pôle « Calligraffiti » Grand Halle de la Villette, Paris 11/12 octobre 2008

Alors que ce festival avait pour but de sensibiliser les 5 – 25 ans à la lecture, les visiteurs pouvaient découvrir une partie de la collection verticale réunissant les pionniers américains et français.

« TAG au Grand Palais »

Grand Palais, Paris Mars – mai 2009

Exposition de la collection Amour : 300 toiles d'artistes du monde entier réalisées sur un même format (une double toile de 180x60cm), un même thème (l'Amour) et réalisées dans un même lieu (l'atelier, la ruche du Tag). L'événement attira plus de 80 000 visiteurs en 5 semaines !

« Un musée à ciel ouvert »

Avenue de Wagram, Paris Mars – juin 2010

Avec le soutien de Laurent Dumas, de la Société Emerige, ce projet permît au « musée de descendre dans la rue » et de toucher directement son public. Des reproductions d'œuvres des plus grands artistes internationaux furent accrochées sur une bâche recouvrant un immeuble en chantier. Durant 3 week-ends, des artistes peignèrent sur place. Ces œuvres furent ensuite vendues au profit de l'association « Paris tout P'tits », œuvrant pour les mères les plus démunies.

« L'Art du Graffiti : 40 ans de Pressionnisme »

Grimaldi Forum Monaco, Monaco Juillet – Août 2011

Sous le haut patronage de Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco, l'exposition célébra les 40 ans du graffiti sur toile sous le nom de Pressionnisme en réunissant plus de 400 œuvres d'artistes de tout pays et toutes générations confondues.

Expositions-vente caritatives

« T.A.G. les lettres de noblesse »

Palais de Tokyo, Paris 13-15 février 2010

Une cinquantaine de toiles a été commandée par SOS RACISME aux plus grands artistes internationaux du Tag et du Graffiti (T.A.G.) sur le thème bien connu « Touche pas à mon pote » toujours porté par l'association. Grâce à la générosité de Marc-Olivier Wahler, directeur général du Palais de Tokyo, le musée a ouvert ses portes afin de faire découvrir cet art aux 5000 visiteurs qui ont pu profiter de l'entrée gratuite. L'événement s'est clôturé par la vente de ces œuvres sous la direction de Pierre Bergé & Associés où 275 000€ ont pu être récoltés au profit de l'association SOS RACISME. Alain Dominique Gallizia, collectionneur et curateur de l'exposition, est venu apporter son concours. Complétant la sensibilisation du grand public à la diversité tant portée par l'association militante qu'incarnée par le T.A.G.

Soutien à l'institut Gustave Roussy

Piscine Molitor, Paris 2008 Organisation d'une vente au profit de l'institut Gustave Roussy, premier centre de soins, de recherche et d'enseignement en cancérologie d'Europe.

Tag & Graffiti : Soutien à l'association « Paris Tout P'tits »

Hôtel Marcel Dassault, Paris 17 novembre 2010

Suite à l'événement unique "Musée à ciel ouvert" à Wagram et avec le concours d'Art Curial. 80 toiles réalisées sur place sont mises en vente au profit de "Paris Tout P'tits" : association de distribution d'aide alimentaire et hygiénique aux bébés de familles démunies.

« Empreintes Urbaines », Soutien à SOS Racisme

Conseil économique et social, Palais d'Iéna, Paris 28-30 mai 2011

A l'initiative de SOS RACISME, 84 grands artistes internationaux de Street Art, réunis autour du thème plus que jamais actuel de « Touche pas à mon pote », exposent leurs œuvres. Grâce à la générosité des artistes de la planète SOS Racisme, cette exposition, a eu pour conclusion une vente aux enchères caritative. Les bénéfices ont été reversés à l'association (trois quarts de la vente seront versés au profit de SOS Racisme, et un quart aux artistes).

Participations aux événements

Fondation Cartier

Exposition "Né dans la rue" Juillet-Novembre 2009

Présentation de la collection à Alain-Dominique Perrin et Hervé Chandès. Conseil de la fondation Cartier pour informations sur les artistes et prêt d'oeuvres d'époque sur toiles.

Affordable Art Fair

Affordable Art Fair, Paris, mai 2010

Halle Freyssinet, Paris 27 – 30 mai 2010 Tour & taxis, Bruxelles 25 – 28 février 2011

Prônant l'art contemporain accessible à tous, AAF est le premier réseau de foires d'art contemporain installées dans près de 10 villes à travers le monde, l'événement a invité Alain-Dominique Gallizia à participer à ses éditions Parisienne et Bruxelloise.

Réunions annuelles du MEDEF

Laurence Parisot étant fan de graffiti, elle invite chaque année Alain-Dominique Gallizia a décoré ses bureaux avec quelques toiles de sa collection.

Collaboration avec la mairie de Beausoleil

Afin de soutenir l'exposition Monégasque : « L'Art du Graffiti : 40 ans de Pressionnisme », la mairie de Beausoleil affichait sur sa façade durant l'été 2011 des reproductions géantes d'œuvre de la collection d'Alain-Dominique Gallizia.

Collaborations

Cobranding avec la bagagerie « Tumi »

En 2011, la marque « Tumi » approche Alain-Dominique Gallizia dans l'idée d'habiller sa nouvelle gamme de valise « Vapor », celui-ci prête alors quelques toiles. Ainsi, les bagages arborent des œuvres du célèbre artiste américain « CRASH ».

Tableau pour le Figaro Madame

Oeuvre de Toxic et Ash.

Tableau pour l'ambassade des Etats-Unis en France : Oui, we can !

M. Rivkin, ambassadeur des Etats-Unis en France, étant fan de graffiti a passé commande en 2010( ?) auprès d'Alain-Dominique Gallizia afin d'acquérir une toile destinée à décorer son ambassade. De la collaboration du célèbre artiste américain « QUIK » et du français « FENX » naîtra alors la toile intitulée « Oui, we can ! » visible dans les bureaux de M. Rivkin.

Bal de la croix rouge

Don d'une oeuvre de graffiti en lot de tombola.

Revues de référence

Fichier:Couverture N° spécial beaux arts éd..jpg
N° spécial sur le "Pressionnisme"
  • Connaissance des Arts

Hors Série, février 2009

  • Tag au Grand Palais

Mars 2009, La rédaction de Connaissance des Arts propose dans ce numéro spécial un recueil d'interview d'Alain-Dominique Gallizia, d'artistes ainsi que de nombreux témoignages sur l'histoire des collections.

  • « La nuit du tagueur »

Nathanaël Fox Editions Riveneuve Préface par Alain-Dominique Gallizia Avril 2011

  • Beaux-arts éditions

Hors série : L'Art du Graffiti : 40 ans de Pressionnisme, Collections Gallizia, 35 pages Juillet 2011 A l'heure du baptême de terme « Pressionnisme », ce numéro spécial reprend l'histoire entière du graffiti en se concentrant sur les styles et les artistes clef qui ont fait vivre et évoluer ce mouvement.

  • Catalogue de l'exposition : L'Art du Graffiti : 40 ans de Pressionnisme

Juillet 2011

Liens externes

Reportages

Article publié sur Wikimonde Plus.