Encyclopédie Wikimonde

Alain Guillaume

Aller à : navigation, rechercher

Le baron Alain Guillaume, né à Uccle (Belgique) le , est un diplomate, écrivain et docteur en théologie de nationalité belge, il a fait des études de droit (Paris) et de sciences politiques (Louvain) ainsi que de théologie catholique à l'université d'Ottawa[1].

Sa famille

Alain Guillaume est le fils du baron Jules Guillaume (1892-1962), Ambassadeur de S.M. le Roi des Belges, et d'Élisabeth Wittouck (1903-1978), de la famille des sucriers belges, descendants de Guillaume Wittouck.

Alain Guillaume est licencié en droit (Paris), docteur en droit (UCL) et docteur en théologie (Université d'Ottawa, faculté de théologie). Entré en diplomatie, après avoir été en poste en Grande Bretagne, Canada, Argentine, France et Inspecteur des Postes, il a été ambassadeur de Belgique en Yougoslavie, aux Pays Baltes et en Irlande,après avoir été chef de délégation belge à la Conférence du désarmement à Genève[2]. Il a terminé sa carrière avec la dignité d'Ambassadeur de S.M. le Roi des Belges.

Il a épousé en 1961 S.A. la princesse Anne-Marie Murat (1936) et ils ont quatre enfants. Le couple habite à Saint-Nom-la-Bretèche.

Leur fille ainée, Elisabeth (1962), épouse de Denis Terrien, a été la coordinatrice de l'édition pour les jeunes "ZEbible".

Leur fille Marie-Célie Guillaume (1969), épouse de Michel Haas, pendant dix ans une proche collaboratrice de Patrick Devedjian, s'est illustrée par la publication d'un roman consacré aux Hauts-de-Seine et à la Sarkozie. (Le Monarque, son fils, son fief, Éditions du Moment, 2012).

L'écrivain

De 2002 à 2004, il a été président de l'ADELF (Association des écrivains de langue française)[3].

Depuis 2003, il est président, puis président du Comité d'Honneur, de l'association AGPV (Amis du Grand Parc de Versailles)[4].

Son œuvre théologique

Il s'est également intéressé au domaine de la théologie. Ce qui l'a le plus intéressé est la question de l'approche de la mort à laquelle il a donné quelques solutions dans son livre Le Détroit de silence. Ce livre cite tout autant l'œuvre d'Elisabeth Kübler-Ross que celle de Jean-Marie Tillard et de Joseph Ratzinger.

En tant que fondateur des Hospitaliers Saint-Luc et auteur du livre Le Détroit de silence, il est l'un des pionniers en Belgique (1986) des soins palliatifs.

Œuvres

Auteur

Préface

Postface

  • Salomé Murat-Chalandon, Marie Murat, une femme éperdue de liberté, Soferic, 2009 (ISBN 978-2-95266214-7) (postface d'Alain Guillaume)

Iconographie

  • Le portrait d'Alain Guillaume par Marie-Thérèse Heyvaert, huile sur toile, 1986, (70 x 60) a été publié dans le livre de Florence Heyvaert, Marie-Thérèse Heyvaert née van der Vaeren (1912-2003) portraitiste, Bruxelles, 2009 (avec préface d'Anne-Michèle Hamesse), p. 188, ainsi que celui de son épouse, même date, mêmes dimensions, p. 189. Voir aussi p. 208, avec photographie de l'artiste.)

Notes et références

Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).