Encyclopédie Wikimonde

Alassane Souleymane

Aller à : navigation, rechercher

Alassane Souleymane est un journaliste malien, né en 1974 à Tondibi (Mali). Titulaire de deux maîtrises en Anglais et en Communication, d’un Diplôme supérieur de Journalisme, il est sorti de l’Ecole normale supérieure de Bamako et du Centre d’études des Sciences et techniques de l’information (CESTI, Université Cheickh Anta Diop de Dakar). Journaliste de terrain, reporter à l’Office de Radiodiffusion télévision du Mali (ORTM) à partir de 2002, il est successivement rédacteur en chef de la radio nationale, directeur de la deuxième chaîne de radio publique avant de connaître une carrière dans l’administration d’état, successivement chargé de mission au Ministère de l’Administration territoriale (2012), conseiller technique au ministère de la Communication (2013), chargé de mission à la Primature et Conseiller à la Communication du Premier ministre Modibo Keita (2016). 

Sur le plan professionnel, il a présenté le grand journal télévisé à l’ORTM de 2004 à 2012, animé l’émission télévisée  Itinéraires avec l’ANPE,  réalisé plusieurs documents audiovisuels liés aux secteurs productifs au Mali.

Il a commenté la quasi-totalité des grands évènements du cinquantenaire du Mali en 2010 notamment le grand défilé en présence d’une quinzaine de Chefs d’Etats et de Gouvernement.

Sur le plan associatif, Alassane Souleymane  a été membre du Comité exécutif de la Fédération malienne de football (2000-2011) et de l’Association des journalistes sportifs du Mali (2003-2008). Il a été élu en novembre 2016,   président de l’Association des anciens étudiants et stagiaires maliens du CESTI (AMA-CESTI). [1]

Études

Etudes primaires à Taboye, Diré et Bamako

Né en 1974 à Tondibi (Commune de Taboye, cercle de Bourem), Alassane Souleymane commence sa première enfance à Kumasi au Ghana où avait émigré son père comme la plupart des ressortissants du cercle. Ses premières langues parlées sont l’ashanti, le haoussa et le sonrai. Mais à sept ans, au nom de la scolarisation universelle, il est appelé à l’école et la famille revient au Mali.

Il intègre l’école fondamentale de Taboye pour les quatre premières classes. En classe de 3è année,  il perd son père. Sa mère, désormais confrontée seule à son éducation et à celle de ses petits frères, l’envoie rejoindre son grand frère en poste à Diré. Dans la capitale du blé, il  y passera deux ans et  décroche son Certificat d’études primaires (CEP).

Au gré d’une nouvelle mutation du frère à Bamako, il arrive dans la capitale pour le second cycle à Lafia 3, puis à Hamdallaye Plateau où il obtient en 1990 son diplôme d’études fondamentales (DEF).

La première année du cycle secondaire le voit militer dans les manifestations de l’AEEM. En début mars 1991, il est dans le comité de crise B de l’AEEM du Lycée Prosper Kamara où il affiche nuitamment des tracts a Hamdallaye et Lafiabougou.

C’est au Lycée de Badala [2]qu’il passe les deux parties du Baccalauréat malien en 1992 et 1993.

Un journal école ‘’la  luciole de Badala’’ ou le rêve du journaliste

Elève en classe de langue et lettres au Lycée de Badalabougou (Bamako),  il propose  à la direction du Lycée  la création d’un journal école. Avec l’appui matériel de la Direction, il lance le journal qui tient sa rédaction dans un recoin de la bibliothèque du lycée. Ronéotypé, la ’Luciole de la Colline’’ est tirée à 200 exemplaires et vendus sur place. Le jeune directeur de publication va jusqu’à approcher les chroniqueurs des revues de presse de l’ORTM pour faire connaître « ses feuilles ». Des professionnels l’y encouragent.

Etudes supérieures à Bamako et Dakar

Après l’année blanche en 1993-1994, il entame les études supérieures à l’Ecole normale supérieures (ENSUP)  de Bamako d’où il sort avec une maîtrise d’anglais et un diplôme de professeur d’enseignement secondaire. 

La même année, il participe au concours d’entrée au CESTI de Dakar en 1997 avec succès. Il décroche la bourse. Mais doit attendre une année avant de s’en aller à Dakar. Ce qui lui permet de decrocher sa maîtrise d’anglais avec un mémoire de fin d’études consacré aux grandes batailles et grandes figures de la guerre civile américaine. Le titre est : ‘’The americain civil war : a historical account of the great battles and the key figures that determined the course of the war’’.

En 1998, il arrive au Sénégal pour des études de journalisme au Centre études en sciences et techniques de l’Information (CESTI), filiale spécialisée de l’ université Cheick Anta Diop, et qui reçoit plusieurs nationalités africaines. Il y passe deux diplômes de 1998 à 2002: le diplôme supérieur de journalisme (DSJ), spécialité radio et une  maîtrise en communication. Ses deux mémoires sont consacrés pour le DSJ au ‘’donso : une identité résistante’’ et pour la maîtrise  à ‘’la Presse au soudan français : des origines à 1960’’.

1996-2011 Le parcours d’un journaliste sportif

Alassane Souleymane est d’abord journaliste sportif. Il débute sa carrière en 1996 au journal Match dont il devient très vite la cheville ouvrière en tant que rédacteur en chef aux côtés du fondateur Baba Cissouma.

Etant à l’ENSUP, il intègre la rédaction du journal sportif Match et couvre les compétitions nationales de football et les activités internationales des sélections et clubs.

En 1997, il couvre le match Hearts of Oak d’Accra-Djoliba de Bamako dans la capitale ghanéenne. Quelques mois plus tard, il est envoyé spécial de Match à Bouaké pour le dernier match éliminatoires des Aigles du Mali pour la CAN 1998 contre les éléphants de Côte d’Ivoire.

 Il parcourt les stades du pays et couvre l’arrivée historique du CSK en première division en 1997 à Ségou avec des jeunes joueurs comme  Seydou Keita, Mahamadou Diarra Djilla, Koly Kanté, Djibril Sidibé etc.

En stage à l’ORTM en 2001, il propose une chronique hebdomadaire à la radio nationale sur le parcours des joueurs professionnels maliens à l’étranger dans la perspective de la CAN 2002 que le Mali s’apprête à accueillir pour la première fois de son histoire. La redaction accepte et la ‘’chronique des expatriés’’ devient populaire et très prisée. Il continuera à l’animer depuis Dakar étant étudiant.

En 2002, après des études de journalisme au CESTI de Dakar, il est intégré à l’équipe de l’ORTM pour la couverture de la CAN. Il est basé à Ségou qui accueille la poule B, aux côtés d’un doyen de la presse sportive publique, Pierre Diakité.

En 2004, il est recruté à la Fonction publique de l’Etat et est affecté à l’ORTM où il débute sa carrière professionnelle, toujours à la rédaction sportive radio et TV. Il y initie  pour la première fois à la, télévision  ‘’les grands formats’’  de matches du championnat malien, à l’image de son idole sur Canal+, Thierry Gillardi.  

C’est ainsi qu’il couvrira la CAN 2008 au Ghana pour l’ORTM.

2009-2011 membres du Comité Exécutif de la FEMAFOOT

Sur la radio nationale, il anime des chroniques qui touchent la gestion du football.

En 2009, il est élu membre du Comité exécutif dirigé par Hammadoun Kolado Cissé. Il enj devient le  président de la commission médias.

Sous sa houlette, la commission propose des postes d’officiers médias pour les matches du championnat de première division du Mali.   Avec  l’encadrement technique des Aigles du Mali, des actions sociales notamment avec les pouponnières sont entreprises pour rapprocher la sélection du public malien. Une newsletter est produite sur les activités des sélections et du C.E.  de la fédération.

Il rend sa démission de la fédération le 11 octobre 2011.

Impliqué dans le développement du football à la base, Alassane est membre des comités directeurs des clubs de football Centre Sportif de Bamako et du Centre Sohoye Touré de Gao.

Reporter et Présentateur du 20H

A la télévision nationale, dès 2004 il est proposé à la présentation du grand journal d’information de 20H.

Présentateur et reporter, il  a parcouru près de 30 pays sur quatre continents. Il a couvert plusieurs grands sommets de l’Union africaine, de la CEDEAO, de l’UEMOA et de grandes rencontres internationales mais aussi des évènements symboliques comme les cérémonies de  lancement officiel de l’ORTM en bande KU sur l’Europe à Paris ou en Amérique, à Philadelphie.

2010 Au cœur du cinquantenaire du Mali

En 2010, le Mali célèbre le cinquantenaire de son indépendance. Alassane Souleymane est en ce moment journaliste, rédacteur en chef du journal en français de la radio nationale et en même temps présentateur du grand journal télévisé de 20H.

La direction de l’ORTM et le Comité d’organisation du cinquantenaire placent en lui leur confiance pour assurer la quasi-totalité des commentaires en direct des festivités. Il assure ainsi le direct des festivités de Logo Sabouciré, de la course de pirogue de Mopti, des courses de chameaux de Tombouctou, Tarkint et Kidal, du grand défilé de l’indépendance à Bamako, du lancement des travaux du barrage de Taoussa entre autres.

En octobre 2011, la direction générale de l’ORTM lui confie les rênes de la Chaîne 2 [3]afin de conforter le leadership de la radio sur la bande FM à Bamako. Avec une équipe dynamique, le jeune directeur remet animateurs, techniciens, journalistes en ordre de bataille. Objectif : concocter une grille de programmes plus ambitieuse et en phase avec les auditeurs.

Conseiller Gouvernemental

De juillet 2012 à juillet 2016, Alassane Souleymane a conseillé cinq ministres et deux premiers ministres, entant que chargé de mission, conseiller technique puis conseiller à la communication.[4]  Pendant cette période il a intervenu dans plus de 400 actions de communications directes de la communication gouvernementale malien et rédigé environs 250 communiqués relatifs aux positions du Gouvernement du Mali sur des évènements directement liés à la vie de l’Etat et de la nation.

Auprès du ministre chargé de la communication et porte-parole du Gouvernement, Alassane Souleymane a présenté l’Etat des lieux de la communication gouvernementale de 1960 à 2015 à l’occasion du séminaire national sur l’élaboration de la stratégie de communication gouvernementale organisé en mars 2015.

En tant que conseiller technique chargé des médias et de la communication, il a été, avec l’ancien ministre de la Communication Hammadoun Touré,  l’un des deux experts nationaux rédacteurs du rapport sur la création du Centre d’information gouvernemental  du Mali (CIGMA), suite à un voyage d’études voyage d’études au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire.

En mai 2016 il deviendra l’un des quatre  chargés d’études de ce  nouveau service rattaché à la Primature.

En octobre 2016, le Premier ministre Modibo Keita le nome conseiller à la Communication auprès de lui.

Mouvement associatif

En novembre 2016, Il est élu président de l’Amicale des anciens étudiants et stagiaires maliens du CESTI (AMA-CESTI). Il fut membre du bureau de l’Association des Journalistes sportifs du Mali[5] (AJSM) et du réseau des journalistes de la CEDEAO pour la libre circulation des personnes et des biens.


Nos Références 

  1. « Portrait de Alassane Souleymane », sur actumalinet.unblog.fr, (consulté le 6 janvier 2018)
  2. « Amicale des anciens du CSTI de Dakar : Alassane Souleymane élu Président », sur afribone.com/, (consulté le 6 janvier 2016)
  3. « Vagues de nominations à l’ORTM : Alassane Souleymane désormais Directeur de la Chaîne II », sur www.maliweb.net, (consulté le 6 janvier 2018)
  4. « Ministère de la Communication, porte-parole du Gouvernement : Alassane Souleymane nommé Conseiller technique », sur www.maliweb.net/, (consulté le 6 janvier 2018)
  5. « Mali : Association des Journalistes Sportifs du Mali (AJSM) : Le ministre des Sports invité de la 3ème édition du Café des Sports ce jeudi », sur maliactu.net, (consulté le 6 janvier 2018)

Cet article « Alassane Souleymane » est issu de Wikimonde Plus.