Encyclopédie Wikimonde

Alda Pereira-Lemaitre

Aller à : navigation, rechercher
Alda Pereira-Lemaître

Alda Pereira-Lemaître (née en 1965) est une femme politique française d'origine portugaise, membre du Front démocrate. Elle fut maire de Noisy-le-Sec de 2008 à 2010.

Biographie

Alda Pereira-Lemaître est née en 1965 au Portugal. Sa famille est originaire de Vales do Rio (pt), un petit village à sept kilomètres de Covilhã. Les Pereira ont émigré en France en 1968 pour fuir la misère et la dictature de António de Oliveira Salazar.

À l'âge de 3 ans, comme de nombreux immigrés, elle vit quelque temps au bidonville de Nanterre avant que sa famille ne s'installe à Villeparisis, en Seine-et-Marne. Pendant sa jeunesse, elle s'affirme progressivement sur le plan politique. Au début des années 1980, pendant ses années lycéennes, elle concrétise son engagement dans la lutte contre le racisme en prenant part à la création de SOS Racisme.

À la fin de ses études, elle entre dans la vie active en tant que conseillère financière dans une banque. Mère de trois enfants, c'est au cours d'un congé parental qu'elle se découvre la vocation d'éveiller l'imaginaire des enfants : entre 2001 et 2003, Alda Pereira-Lemaître publie ainsi différents ouvrages pour les plus jeunes. Au total, elle travaille pendant huit années en indépendante, créant par exemple des concepts pour les fabricants de jouets. Elle devient ensuite cadre commercial dans une entreprise de loisirs créatifs.

C'est aussi son rôle de mère de famille qui la ramène vers l'engagement associatif par le biais de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE).

Engagement politique

En 1996, elle adhère à la section de Noisy-le-Sec du Parti socialiste. En 2001, elle devient maire-adjointe chargée du cadre de vie et de l'environnement dans l'équipe municipale de Jean-Louis Mons (PCF) pendant 18 mois, les élections étant annulées. Lors du scrutin qui s'ensuit, la ville bascule à droite. En position trop éloignée dans la liste de l'opposition, Alda Pereira-Lemaître ne sera pas élue.

Lors de la campagne présidentielle de 2007, elle intervient en tant que coordinatrice départementale de « Désirs d'avenir », le comité de soutien à Ségolène Royal. Secrétaire fédérale du Parti socialiste de Seine-Saint-Denis chargée de la formation, elle appartient aux 25 % de femmes investies par le Parti socialiste pour les élections municipales de mars 2008. Elle prend la tête d'une liste de rassemblement de la gauche (sur laquelle on retrouve notamment la députée Élisabeth Guigou) soutenue par les Verts, le Parti radical de gauche (PRG) ainsi que le Mouvement républicain et citoyen (MRC). Entre le premier et le second tour, cette liste fusionne avec celle présentée par le Parti communiste français et Lutte ouvrière. Le 16 mars, Alda Pereira-Lemaître est élue avec 51,17 % des suffrages, face à la maire sortante Nicole Rivoire (MoDem-UMP). La candidate victorieuse reçoit les félicitations du gouvernement portugais[1]. Outre la nationalité française, elle possède également celle de son pays natal.

Officiellement investie le 21 mars, Alda Pereira-Lemaître a mis son activité professionnelle entre parenthèses afin de se consacrer à plein temps à son poste de maire de Noisy-le-Sec.

Au PS, en vue du Congrès de Reims, Alda Pereira-Lemaître apportera sa signature à la contribution présentée par François Hollande, refusant malgré sa proximité avec Ségolène Royal de participer à une lutte de présidentiables pour la direction du PS.

Soucieuse de préserver les acquis apportés par la désignation comme candidate socialiste de Ségolène Royal, et confortée par l'engagement de cette dernière de ne pas entrer dans une logique de présidentialisation du rôle de 1er secrétaire, Alda Pereira-Lemaître sera parmi les 1ers signataires de la [Motion E] "L'espoir à gauche, fier(e)s d'être socialistes" en vue du vote des militants socialistes. Mandataire de la Motion E e, Seine Saint-Denis, elle anime la campagne interne au PS avec de nombreux militants.

Actions du mandat

Dès sa prise de fonction, Alda Pereira-Lemaître doit relever de nombreux défis : après une installation mouvementée[2], la nouvelle majorité doit voter une augmentation des taxes locales pour réussir à équilibrer le budget que l'ancienne n'avait pas voulu présenter avant les élections[3].

Dans le même temps, Alda Pereira-Lemaître met fin au système de cantine gratuite[4] initié par les mairies de droite de Seine-Saint-Denis pour revenir à une politique du quotient familial, jugée moins inégalitaire.

En juin 2008, et après avoir pris l'initiative de créer des postes de maire-adjoints de quartier, Alda Pereira-Lemaître lance des "Etats Généraux des quartiers" pour confronter la nouvelle équipe municipale aux attentes des Noiséens.

Le 11 juin 2008, elle organise une cérémonie en présence de Florence Aubenas pour nommer Íngrid Betancourt citoyenne d'honneur de la ville de Noisy-le-Sec et pour inaugurer son portrait accroché à l'hôtel de ville[5]. Noisy-le-Sec est la dernière municipalité à avoir porté le portrait d'Íngrid Betancourt sur le fronton de la mairie avant sa libération.

En juillet 2008, Alda Pereira-Lemaitre ainsi que plusieurs adjoints et agents communaux portent plainte pour diffamation, atteinte au droit à l'image et injures homophobes, contre François Duarté, en tant que directeur de la publication du site internet 93sang30. Le juge des référés du tribunal de Bobigny rejette la demande des plaignants. Néanmoins l'hébergeur fermera le blog sans attendre la décision du juge, sous la pression de menaces de poursuites judiciaires.

Élection municipale partielle

En 2010, la majorité municipale, composée autour du PS, du PCF, et des Verts, se désagrège et entraine une démission le 16 septembre de l'ensemble des élus Verts (6 élus Verts, et 1 divers gauche)[6] , suivi le 29 septembre de l'ensemble des élus proches du PCF (13 élus). La démission de 20 des 39 conseillers municipaux oblige la tenue d'une élection municipale partielle le 5 et 12 décembre 2010. Alda Pereira-Lemaître reçoit l'investiture du bureau national du Parti Socialiste contre le vote interne de la section locale, qui a désigné Jean-Paul Lefèbvre, soutenu par Élisabeth Guigou[7],[8]. Le PCF mène sa propre liste avec les Verts. Au premier tour de l'élection, sa liste reçoit 17,28 % des voix et est devancé par les listes de Laurent Rivoire (fils de la précédente maire et faisant partie du Nouveau Centre) 33,53 %, et de Gilles Garnier (PCF, menant la groupe d'union PCF-verts) 34,2 %. Au deuxième tour, une liste d'union de la gauche est élaboré avec comme tête de liste Gilles Garnier, et où Alda Pereira-Lemaître figure en 4ème position, mais la liste d'union du centre droit autour de Laurent Rivoire remporte l'élection avec 54,72 % des voix. Alda Pereira-Lemaître est élue et siège dans l'opposition.

Le 9 octobre 2012, elle décide de quitter le PS[9].

Notes et références


Cet article « Alda Pereira-Lemaitre » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).