Encyclopédie Wikimonde

Alexandre Castonguay

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 114 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Alexandre Castonguay, né Gatineau en 1968, est un artiste canadien actif dans le domaine des nouveaux médias[1]. Il est professeur en art visuel et médiatique à l'Université du Québec à Montreal.

Alexandre Castonguay est également membre fondateur d'Argentine[2] un site géré par des artistes visuels et médiatiques. Argentine est un laboratoire médiatique à but non lucratif et cherche à explorer le potentiel artistique des nouvelles technologies. Il met également en question l'inégalité des accès aux outils médiatiques. Alexandre Castonguay est principalement exposé à la galerie d'art Pierre François Ouellette[1].

Biographie

Après avoir obtenu un baccalauréat en art à l'université d'Ottawa, Alexandre Castonguay a continué sa formation à l'Université Concordia où il obtient une maîtrise en Beaux-arts. C'est un artiste multidisciplinaire qui travaille la photographie et les arts numériques. Il est également membre de l'Académie royale des arts du Canada[3].

Alexandre Castonguay travaille dans le secteur des nouveaux médias. Ses œuvres exploitent notamment les technologies obsolètes et les logiciels libres[4]. Celles-ci mettent en avant les discours qui sur les arts médiatiques et l'interactivité dans l'art numérique, et la manière dont le spectateur intègre les nouvelles technologies. Ses œuvres cherchent également à situer le spectateur dans leur processus créatif en engageant la participation du spectateur ou en travaillant sur des dynamiques d'échanges pour susciter une réflexion critique sur le recours aux outils technologiques.

L'artiste contribue au développement de logiciels libres. Son travail mobilise beaucoup la programmation ou la notion de transcodage ou de palindromes. Castongay manifeste un intérêt particulier pour les diagrammes qui donnent une forme visuelles aux flux de l'information. Ses œuvres récentes permettent de mettre en avant l'expérience du spectateur dans le processus créatif comme par exemple avec Générique, une œuvre réalisée en 1998 qui propose une expérience immersive ou encore avec Portapak, un long panorama vidéo réalisé depuis un train en partance d'Ottawa qui entre en gare au cœur de Montréal.

Carrière

Les réalisations d’Alexandre de Castonguay ont fait l’objet de nombreuses expositions solo depuis 1997[5]. En 2003 il présente à la galerie Glendon de Toronto son œuvre intitulée Générique. Du 22 septembre 2005 au 8 janvier 2006, le musée Musée d'art contemporain de Montréal lui consacra une exposition personnelle intitulée Éléments[6]. En 2007, il présente une œuvre intitulée Encodeur à la galerie Pierre François Ouellet[7]. Castonguay participe à la deuxième Biennale d'art numérique en 2009, à Montréal où il présente Read+Write en collaboration avec Mathieu Bouchard. Il participe également à plusieurs expositions de groupe qui ont lieu au Canada et à l'étranger principalement à New-York, Los Angeles, Mexico et au Canada[1]. En 2013, il figure parmi les dix artistes internationalement reconnus sélectionnés pour l’exposition Québec à l’honneur organisée dans le cadre de Show Off, première foire des arts numériques organisée à Paris du 21 au 23 octobre[8]. Son installation cinétique, intitulée Agit Pov, est alors exposée aux côté des œuvres de Luc Courchesne.

Ses œuvres son conservées dans les collections de plusieurs institutions internationales telles que le Musée national des beaux-arts du Québec, le Musée d’art contemporain de Montréal, le Musée des beaux-arts de Montréal, la Banque d’œuvres d’art du Conseil des arts du Canada, ou encore le Los Angeles County Museum of Art[9].

Prix et distinctions

En 2004, Alexandre Castonguay remporte le prix GRAFF institué en 1995 à la mémoire de Pierre Ayot[10] qui récompense chaque année un artiste de trente ans et plus disposant d’au moins huit années de carrière.

Alexandre Castonguay fut élu membre de l’Académie Royale des Arts du Canada en 2007.

Son travail a notamment bénéficié du soutien financier du Conseil des Arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec, de la Fondation Daniel Langlois[1].

Expositions Individuelles

Alexandre Castonguay expose régulièrement ses œuvres en solo ou dans le cadre d’expositions de groupe[5]. Parmi celles-ci, voici une sélection d’expositions individuelles les plus importantes :

  • 1997, Passions, 1997, Artengine, projet W3
  • 1999, Photography and the Human Soul, 1850-2000, Los Angeles County Museum of Art, Los Angeles
  • 1999, Les Quatre Saisons, Espace Vidéographe, Montréal
  • 2001, Générique, Centro de la Imagen, Mexico
  • 2002, La demeure, Optica, Montréal
  • 2003, Three, Ottawa Art Gallery, Ottawa
  • 2003, Chutes, Pierre-François Ouellette Art Contemporain, Montréal
  • 2005 Éléments, Salle banque Laurentienne, Musée d'art contemporain de Montréal, commissaire Sandra Grant-Marchand
  • 2012 Alexandre Castonguay, Espace Québecor, commissaire Manon Blanchette, Montréal

Œuvres

Il est à l'origine de plusieurs œuvres et installations :

  • Waterfall (1995-2003) [1]
  • Générique (2001)
  • Digitale (2003-2004)
  • Portapak (2005)
  • Cube (2005)
  • Dessins par numéro (2007)
  • Rétro-ingénierie (2009)
  • Agit Pov (2013)

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 « Alexandre Castonguay », sur Pierre-François Ouellette art contemporain (consulté le 17 mars 2017)
  2. http://artengine.ca/acastonguay/
  3. « Répertoire de la RCA 2014-2015 », sur http://rca-arc.ca, (consulté le 11 octobre 2017)
  4. « Alexandre Castonguay », sur www.ciac.ca (consulté le 17 mars 2017)
  5. 5,0 et 5,1 https://eavm.uqam.ca/component/savrepertoireprofesseurs/cv?mId=Nk%2F7WUAYum0_
  6. « Alexandre de Castonguay, Éléments [exposition] », sur Site web du Musée d’art contemporain de Montréal, (consulté le 11 octobre 2017)
  7. Éloi Desjardins, « Alexandre Castonguay, dessinateur numérique », Espace Sculpture,‎ , p. 44 (ISSN 1923-2551, lire en ligne)
  8. « Le Québec à l’honneur, Show off », sur Perte de signal, (consulté le 11 octobre 2017)
  9. « Curriculum Vitae de l’artiste », sur Site de l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM (consulté le 11 octobre 2017)
  10. Éloi Desjardins,, « Alexandre Castonguay, dessinateur numérique », Espace Sculpture, no 83,‎ (ISSN 0821-9222 et 1923-2551 (http://worldcat.org/issn/1923-2551&lang=fr), lire en ligne (https://www.erudit.org/fr/revues/espace1041666/2008-n83-espace1049998/9178ac/))

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 449 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Cet article « Alexandre Castonguay » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).