Encyclopédie Wikimonde

Alexandre Joly

Aller à : navigation, rechercher

Alexandre Joly
Illustration.
Fonctions
Maire de Houilles
En fonction depuis le
(23 ans, 7 mois et 3 jours)
Prédécesseur Alain Mahiet
Conseiller général
Conseiller départemental
Biographie
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Villiers-sur-Marne
Nationalité française
Profession entrepreneur de pyrotechnie

Alexandre Joly est un entrepreneur de pyrotechnie et homme politique français né le à Villiers-sur-Marne[1], maire de Houilles depuis 1995 et vice-président du conseil général (puis départemental) des Yvelines. Il est le co-créateur, en 1972, de la corrida pédestre internationale de Houilles, course urbaine organisée chaque année entre Noël et le Jour de l'an.

Biographie

Études

Né le à Villiers-sur-Marne, Alexandre Joly est titulaire d'un brevet de technicien supérieur (BTS) d'organisation d'entreprise[1].

Chef d'entreprise

Il crée, le 18 mai 1981, à Houilles, une société spécialisée dans la pyrotechnie et la conception et l'installation de spectacles, A. Joly PYROTECH PROD TARANIS[2],[3], la première en France, selon son créateur, à mettre au point les feux de bengale à embrasement intermittent[4].

Co-fondateur et commentateur de la Corrida de Houilles

Il s'engage, au début des années 1970, dans l'animation sportive de Houilles. Souhaitant sortir la course à pied des stades où elle est confinée, il co-fonde, en 1972, avec le coureur André Chauffray, la Corrida pédestre internationale de Houilles, course dont le format, nouveau pour l'époque, fera florès[5]. Il est non seulement le co-créateur de la course mais aussi le commentateur lors de son déroulement ainsi que le rapporte dans ses mémoires le journaliste sportif Pierre Fulla[6]. Ce rendez-vous sportif annuel permet à Alexandre Joly de tisser des liens avec des personnalités du milieu sportif, comme Jean-Paul Ollivier ou Christian Prudhomme[7].

Maire

En , il devient maire de cette ville, l'emportant comme candidat « sans étiquette » (SE) dans une triangulaire, face à une liste de droite, soutenue officiellement par les partis majoritaires RPR et UDF, et à une liste de gauche[8],[1].

Il est depuis régulièrement réélu, en mars 2001, puis, au 1er tour, le 11 mars 2008, puis au 2e tour le 30 mars 2014 (liste « Divers droite »)[9], avec 66,38 % de voix, contre 33,61 % pour Florian Bohème, liste « Union de la gauche »)[10],[11].

La prise de ce conseil municipal par cet entrepreneur se disant sans étiquette politique, puis son ancrage dans la durée, sont le résultat d'une évolution sociologique de ce territoire de l'Île-de-France situé entre Bezons, Sartrouville et Nanterre, appartenant historiquement à la ceinture rouge autour de Paris[8],[12],[13].

Conseiller général puis départemental

Le , il est élu conseiller général des Yvelines SE (canton de Houilles-Carrières), l'emportant devant la candidate sortante divers gauche Nicole Trézières[14]. Il est réélu en 2008[15], puis en 2014[16].

Il est vice-président du conseil général des Yvelines depuis 2009[17]. Il est également membre de la commission culture-éducation-affaires générales[18]. Il était, de juillet 2009 à mars 2011, 11e vice-président délégué aux personnes âgées, personnes handicapées et équipements medico-sociaux ainsi qu'à la jeunesse et aux sports.[17]. Depuis avril 2011, il est 10e vice-président chargé de la jeunesse, des sports et des bases de plein air et de loisirs[19].

Autres responsabilités

Alexandre Joly est vice-président de la Communauté d'agglomération de la Boucle de la Seine (CABS) chargé de la voirie, de la circulation et des transports depuis 2006[20] et président du conseil d'administration du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) pour les Yvelines, depuis avril 2011[21].

Animation de la commune autour du cyclisme

Il obtient que sa commune soit retenue pour accueillir le prologue de la course cycliste Paris-Nice en 2013 et comme ville départ de la dernière étape du Tour de France en 2018[22],[23].

Politique mémorielle

Dès 2004, Alexandre Joly a engagé une politique mémorielle autour de Victor Schœlcher, à qui l'on doit le décret du 27 avril 1848 abolissant l’esclavage en France et qui est mort à Houilles[24]. En sa mémoire, un jumelage a été créé entre Houilles et la ville de Schœlcher en Martinique[25]. La maison où Victor Schoelcher a vécu a été rachetée par la ville en 2011 et doit être transformée en lieu de mémoire[26].

Polémique électorale

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (novembre 2018)
Motif avancé : la vie municipale est émaillée de polémiques de ce type. Cherry picking ou est-ce la polémique la plus marquante de tous ses mandats de maire ?

Lors des élections municipales de 1995 et de 2001, Alexandre Joly n'a de cesse de réaffirmer sa non-appartenance aux partis politiques. Ainsi, dans un communiqué de presse de 2001, il proclame sa fierté d'« avoir réalisé hors des partis et clivages classiques une coalition pour redresser la ville et la gérer dans un esprit nouveau de transparence ». Pour leur part, ses opposants de la gauche plurielle ironisent : « Alors, sans parti pris, M. Joly ? Non, trois partis pris ! RPR, UDF et DL. »[27].

À l'occasion des élections municipales de 2014, l'opposition socialiste dénonce le manque de transparence de l'appellation « sans étiquette » mise en avant par Alexandre Joly alors que celui-ci a le double soutien de l'UMP et de l'UDI. Le candidat socialiste, Florian Bohème, fait en outre remarquer qu'au conseil général le maire a voté avec la majorité de droite sur la question de la réforme des cantons. Celui-ci rétorque que « depuis son premier mandat, la liste ID commune est composée de personnalités aux sensibilités diverses » ». Il rappelle également qu'« il est le seul des six têtes de liste à Houilles « à ne jamais avoir été encarté ». »[28]

Distinctions

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Rédaction Le Monde, « Yvelines (78) », Le Monde,‎ (lire en ligne) : « Houilles / Alexandre Joly (div.) succède à Alain Machiet (RPR), battu. [Né le 24 décembre 1948 à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne). BTS d'organisation d'entreprise. Chef d'entreprise.] ».
  2. « Société A Joly Pyrotech Prod Taranis », sur Kompass
  3. ALEXANDRE JOLY PYROTECHNIQUE PRODUCTIONS TARANIS, S.A.R.L. au capital de 30000 F. Siège social : 78800 HOUILLES, Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales, 1981, Partie 3, page 75.
  4. Dominique Lajeunesse, Le grand boom techno des feux d'artifice, Libération, 20 décembre 1994 : « Nous avons été les premiers en France à mettre au point les feux de Bengale à embrasement intermittent, souligne le concepteur-fabricant Alexandre Joly. »
  5. (en) Patrick Merle, Running Times, April 2008, p. 69 : « Emulating the model of the Brazilian city of Sao Paulo's New Year's Eve race, Alexandre Joly, the current mayor of Houilles, a quiet Parisian suburb, and the late André Chauffray, an avid local runner, created the Corrida in 1972, bringing in 250 runners. "They wanted runners to be in the city not in a stadium," said Le Louet. "It became an instant success" ».
  6. Pierre Fulla, Pierre Fulla : "Ici à Nagano...", edi8, 2017, 152 pages (livre électronique Google, n. p.) : « Chargé par Robert Chapatte de réaliser le reportage sur cet événement pour Stade 2, je me rends sur place. Arrivé sur la ligne de départ [...], j'entends le speaker claironner la présence des équipes de télévision d'Antenne 2 et de leur reporter, « Pierre Fallu ». Je monte le voir sur son podium pour lui rappeler gentiment que je m'appelle Pierre Fulla. Confus, l'homme s'excuse platement. Mais après le premier tour des coureurs, les haut-parleurs crachent : « Et n'oubliez pas de retrouver ce soir le reportage sur la corrida dans Stade 2, réalisé par Pierre Fallu ». [...] une troisième fois, le speaker cite Pierre fallu au micro. Furieux, je retourne le voir. Rouge de honte, pour s'excuser, il m'offre une bouteille de blanquette. Depuis, Alexandre Joly, créateur et commentateur du jour de la corrida pédestre internationale de Houilles, est devenu maire de la commune et vice-président du Conseil général des Yvelines... ».
  7. « Jean-Paul Ollivier : Ravi que Houilles soit une ville départ », Le Courrier des Yvelines,‎ (lire en ligne).
  8. 8,0 et 8,1 Christian Carrère, « Le cadre de vie au centre de la triangulaire », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  9. De 2001 à 2008 « sans étiquette » n'est plus utilisée dans la nomenclature du ministère de l'Intérieur. Les candidats et listes se présentant alors comme « sans étiquette » sont classés dans la nuance DVG (divers gauche), DVD (divers droite), DVC (divers centre) ou AUT (autres) selon leur sensibilité politique. C'est pourquoi à partir de 2008, la nuance DIV (divers) ou le code LDIV pour liste « divers » a été créée pour regrouper les élus inclassables ou défendant des intérêts catégoriels et, par défaut, les maires sans étiquette déclarée.
  10. Les socialistes amènent Alexandre Joly au second tour, actu.fr, 24 mars 2014.
  11. Résultats municipales 2014 - Houilles, Le Monde, Données du Monde.
  12. Philippe Subra, « Île-de-France : la fin de la banlieue rouge », Hérodote, vol. 2, no 113,‎ , p. 14-27 (DOI 10.3917/her.113.0014, lire en ligne)
  13. Marie Boëton, « Houilles. Un air de province », L’Express,‎ (lire en ligne).
  14. Alexandre Joly s'impose, Le Parisien, 20 mars 2001.
  15. cf. Résultats, site du Ministère de l’Intérieur
  16. cf. Résultats, site du Ministère de l’Intérieur
  17. 17,0 et 17,1 Bulletin n°235 - Arrêté n° AD 2009-230 du 9 juillet 2009.
  18. « Alexandre JOLY Conseiller départemental du Canton de Houilles », sur yvelines.fr (consulté le 19 novembre 2018).
  19. Bulletin n°256 - Arrêté n° AD 2011-108 du 4 avril 2011.
  20. Jusqu'en 2015, il s'agissait d'une communauté de communes.
  21. « Le maire de Houilles décoré de la Légion d'honneur », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  22. Sébastien Birden, « Houilles accueillera le départ de la dernière étape du Tour de France », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  23. Eric Delporte, Houilles : le Tour de France « c’est la fête, c’est sympa », Le Parisien, 29 juillet 2018.
  24. 21 juillet 2004. Discours du Président du Sénat à Houilles pour le bicentenaire de la naissance de Schœlcher, site du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage : « Votre ville, cher Alexandre JOLY, a bien de la chance d’avoir un maire qui a pris l’initiative d’organiser autour du bicentenaire de la naissance de Victor Schoelcher un programme de manifestations aussi profond, aussi complet, aussi dense. »
  25. « Houilles et Schoelcher célèbrent 20 ans de jumelage », Martinique La Première,‎ (lire en ligne)
  26. Elisabeth Gardet, « Houilles : la maison Schoelcher bientôt transformée en musée », Le Parisien,‎ (lire en ligne (http://www.leparisien.fr/yvelines-78/houilles-la-maison-schoelcher-bientot-transformee-en-musee-09-05-2018-7707216.php)).
  27. N. P., Un maire « sans parti pris » (http://www.leparisien.fr/yvelines/un-maire-sans-parti-pris-01-02-2001-2001927951.php), Le Parisien, 1er février 2001.
  28. Sébastien Birden,« Liste « sans étiquette » aux municipales : le maire de Houilles persiste et signe » (http://www.leparisien.fr/espace-premium/yvelines-78/liste-sans-etiquette-le-maire-de-houilles-persiste-et-signe-25-02-2014-3621489.php), Le Parisien, 25 février 2014.
  29. Nominations au Journal officiel de la République française JORFTEXT000023995277 (https://jorfsearch.steinertriples.fr/doc/JORFTEXT000023995277) : «  Promotion / De M. Joly (Alexandre, Charles, Joseph), vice-président du conseil général des Yvelines, maire de Houilles ; 32 ans d'activités professionnelles, de services militaires et de fonctions électives / Objet: pour prendre rang de la date de la remise réglementaire de l'insigne / Ministère de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration / Au grade de chevalier ».
  30. Fiche de M. Alexandre Joly (extrait) (http://www.lesbiographies.com/#/Biographie/JOLY-Alexandre,92548), sur lesbiographies.com.
  31. « Le maire de Houilles décoré de la Légion d'honneur », Le Parisien,‎ (lire en ligne (http://www.leparisien.fr/houilles-78800/le-maire-de-houilles-decore-de-la-legion-d-honneur-03-07-2016-5936291.php)).
  32. Alexandre Joly reçoit la Légion d’honneur (https://actu.fr/ile-de-france/houilles_78311/alexandre-joly-recoit-la-legion-dhonneur_12642477.html), actu.fr, 28 juin 2016.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • (de) Kommunalwahlen in Houilles • Bürgermeisterkandidat will Partnerstadt in „Oville“ umbenennen (http://www.staedtepartner-friedrichsdorf.de/?p=1963), Städtepartnerschaftsverein Friedrichsdorf (Association de jumelage de villes Friedrichsdorf), 22 mars 2014

Cet article « Alexandre Joly » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).