Encyclopédie Wikimonde

Alexandre Laumonier

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Alexandre Laumonier (né le ) est un graphiste, éditeur et étudiant en anthropologie français. En 20 ans, il a publié plus de 80 livres (soit plus de 150 auteurs) et produit graphiquement 130 ouvrages. Il a notamment publié des auteurs comme Alfred Gell (en), Roy Wagner (en), Tim Ingold, John D'Agata, Adrian Johns (en), Lorraine Daston, Walter J. Ong, Vilém Flusser, Keith Basso (en), Marshall Sahlins, Donna Harraway (en) (http://en.wikipedia.org/wiki/Donna_Harraway), Gilles Deleuze.

Graphisme

Art Press

De 1999 à 2007 Alexandre Laumonier est directeur artistique et maquettiste du magazine d'art contemporain Art Press[1]. Il réalise pendant cette période 88 numéros mensuels, ainsi que plusieurs numéros hors-série (Numéros spéciaux, Art Press 2, etc.). Il écrit parfois également dans les pages Livres du magazine.

The Theatre of Operations

Sous le nom The Theatre of Operations[2], Laumonier ne réalise que des livres pour d'autres éditeurs tels que Editions Kargo (Paris), Centre George Pompidou (Paris), Palais de Tokyo (Paris), Le Fresnoy (Tourcoing), La Découverte (Paris), Ansedonia[3] (Paris), Radio France (Paris), Les Belles Lettres (Paris), Le Musée Erasme (Bruxelles), Zones sensibles (Bruxelles), Vies parallèles (Bruxelles), etc. Il s'agit pour la plupart d'ouvrages académiques imposants exigeant un travail graphique poussé (comme le montre sa réédition graphique du célèbre Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle, paru aux Belles Lettres en co-édition avec l' École supérieure d'art de Cambrai[4]). Dialectique du monstre. Enquête sur Opicino de Canistris (Bruxelles, Zones sensibles, 2015), pour lequel il a réalisé une maquette adaptée au texte et à l'iconographie , fut le seul livre de langue française lauréat des prestigieux The Best Dutch Book Designs 2015. Alexandre Laumonier est régulièrement invité à donner des conférences sur le graphisme (Les Rencontres internationales de Lure, l'École nationale supérieure des arts décoratifs, l'Ecole supérieure d'art et de design d'Amiens, l'École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, l'École nationale supérieure de création industrielle).

Édition

Nomad'sland, 1997-1999

En 1996, à 21 ans, il co-fonde la revue Nomad's land, dont quatre numéros paraîtront entre 1997 et 1999. L'objectif de cette revue qui n'avait pas de comité de rédaction était de publier des textes sur les musiques populaires contemporaines, du blues au hip-hop en passant par le jazz, le hip-hop, les délires afro-futuristes, etc. (textes de Brian Eno, David Toop, Gavin Bryars, Julian Cope, James Graham Ballard, Gilles Deleuze, Greil Marcus, DJ Spooky, Kodwo Eshun, Paul Gilroy, Robert Palmer, Nelson George, Pierre Henry, Greg Tate). Puis la revue s'est diversifiée avec la publication de textes sur cultures populaires, les études post-coloniales, la philosophie, l'art… La publication du premier numéro, en 1997, fait d'Alexandre Laumonier l'un des plus jeunes éditeurs de sa génération. Cette revue fut considérée en 1998 par les Inrockuptibles comme « la meilleure revue éditée en France ces dernières années »[5].

Éditions Kargo, 2000-2008

Dans la foulée de Nomad's land, les Éditions Kargo, fondées en 2000, s'intéressèrent d'abord aux musiques populaires, en publiant en intégralité les ouvrages autrefois traduits en extraits dans Nomad's land, puis les domaines d'intérêts se diversifièrent. Afin de bénéficier du réseau de diffusion du distributeur Harmonia Mundi, Kargo s'affilia dès ses débuts avec les Éditions de l'Éclat. Le financement des Éditions Kargo n'a été possible que grâce aux réalisations du studio graphique d'Alexandre Laumonier, The Theatre of Opérations [2]. Les éditions Kargo ont notamment publié des auteurs comme David Toop, Paul Gilroy, Thomas Middleton, William T. Lhamon, Paul Van Nevel, William Pietz, Max Aguilera-Hellweg, Arnaud Maillet. La dernière nouveauté publiée en 2008 fut la version livre du célèbre film de Chris Marker La Jetée [6].

La polémique Google Livres

En 2005, Alexandre Laumonier décide de mettre tous les ouvrages des éditions Kargo en consultation intégrale gratuite sur le site de Google Livres [7]. Les Éditions Kargo fut ainsi l'un des premiers éditeurs français à signer avec ce programme. En 2006, un "Rebond" des Éditions Kargo paru dans Libération, en faveur de Google Livres, suscita la polémique (malgré une mise au point[8]), et son passage à l'émission Les Matins de France Culture valut aux éditions Kargo des menaces de boycott de la part de libraires. Cette position fut également vivement critiquée par la Bibliothèque nationale de France mais l'éditeur la défendra lors d'un débat initié par l'Assemblée nationale, le 4 octobre 2006, avec comme contradicteur Agnès Saal, à l'époque directrice générale de la Bibliothèque nationale de France[9].

Diverses collections, 2008-

Alexandre Laumonier fonde la collection Terra Cognita[10] aux Éditions de l'Éclat, où il publie des ouvrages initialement édités par l'anthropologue américain Marshall Sahlins au sein de Prickly Paradigm Press (livres de Marshall Sahlins, Manuela Carneiro Da Cunha, Donna Haraway…).. En 2008 il fonde la collection Fabula[11] aux Presses du réel, ue collection d'ouvrages liés à l'art et l'anthropologie (Objectivité, de Lorraine Daston et Peter Galison, L'Art et ses agents d'Alfred Gell, les Écrits de Morton Feldman). En 2013 il fonde la collection Graphê[12] aux Belles Lettres, collection dédiée au graphisme dans son sens le plus large où est publié en 2015 une réédition partielle (la première depuis 1802 avec sa maquette originale) du célèbre Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle.

Zones sensibles, 2011-

En 2011 il fonde une nouvelle maison d'édition, Zones sensibles, depuis Molenbeek-Saint-Jean où il vit et travaille depuis 2008. Réfutant l'opposition entre les « petits éditeurs indépendants » et les « gros éditeurs », Zones sensibles ne publie que cinq livres par an, principalement des ouvrages de sciences humaines mais aussi d'autres textes plus singuliers difficiles à mettre dans des « cases ». Parmi les auteurs les plus reconnus de la maison figurent Tim Ingold (avec Une brève histoire des lignes (2011) et Marcher avec les dragons (2013), Roy Wagner, John D'Agata, Paul Scheerbart, Vilém Flusser, Sylvain Piron (dont l'ouvrage Dialectique du monstre. Enquête sur Opicino de Canistris, a remporté le Grand Prix du livre d'histoire des Rendez-vous de l'histoire de Blois 2016[13]), Keith Basso, Pavel Florensky. Comme en témoigne le journal l'Hippocampe, « l'éclectisme de son catalogue réputé “pointu” est à l'aune de son leitmotiv : la curiosité. On n'y trouve ce qu'on ne trouve pas ailleurs mais qui nous apporte justement des nouvelles de cet ailleurs… […] Zones sensibles c'est un peu l'histoire de la seule chaise libre dans l'auditoire à bancs fixes ; pièce rapportée et mobile, elle permet à qui s'y assied le seul point de vue original sur la scène. Et quand cette scène est le monde… »[14]

Vies parallèles, 2015-

En 2015 Alexandre Laumonier co-fonde avec Emmanuel Requette, directeur de la librairie Ptyx à Bruxelles, les éditions Vies parallèles[15], qui se veulent explorer l'édition de texte à mi-chemin entre la fiction la non-fiction et la fiction, l'académisme et l'essai, le récit et la poésie. Le premier titre de la maison fut Que faire de ce corps qui tombe, de John D'Agata et Jim Fingal (D'Agata ayant déjà publié chez Zones sensibles). Vies parallèles est par ailleurs engagée dans la traduction intégrale (10 tomes) du Bréviaire de Saint-Orphée du grand écrivain hongrois Miklós Szentkuthy, un projet éditorial courant jusque 2024.

Les marchés financiers

Alexandre Laumonier a publié son premier ouvrage en 2013, intitulé 6 (Zones sensibles)[16], premier ouvrage en français à traiter du trading à haute fréquence. l'ouvrage a reçu un accueil extrêmement positif de la part des médias (recensions dans L'Humanité, Le Nouvel Observateur, Le Monde, Article 11, Paris Match, Rage Mag, Le Soir, Terminal, LM Magazine, Les Échos, L’Écho, La Dépêche du Midi, France Culture, France Inter, La Banque de France, etc.) et de la part de l'industrie des marchés et de scientifiques (le mathématicien Cédric Villani a récemment inclus l'ouvrage dans « A Mathematical Reading List »[17]). A la suite de 6 a paru un complément intitulé 5 – les deux ouvrages étant désormais disponible sous la forme d'un seul livre. Il a créé un blog sur le trading à haute fréquence[18] et est régulièrement invité à exposer ses recherches (TradeTech London 2013 ; Market Microstructure: Confronting Many Views, Paris, 2014[19] ; Investigating High-Frequency Trading. Theoretical, social and anthropological perspectives, Copenhague/Bern/Paris/, 2014-2017[20] ; Festival international de géographie de Saint-Dié, octobre 216[21].

Enseignement

Alexandre Laumonier enseigne depuis 2012 le design éditorial et la sémiologie de l'image à l'École supérieure d'art et de communication de Cambrai.

Notes et références

  1. site officiel
  2. 2,0 et 2,1 site officiel
  3. « Le site de Ansedonia éditions »
  4. Le Dictionnaire historique et critique sur le site de l'Esa Cambrai
  5. « La Chambre d'Echo(s) #5 : Miles Davis, Bitches Brew (1970) », sur balises.bpi.fr (consulté le 26 octobre 2016)
  6. site du livre
  7. site officiel de Google Livres.
  8. [1], « La non-affaire Google Livres », Multitudes, 12 juin 2006
  9. [2], « Rapport d’étape du groupe de travail de l’Assemblee nationale et du Bundestag sur la diversité culturelle en Europe », 14 février 2007.
  10. [3], site officiel de la collection Terra Cognita.
  11. [4], page de la collection Fabula
  12. [5], page de la collection sur le site des Belles Lettres.
  13. [6]
  14. [7], Hippocampe, numéro 27, juillet-août-septembre 2016
  15. [8], site officiel de Vies parallèles.
  16. [9], la page du livre sur le site de Zones sensibles.
  17. [10].
  18. [11] (https://sniperinmahwah.wordpress.com), site officiel
  19. [12] (http://market-microstructure.institutlouisbachelier.org/2014-Session.aspx?lng=FR#.V-u7vM4haMM)
  20. [13] (http://info.cbs.dk/crowds/workshop_series_investigating_high_frequency_trading)
  21. [14] (http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr)

Voir aussi

Liens externes

  • [15] (http://ouvrirlecinema.org/images/video/PAS/pdc4992_vf0.mp4) VIDEO Alexandre Laumonier, en tant que graphiste — The Theater of Operations —, filmé au calage du premier tirage du livre Passage du cinéma, 4992 (Ansedonia éditions, 2013). La séquence (40’) est incluse dans le film intitulé Passage du cinéma, 4992 — version filmée 0 (2013)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).