Encyclopédie Wikimonde

Ali Javadi

Aller à : navigation, rechercher
Cet article a été automatiquement importé, son contenu peut être sujet à caution.

Le contenu des articles engage uniquement la responsabilité de leurs auteurs (visibles dans l'historique).

Vous pouvez modifier l'article pour l'améliorer directement ou retirer ce bandeau si l'article vous semble correct (en supprimant la ligne {{Article importé}}). Si l'article est trop problématique, il peut être supprimé en retirant tout son texte et en expliquant le motif dans la zone « Résumé » de la page de modification.

Erreur Lua dans Module:Wikidata/Outils à la ligne 88 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Ali Javadi (né à Téhéran en avril 1953)[1] est un homme politique iranien vivant en exil à Los Angeles (États-Unis).

Biographie

Après un baccalauréat de mathématiques, Ali Javadi étudie l'économie à Téhéran, avant de partir pour les États-Unis poursuivre les mathématiques[1]. Il rentre en Iran à l'été 1977, quelques mois avant la révolution iranienne. Sous le pseudonyme de Reza, il crée le « Comité Communiste l'Etincelle »[1], proche de l' « Alliance de lutte pour la classe ouvrière » et participe au mouvement contre le Shah, puis contre l'ayatollah Khomeiny. Avec l'aide de Javad Ghaedi[2], il rédige son premier travail d'importance, « Les conseils ouvriers, bases d'un gouvernement révolutionnaire ».

Après avoir lu « La révolution iranienne et le rôle du prolétariat »[3] de Mansoor Hekmat et Hamid Taqvaee, il se rapproche du Cercle marxiste pour l'émancipation ouvrière, puis rejoint l'Union des combattants communistes fondée par celui-ci[1]. Il rencontre Mansoor Hekmat lors d'un réunion clandestine, en présence de Javad Ghaedi et de Gholam Keshavarz[4] et d'un délégué du groupe « Armane Zahmatkeshane Khorasan ».

Ali Javadi devient responsable de l'action ouvrière de l'Union des combattants communistes dans les secteurs est et sud-est de Téhéran[1], tout en travaillant comme technicien dans l'industrie. Le 20 juin 1981, il échappe à la vague de répression qui s'abat sur la gauche iranienne. Sans contacts avec son organisation, il cesse toute activité politique.

En 1984, il réussit à partir pour l'Europe, puis pour les États-Unis d'Amérique, à l'aide de faux-papiers. Reprenant ses études, il rejoint le Parti communiste d'Iran, né de la fusion de l'Union des combattants communistes et de Komala, puis devient son responsable aux États-Unis[1]. En 1990, il devient conseiller du bureau politique et rejoint la fraction communiste-ouvrière formée par Mansoor Hekmat[5]. Lors de la création du Parti communiste-ouvrier d'Iran l'année suivante, il entre au comité central de ce dernier. Par ailleurs, il reprend ses études et termine un doctorat de mathématiques, puis enseigne dans une université californienne[1].

Responsable de Radio International, il participe également à la presse écrite de l'organisation, notamment comme membre du comité éditorial de Anternasional, puis à partir de 1999, comme éditeur de Porsesh (« Questions »[1]. En septembre 2003, il crée un programme télévisuel dont il est le présentateur, sur Channel One, une chaine par satellite qui émet à destination de l'Iran[1]. Puis il devient le directeur de New Channel TV, la télévision par satellite du parti.

En 2007, en désaccord avec l'évolution du Parti communiste-ouvrier d'Iran, il crée une fraction qui va devenir le Parti de l'unité communiste-ouvrière, dont il devient le secrétaire du comité central[6].

Liens externes

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6, 1,7 et 1,8 بیوگرافی شخصی.
  2. Futur guérilleros de Komala, mort en 1983. Voir In iranischen Kerkern hingerichtete und im Kampf für Freiheit und Gerechtigkeit gefallene sowie durch Terroranschläge der Komandos der iranischen Geistlichen im Ausland ermordete Mitglieder der Komala.
  3. Mansoor Hekmat, « The Iranian Revolution and the Role of the Proletariat », 1978 (lire en ligne, en anglais).
  4. Gholam Keshavarz sera assassiné à Chypre en août 1989 par les services secrets iraniens (voir This page is dedicated to all those who stood up against tyranny).
  5. تشکيل فراکسيون کمونيسم کارگرى در حزب کمونيست ايران.
  6. Liste des membres du comité central (http://wupiran.com/ENsite/Central%20Committee.html).
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 163 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Le nombre de liens externes est trop important et a été automatiquement limité.