Encyclopédie Wikimonde

Alix Nicolet

Aller à : navigation, rechercher

Alix Nicolet (née le 17 mars 1991 à Lyon), a été présidente de la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) du 3 février 2008[1] au 28 mars 2010 date à laquelle lui succède Toufike Mohamed.

Elle est la « fille d'une assistante en communication dans le privé et [affirme] ne pas connaître son père ("il est prof de math je crois") »[2]. D'après Libération, sa mère s'appellerait Brigitte et son père est « d'origine marocaine, [et] il n'a pas voulu la reconnaître »[3].

Militantisme lycéen

Elle est la onzième présidente de la FIDL et a été élue à l'unanimité des militants réunis en congrès[4] pour les vingt ans de l'organisation. Elle est en charge de direction du bureau national et de la représentation extérieure.

Selon Lyon Capitale, « novice dans ses relations avec les médias, celle qui étudie au lycée Robert Doisneau à Vaulx-en-Velin ne présente pas le profil type du jeune militant syndical. Elle avoue être de gauche sans pour autant adhérer à un parti politique[5]. Selon Le Figaro, elle manifesterait « une posture de travailleuse désintéressée »[2] ».

Elle a été très présente dans les médias, journaux (portraits dans Le Figaro et Libération), télévision ("Du plateau de Michel Denisot au journal télévisé de France 2"[5]) à l'occasion du mouvement lycéen de 2008 qui s'opposait aux suppressions de postes dans l'Éducation Nationale et à la réforme du bac professionnel. Selon elle, « tout cela relève de la même logique : la restriction du budget de l'éducation »[6] et « il est nécessaire que les lycéens soient mieux encadrés, qu'il y ait plus d'assistants pédagogiques, de surveillants, de professeurs »[7].

En 2009, elle continue à intervenir comme porte-parole de son organisation lors du mouvement lycéen pour le report de la réforme des lycées et contre les suppressions de postes à l'Éducation Nationale[8].

Lycéenne

Elle a été scolarisée de 1999 à 2006 au collège Déborde de Lyon (enseignement catholique sous contrat). Pour l'année scolaire 2007-2008, elle était en classe de seconde générale au lycée Robert Doisneau de Vaulx-en-Velin (Rhône). Elle a avoué avoir un peu de mal à concilier études et engagement associatif mais ne pas en être inquiète[5]. Elle entre ensuite en classe de première économique et sociale au lycée Récamier, à Lyon de septembre 2008 à juin 2009. Elle quitte ensuite la ville de Lyon pour rejoindre Bordeaux où elle continuera des études par le CNED (Centre national d'enseignement à distance).

Bibliographie

  • « Alix Nicolet, discrète égérie des luttes lycéennes », par Jérôme Bouin et Charlotte Menegaux, portrait dans Le Figaro, 18/04/2008.
  • « Elle vient d'avoir 17 ans », par Véronique Soulé, portrait dans Libération, 12/05/2008.

Notes et références

  1. "Les organisations lycéennes, acteurs fragiles de la mobilisation", Le Monde, 17/04/2008.
  2. 2,0 et 2,1 "Alix Nicolet, discrète égérie des luttes lycéennes", portrait dans Le Figaro, 18/04/2008.
  3. "Elle vient d'avoir 17 ans", par Véronique Soulé, portrait dans Libération, 12/05/2008.
  4. "Alix Nicolet, 16 ans, en seconde à Vaulx-en-Velin, élue présidente de la FIDL", AFP, 03/02/2008.
  5. 5,0, 5,1 et 5,2 Alix Nicolet : « il y a de plus en plus de lycéens dans les rues », entretien à Lyon Capitale, 02/05/2008.
  6. « Il y a urgence, c'est maintenant qu'il faut se bouger », interview, L'Humanité, 08/04/2008.
  7. "Fidl: «Le bon combat»", interview, Le Journal du dimanche, 16/04/2008.
  8. Voir par exemple, «Au lycée, on ne va pas lâcher l'affaire», entretien, Libération, 17/01/2009.

Cet article « Alix Nicolet » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).