Encyclopédie Wikimonde

Analord

Aller à : navigation, rechercher
Analord

EP de Aphex Twin
Sortie Janvier - juillet 2005
Enregistré 2003 - 2005
Durée 204 minutes (Total, 11eps)
Genre Electronica, breakbeat, ambient, drum and bass, acid house
Producteur Richard D. James
Label Rephlex Records

Albums de Aphex Twin

En , de nombreuses personnes, en particulier les fans, ont pu se procurer sur le site de Rephlex le vinyle Analord 10, une version "collector" (et hors de prix) rangé dans un joli classeur en reliure avec le logo d'Aphex Twin dessus, pour y ranger l'intégrale.

Album

Après les grands succès critiques et les succès relatifs vis-à-vis du public de son Richard D. James Album et deux singles mémorables Come to Daddy et Windowlicker, il a peu à peu abandonné le devant de la scène, en particulier après un double album, Drukqs, qui le révélait, pour certains fans et médias, en pleine panne d'inspiration et tournant de plus en plus en rond[réf. à confirmer], alors que d'autres considèrent ce double album comme le meilleur qu'il ait fait. Le voilà de retour, mais chez Rephlex ! Aphex Twin et AFX sont la même personne comme l'indique certains vinyles où la production et les compositions sont attribuées à Richard D. James. Les sorties se devaient faire donc sous les noms AFX (chez Rephlex Records) et Aphex Twin (chez Warp Records).

Ensuite, AFX a sorti en cinq mois pas moins de 10 maxis, Analord 1, Analord 2, etc. jusqu'à Analord 11. Une série assez simple à aborder, modeste mais agréable dans ses sons de synthés. Le principe de départ est simple : utiliser des synthés analogiques pour créer des morceaux dans le style de ses précédents EP Analogue Bubblebath 2, 3, 4 au son bien vintage, Richard D. James a programmé une variété d'équipement analogue dans toute sa carrière. Les instruments sur Analord incluent des machines de batterie telles que les Roland TR-606, TR-808, et TR-909 ; compteurs séquentiels tels que le Roland MC-4 ; et divers synthétiseurs et polysynths avec les Roland SH-101 et Roland TB-303 un peu partout, un Fenix Synth modulaire (vu sur la face B d' Analord 2), et autres innombrables instruments qu'il s'est rassemblés au cours des années ou empruntés aux collègues.

Comme sur le site de Rephlex la commande des Analord 10 étaient limités et n'ont été mis en vente que sur leur site, une réédition de vinyles est parue en mi-juillet. Vendus comme les séries 1 à 11, ce maxi, une réédition du vinyle contenu dans le désormais célèbre classeur Analord qui avait été vendu pendant une courte période sur le site de Rephlex, est un picture disc avec le logo d'Aphex Twin de chaque côté. Ce vinyle est catalogué ANALORD10PICTURE qui différencie la version "collector".

Dès les premiers instants de Fenix Funk 5, on se souvient de ce que l'on appréciait tant chez Aphex Twin/AFX à l'époque de sa grandeur : sa faculté à organiser le plus vaste des chaos rythmiques et sonores en un terrain de jeu ludique, déroutant, parfois inquiétant, totalement imprévisible et hautement accrocheur. On retrouve Richard D. James exactement là où il nous avait abandonné il y a plus d'une décennie, à l'époque des Analogue Bubblebath et …I Care Because You Do, en pleine veine de destruction des règles musicales. Expérimental, déjanté, insaisissable, son travail sur les 11 singles Analord semble aussi obsolète tout en s'assumant totalement ainsi. Étrangement, ce sont les prémisses de l'inévitable "revival" de l'electronica des années 1990 qui se font déjà entendre sur ces morceaux aux sonorités datées mais à la verve et à la folie toujours aussi avant-gardistes. En prenant son temps comme jamais auparavant dans sa carrière, Richard D. James a recentré son inspiration, cultivant son petit jardin immédiatement reconnaissable, délaissant une inaccessible reconnaissance du grand public pour mieux déverser son trop plein d'idées dans des ébauches de fresques de cinq minutes qui rebondissent dans tous les coins des enceintes, d'improbables monstres musicaux titubants sous le poids d'une inventivité étourdissante.

Bien sûr certains fans attendront patiemment la compile en triple CD de tous ces morceaux (mais Richard D. James a décidé de faire autrement avec Chosen Lords, 2006).

Les autres fans qui ont cette collection de vinyles peuvent faire jouer les morceaux (les vinyles sont des 33 tours) en version accélérée (en 45 tours)…

Un mois après c'est au tour d'AFX de sortir un EP chez Warp Records, avec ses amis LFO… (Cf. 4 Tracks EP, 2005)

Le 24 décembre 2009, le site de Rephlex Records a ressorti la série des Analord aux formats numériques (MP3 et WAVE) avec en plus des morceaux inédits. Au total, 20 inédits ont été ajoutés.

Liste des titres

Le 10 janvier 2005

A - Fenix Funk 5 (5:07)
B - Xmd 5a (7:56)

Vendus seulement par le net, sur le site de Rephlex, cette édition limitée de vinyle noire, de 180 g, a été empaquetée dans une reliure "collector" avec le logo d'Aphex Twin et le titre Analord de couleur dorée sur la couverture (disposés comme sur celle de la pochette de Chosen Lords) et 12 pochettes transparentes pour tenir d'autres vinyles de la série d’Analord.

Rephlex a envoyé par la poste le paquet des "collectors" en deux fois. En raison des problèmes dû à la rupture des stocks, environ 20 acheteurs n'ont pas reçu leur paquet… (Voir dans Analogue Bubblebath 5).

Le 21 janvier 2005

A1 - Steppingfilter 101 (4:45)
A2 - Canticle Drawl (1:45)
A3 - MC-4 Acid (3:47)
A4 - Untitled (1:31)
B1 - Where's Your Girlfriend? (5:06)
B2 - Grumpy Acid (3:21)
B3 - Analord 158b (1:40)

Le morceau Untitled n'est pas mentionné sur le vinyle. Le 24 décembre 2009, sur le site Rephlex Records, ce morceau est mentionné et titré Bubble 'n' Squeek 2.

Bonus :

Canticle Drawl (Alt. Version) (0:36)
Where's Your Girlfriend (Another Version) (3:37)

A1 - Phonatacid (9:47)
A2 - Laricheard (2:15)
B1 - Pissed Up In SE1 (5:14)
B2 - Bwoon Dub (5:55)

Bonus :

Carnival Acid (3:33)

Le 1er mars 2005

A1 - Boxing Day (6:36)
A2 - Midievil Rave 1 (2:44)
B1 - Klopjob (5:24)
B2 - Midievil Rave 2 (4:00)

Le Boxing Day est un jour férié qui correspond en Angleterre au 26 décembre.

Bonus :

Stabbij (4:23)

A1 - Crying In Your Face (4:25)
A2 - Home Made Polysynth (4:07)
B1 - Halibut Acid (6:07)
B2 - Breath March (3:46)

Bonus :

Flutternozzle (6:30)
In The Maze Park (1:32)
Halibut Acid (Orig. Mix) (4:37)

Le 8 mars 2005

A - Reunion 2 (5:10)
B - Cilonen (5:34)

Bonus :

Gong Acid (3:06)
Reunion 2 (Alt. Version) (6:25)

Le 11 avril 2005

A1 - Batine Acid (5:26)
A2 - Snivel Chew (4:02)
B1 - I'm Self Employed (4:26)
B2 - 2 Analogue Talks (1:47)
B3 - Analoggins (7:17)

Analoggins est composé par Captain Voafose (pseudonyme de l'artiste Jeremy Simmonds) et Smojphace (en fait Richard D. James avait joué ce morceau lors d'un de ses DJ set en 2003 sous ce pseudonyme. D'ailleurs le single Smojphace EP, sorti en 2003 sur son label MEN Records, en est la preuve…

Jeremy Simmonds a précédemment travaillé avec Luke Vibert sur quelques albums chez Rephlex.

Bonus (Dans cette version numérique, le morceau 2 Analogue Talks a été séparé en deux morceaux : Analogue Talk (Claknib) (0:58) et Analogue Talk (Chorus 3) (0:52)) :

Bodmin 1 (4:37)
Bodmin 2 (4:17)
Bodmin 3 (5:26)

Le 22 avril 2005

A - Lisbon Acid (8:29)
B1 - Pitcard (6:18)
B2 - AFX Acid 04 (5:37)

Bonus :

Wabby Acid (3:34)

Le 3 mai 2005

A1 - PWSteal.Ldpinch.D (3:43)
A2 - Backdoor.Berbew.Q (4:57)
B1 - W32.Deadcode.A (6:18)
B2 - Backdoor.Spyboter.A (5:06)

Bonus :

Backdoor.Berbew.Q [Tollwedgechord Mix] (5:01)

Le 1er juin 2005

A1 - PWSteal.Bancos.Q (4:50)
A2 - Trojan.KillAV.E (3:03)
B1 - W32.Aphex@mm (3:52)
B2 - Backdoor.Netshadow (4:49)

La couverture comporte un plan rapproché d'un compteur séquentiel d'Electrocomp EML 401/400.

Bonus :

Liptons B Acid (5:48)

Le 9 juin 2005

A - W32.Mydoom.AU@mm (8:47)
B1 - VBS.Redlof.B (4:39)
B2 - Backdoor.Ranky.S (6:00)

Les morceaux d’Analord 8, 9, et 11 sont baptisées du nom des virus d'ordinateur et de tout autre logiciel malveillant, pour décourager probablement les téléchargements.

Les images des deux côtés d’'Analord 11 comportent le mémorial de Michael Faraday dans l'Elephant and Castle à Londres (et qui est près de la banque hors d'usage que Richard D. James possède).

Bonus (Dans cette version numérique, le morceau Backdoor.Ranky.S a été séparé en deux morceaux : Backdoor.Ranky.S 5 (4:10) et Backdoor.Ranky.S 4 (2:30)) :

Not Disturbing Mammoth 1 (Mono) (2:07)
Not Disturbing Mammoth 2 (Mono) (2:02)
Love 7 (4:50)
3 Notes Con (4:56)
VBS.Redlof.B (Bass Version) (3:30)

Le 11 juillet 2005

A - Fenix Funk 5 (4:58)
B - Xmd 5a (7:55)

Cette version de vinyle et réédition d'Analord 10 montre le logo d'Aphex Twin. Contrairement à ce que certains croient, ce vinyle est sous le pseudonyme d'Aphex Twin, pas d'AFX. Confirmé par Grant Wilson-Claridge de Rephlex.
Le ANALORD10PICTURE a été distribué en vente dans les magasins, à la différence d'ANALORD10.
Cette version de vinyle n'a pas été vendue avec les reliures "collectors" comme ceux des éditions d'Analord 10 de janvier.

Notes

  • Le nom Analord est probablement repris d'un morceau de Luke Vibert Analord de son vinyle ’95-’99 ou Lover's Acid du label Planet Mu. Le nom se rapporte à l'équipement de musique analogue que Richard D. James a utilisé pour la composition de la série d’Analord. Aussi, puisque Richard D. James a un penchant pour les anagrammes, il est remarquable que Analord soit une anagramme pour A Roland, peut-être pour référencier la société qui fabrique ces synthétiseurs analogiques. Ou alors à une connotation à double sens.


Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).