Encyclopédie Wikimonde

Andy Picci

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 115 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Andy Picci, de son vrai nom Andrea Picci[1], est un artiste contemporain et poète né le à Lausanne[2],[3].

Son travail s'articule autour de deux sujets: la célébrité et les réseaux sociaux[2],[4]. La quête du moi profond, l'identité, et les tourments d'une génération vivant dans un monde 2.0, sont son obsession[5].

Biographie

Né à Lausanne le , Andy Picci grandit en Suisse[6]. Il a étudié la photographie à l'ECAL, la communication visuelle à l'ESAM Design de Paris, et possède une Maitrise en Fine Arts de la Central Saint Martins de Londres[2],[3].

Œuvres notables

2015, Le Parisien

Le , un de ses projets crée le buzz lorsque Picci berne des paparazzis en se faisant passer pour Pete Doherty et est publié en couverture de quotidien Le Parisien à la place de la rockstar[7],[8],[6]. Carole Boinet écrivit pour Les Inrockuptibles que « En incarnant un faux Doherty sur une photo présentée comme vraie, le sosie s’inscrit dans une démarche appropriationniste à la Richard Prince, questionne la construction des identités (coucou Cindy Sherman) et tacle notre société du spectacle. »[9]

2017, Essais de Gloire

En 2017, Picci publie un recueuil de poésie intitulé "Essais de Gloire (Anatomie de mon cœur en été)" aux Éditions de la Marquise[10]. Dès sa sortie, il fut invité par Isabelle Falconnier à en faire une lecture-performance sur la Place Suisse du Salon du Livre de Genève le vendredi [11],[12],[13]. Le recueuil a été le "Coup de Cœur" de David Trotta dans l'Uniscope n° 626[14].

2018, Nabilla

En , Picci présente une exposition consacrée à Nabilla Benattia[15],[16]. Il y expose 17 toiles emblématiques de l'histoire de l'art qu'il a numérisées, avant de les détourner en y apposant le visage de la star de télé-réalité[17]. Nabilla se dira « très flattée » de l’exposition qui lui est consacrée et la transforme en Joconde[18].

2019, Filtres Instagram

Début 2019, il dévoile une série de filtres faciaux sur Instagram. Les filtres, librement utilisables sur la plateforme, interrogent notre relation au selfie et à notre utilisation des réseaux sociaux[19].

2020, Confinement et expositions virtuelles

Durant le confinement du à la pandémie COVID-19, Picci débute une résidence artistique sur son compte Instagram durant laquelle il publie une œuvre par jour[20]. Le 3 avril 2020, il dévoile une exposition virtuelle visible à travers un filtre instagram. Intitulée e-XHIBITION, elle regroupe une sélection des œuvres créées durant la période de quarantaine[21].

Suite à ça, les Musées d'État de la Haute-Autriche ont exposé du 20 mai au 28 Juin 2020 iSOLATION[22]. Cette seconde exposition personnelle montrant les œuvres créées par Picci durant le confinement est "la première exposition virtuelle organisée par un musée"[23].

Publications

Poésie

Contributions éditoriales

  • LORDS Magazine - PRINT 3: Wangan - Autumn/Winter 18, KD Press, Paris 2018. ISSN 2551-2625
  • LORDS Magazine - PRINT 4: Gangnam - Spring/Summer 18, KD Press, Paris 2018. ISSN 2551-2625

Recensé

  • PZ World, Publié par IDEA ltd & PZToday@, Londres 2018. Edition de 300 exemplaires REF. 11545

Filmographie

Clips

Notes et références

  1. « Entre art et identité : rencontre avec Andrea Picci - Maze Magazine », Maze Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 (de) « Was verkaufen Künstler in Zeiten sozialer Medien? | Monopol – Magazin für Kunst und Leben », sur www.monopol-magazin.de (consulté le 15 novembre 2018)
  3. 3,0 et 3,1 « Andy Picci, un enfant (trop?) de son siècle », sur www.bewaremag.com (consulté le 14 novembre 2018)
  4. « On a testé : la biennale de Paname | Twenty Magazine », sur www.twentymagazine.fr (consulté le 15 novembre 2018)
  5. Hugo Compain, « L’artiste Andy Picci questionne l’identité à l’heure des réseaux sociaux », Vogue,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  6. 6,0 et 6,1 Metro News, « Qui est Andy Picci, le jeune homme ressemblant à Pete Doherty qui a berné les paparazzis ? », LCI,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  7. « Sosie de Pete Doherty en Une du «Parisien»: «Les paparazzis m'ont encerclé et j'ai joué le jeu» », sur www.20minutes.fr (consulté le 14 novembre 2018)
  8. Azzedine Fall, « "Pete Doherty habite à Melun": quand Le Parisien confond le musicien avec un inconnu », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  9. Carole Boinet, « Un faux Pete Doherty à la une du “Parisien” », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  10. « Essai de Gloire - Andy Picci - SensCritique », sur www.senscritique.com (consulté le 19 novembre 2018)
  11. Cécile Mazin, « Le Salon du livre de Genève : à chaque jour ses stars », ActuaLitté,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2018)
  12. « Salon du livre et de la presse de Genève - 26 au 30 avril | éditions d'en bas », sur enbas.net (consulté le 19 novembre 2018)
  13. « Ouverture ce matin du 31e Salon du livre et de la presse de Genève ! | Palexpo », sur www.palexpo.ch (consulté le 19 novembre 2018)
  14. David Trotta, « Coup de Coeur - Sur son arbre peché », l'uniscope,‎ , p. 20 (ISSN 1660-8283, lire en ligne)
  15. « Nabilla devient « La Joconde » le temps d’une exposition », La Parisienne,‎ 2018-06-06cest15:50:54+02:00 (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  16. Emmanuelle Fournier-Lorentz, « L’artiste suisse Andy Picci consacre une exposition à sa muse, Nabilla », Konbini Switzerland FR,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  17. « Andy Picci nous a parlé de son exposition "Allô?!" consacrée à Nabilla », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  18. « Nabilla "très flattée" de l’expo qui lui est consacrée et la transforme en Joconde », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  19. Lisa Miquet, « Avec ses propres filtres Instagram, Andy Picci interroge notre rapport aux réseaux sociaux », sur Cheese - The big picture by Konbini, Konbini (consulté le 6 février 2019)
  20. (en) Alex Peters, « Meet Andy Picci, the digital artist behind your favourite quarantine art », sur Dazed, (consulté le 13 octobre 2020)
  21. Lise Lanot, « Un musée que vous pouvez visiter à travers un filtre Instagram ? Andy Picci l'a fait », sur Konbini Arts - Photographie et arts sans filtre par Konbini, (consulté le 13 octobre 2020)
  22. (de) Melanie Wagenhofer, « Im Zustand der Isolation », sur Oberösterreichisches Volksblatt, (consulté le 13 octobre 2020)
  23. (de) « Instagram als Ausstellungsraum: iSOLATION. is it over yet? », sur mus.er.me.ku, (consulté le 13 octobre 2020)

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).