Encyclopédie Wikimonde

Annaig Le Gars

Aller à : navigation, rechercher

Annaig Le Gars
Fonctions
Conseillère régionale de Bretagne
Présidente du groupe UDB-Gauche alternative de 2004 à 2010
Élection 28 mars 2004
Réélection 21 mars 2010
Président du Conseil Jean-Yves Le Drian
puis Pierrick Massiot
Adjointe au maire de Pluguffan
Maire Annie Kerhascoët
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Quimper (Finistère, France)
Parti politique UDB
Profession Professeur certifié d'histoire-géographie

Annaig Le Gars, née le à Quimper[1], est une femme politique française. Membre de l'Union démocratique bretonne (UDB), elle est adjointe au maire de Pluguffan de 2001 à 2008 et conseillère régionale de la région Bretagne de 2004 à 2015.

Biographie

Formation et carrière professionnelle

Plusieurs années après avoir obtenu le baccalauréat littéraire, elle reprend des études universitaires alors qu'elle travaille comme surveillante d'internat et qu'elle élève ses deux enfants nés en 1982 et 1984. Elle passe une maîtrise d'histoire puis obtient le CAPES en 1987. Elle enseigne l'histoire et la géographie dans plusieurs lycées et collèges à Rennes, Lorient ou Quimper avant d'être nommée en 1995 au lycée Laënnec de Pont-l'Abbé. Depuis 2003, elle est professeur certifié d'histoire-géographie en langue bretonne au collège Brizeux de Quimper[2],[3].

Engagement politique

L'engagement politique d'Annaig Le Gars remonte à l'adolescence quand elle participe à des luttes culturelles et écologistes[4]. Elle s'implique dans les mouvements lycéens et féministes, pour la défense de la langue bretonne. Puis elle s'engage dans des comités anti-marées noires et antinucléaires, à Plogoff notamment[4]. Elle milite également dans les comités pour l'amnistie des prisonniers politiques bretons, les Kuzulioù an distaoliadeg[5] (KAD), qui seront en 1983 à l'origine d'Emgann, un mouvement politique d'extrême gauche indépendantiste. Elle y adhère dès sa création et en devient la porte-parole en 1987. Après la déception des élections régionales de 1992, Annaig Le Gars prend du recul vis-à-vis d'Emgann puis quitte le mouvement en 1993.

La Quimpéroise continue d'être active politiquement et se présente en 1994 aux élections cantonales et aux élections européennes[2]. Sur le canton de Quimper-3, soutenue par Les Verts et l'Union démocratique bretonne (UDB), elle obtient 5,11 % des suffrages[3],[6]. En 1996, elle publie Ni hon unan, le premier essai politique écrit en breton. Annaig Le Gars rejoint l'UDB en 1999, lorsqu'une section locale est créée à Quimper[4],[2]. Elle est élue en 2001 adjointe au maire de Pluguffan chargée de la communication[7]. En 2004, Annaig Le Gars est élue conseillère régionale lorsque la région bascule à gauche et est nommée présidente du groupe UDB-Gauche alternative à l'assemblée régionale[2]. En 2010, elle est réélue conseillère régionale ; elle est membre de la commission culture et sports[1].

Aux élections régionales de 2015, elle apparait sur la liste de Christian Troadec qui ne parvient pas à se qualifier pour le deuxième tour.

Publications

Sa signature pouvant évoluer au fil du temps, Annaig Le Gars écrit cinq ouvrages en l'espace de dix ans : trois essais politiques (1994, 1996 et 1998), un récit biographique de Marie Le Bec (1997) et un roman bilingue (2004) :

  • (br) Naig Le Gars, Chao e Kêris, Plougastel-Daoulaz, Delioù, coll. « Pluenn », , 160 p., 21 x 15 cm (ISBN 978-2-915058-04-8)
  • Annaig Le Gars, Les Bretons par eux-mêmes : essai sur la condition bretonne, Le Relecq-Kerhuon, An Here, coll. « Essai : Bretagne politique », , 86 p., 21 cm (ISBN 2868431798)
  • Annaig Le Gars, Marie Le Bec : chronique de Menez-Banal, Spézet, Keltia Graphic, , 218 p., 22 cm (ISBN 2906992666, présentation en ligne)
  • (br) Annaig Gars, Ni hon unan, Quimper, Al Lanv, , 64 p., 12 x 17 cm (ISBN 2-9506387-6-7)
  • Annaig Le Gars, Breizh-Europa : histoire d'une aspiration, Quimper, Ijin, , 80 p.

Elle renoue en 2015 avec l'essai politique en analysant la montée du Front national et en plaidant pour une relocalisation du pouvoir politique :

  • Naig Le Gars, Du cauchemar à l'espoir, Quimper, Ijin, , 80 p., 15 × 21 cm (ISBN 978-2-9551976-0-8)

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Fiche biographique de Naig Le Gars », L'annuaire des élus, sur Bretagne.fr, Conseil régional de Bretagne (consulté le 5 novembre 2013)
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 « Naig Le Gars », sur Udb-bzh.net (consulté le 5 novembre 2013)
  3. 3,0 et 3,1 Chartier & Larvor 2002, p. 36
  4. 4,0, 4,1 et 4,2 Cadiou 2013, p. 260
  5. Littéralement « conseils pour l'amnistie » en français.
  6. Base de données Traitement et exploitation des résultats électoraux (TERE) du site Internet du journal Le Monde.
  7. Élue entre-temps conseillère régionale, A. Le Gars ne se représentera pas aux municipales de 2008.

Annexes

Bibliographie

  • Georges Cadiou, Emsav, dictionnaire critique, historique et biographique : le mouvement breton de A à Z, Coop Breizh, , 368 p., 15,5 × 24 x 3,6 cm (ISBN 9782843465741, présentation en ligne), p. 260
  • Erwan Chartier et Ronan Larvor (ill. Malo Louarn), La question bretonne : enquête sur les mouvements politiques bretons, Plougastel-Daoulas, An Here, , 175 p., 22 × 28 cm (ISBN 286843262X, présentation en ligne), p. 35-37

Articles connexes

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Cet article « Annaig Le Gars » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).