Encyclopédie Wikimonde

Annick du Roscoät

Aller à : navigation, rechercher

Annick du Roscoät
Illustration.
Fonctions
Présidente du CNIP

(9 ans, 6 mois et 16 jours)
Prédécesseur Gérard Bourgoin
Successeur Gilles Bourdouleix
Biographie
Nom de naissance Annick Canton
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Tourcoing (Nord)
Nationalité Française
Parti politique RPR
CNIP
Conjoint Philippe Rolland du Roscoät

Annick du Roscoät, de son nom de naissance Annick Canton,est née le 23 août 1948 à Tourcoing (Nord), est une femme politique française.

Biographie

Annick du Roscoät commence sa carrière politique auprès de Jean-Maxime Lévêque, lorsque l'ancien banquier crée le mouvement UNIR. Lors de l'absorption d'UNIR par le CNI, elle croise Raymond Bourgine, Sénateur de Paris, vice-président du CNI, et artisan de l'accord avec le banquier.

Après avoir été membre pendant un an du RPR, elle s'encarte au Centre national des indépendants et paysans (CNIP) en 1984.

Elle est conseillère municipale de Nantes, et grâce à l'accord national de partenariat entre le RPR et le CNI, elle est investie par les deux partis pour les cantonales de1995. Elle est substituée au Sénateur Paul Guillard, qui ne se représente pas et elle est élue conseillère générale de la Loire-Atlantique pour le canton de Nantes-2, canton qu'elle perdra dès 2001 face à la socialiste Michelle Meunier. Elle sera également conseillère régionale des Pays de la Loire, siège qu'elle perdra à son tour. Elle sera alors recasée au Conseil économique et social, et y sera reconduite en 2011. Elle préside aussi le Haut comité national de la francophonie et des Comités Malraux pour l'Europe de la Culture.

Annick du Roscoät est présidente nationale du Centre national des indépendants et paysans du 8 avril 2000[1],[2],[3] au 24 octobre 2009, au moment où ce parti perdra la quasi-totalité de sa représentation parlementaire. Elle en devient la présidente d'honneur (jusqu'en 2011)[4],[5]. Dans le cadre des élections européennes de 2009, elle est tête de liste du CNIP en Île-de-France, et obtiendra 11.700 voix, soit 0,42% des suffrages exprimés..

Elle quitte le CNIP en novembre 2011, s'opposant à la stratégie de son successeur, Gilles Bourdouleix, Député-Maire de Cholet, héritier de l'ancien Ministre CNI Maurice Ligot, (gouvernement Raymond Barre II) qui souhaitait positionner le parti plus au centre de l'échiquier politique, en renouant avec la philosophie centriste des fondateurs du CNI, Roger Duchet et Antoine Pinay. En 2012, elle soutient la candidature de Nicolas Sarkozy[6] à l'élection présidentielle, lequel sera battu.

Décorations

Elle est faite Chevalier dans l'Ordre national de la Légion d'honneur, décorée par le Président de la République Jacques Chirac le 14 avril 2003. Elle est nommée Officier de l'Ordre national du Mérite au J.O. du 15 novembre 2010[7], et décorée par le Président de la République Nicolas Sarkozy.

Notes et références

  1. « CNI : Annick du Roscoat a été élue présidente du Centre national des indépendants et paysans (CNI) », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 24 décembre 2017)
  2. Le Point, magazine, « Annick du Roscoat : la copine de Chirac », sur Le Point.fr (consulté le 24 décembre 2017)
  3. Gilles RICHARD, Histoire des droites en France (1815-2017), edi8, (ISBN 9782262070748, lire en ligne)
  4. « Gilles Bourdouleix élu président du CNI », Ouest-France, 24 octobre 2009.
  5. « Annick du Roscoät démissionne du CNIP », Le Salon Beige,‎ (lire en ligne, consulté le 24 décembre 2017)
  6. Yvan Stefanovitch, Rentiers d'Etat, Editions du moment, (ISBN 9782354174286, lire en ligne)
  7. « Annick du ROSCOAT - Nominations au Journal Officiel de la République Française », sur jorfsearch.steinertriples.fr (consulté le 24 décembre 2017)

Articles connexes


Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).