Encyclopédie Wikimonde

Anti-football

Aller à : navigation, rechercher

L' Anti-football, ou Refus du football, est un comportement social, vis-à-vis du football, de personnes qui, par leurs actes ou leurs paroles, s'opposent à la place donnée au football dans la société.

Football-NO.svg.png

Objectif

L'objectif du comportement "Anti-football" est de lutter contre l'envahissement du football dans la vie et de lutter pour que les amateurs de football laissent aux anti-football un espace suffisant pour exister.

La réalité Anti-football

Vers 1500

Le refus de football est ancien.

…football, wherein is nothing but beastly fury and extreme violence; whereof proceedeth hurt, and consequently rancor and malice do remain with them that be wounded… ("…Le football n'est autre que fureur bestiale et violence extrême; dont la blessure subséquente n'engendre que rancœur et méchanceté chez ceux qu'elle touche…") — Sir Thomas Elyot (1499-1546) à propos du football de l'époque, alors interdit, Book of The Governor, 1531

De nos jours

L'origine de l'Anti-football est la conséquence des excès du football :

  1. Les heures de retransmission télévisées de football sont importantes et souvent en prime-time du fait des « directs ».[1].
  2. La violence des supporteurs dans les stades (voir : Drame du Heysel) et hors des stades est réelle. L'esprit de compétition propre à tout sport peut en effet parfois se reporter à l'extérieur des terrains, phénomène amplifié par la couverture médiatique. [2]
  3. Les revenus des vedettes du football sont vertigineux : Selon Le Figaro[3], Zinedine Zidane gagnerait plus de 300 000 euros par match, représentant un salaire de 55 euros par seconde de jeu (sur une base annuelle) - indépendamment des recettes assurées par les participations à des campagnes publicitaires.

Ces excès provoquent ainsi chez les Anti-football une réaction de rejet, non pas contre le sport lui-même, mais contre l'emprise médiatique qui en découle. L'Anti-football est présent principalement dans les pays où le football est le sport roi. Mais il existe aussi aux États-Unis : Mike Barnacle, journaliste sur MSNBC, déclarait en 1994 : "Le football est un sport sans intérêt où une horde d'athlètes incompréhensibles courent dans un cercle jusqu'à ce que la soif les attrapent et que finalement un coup de crâne donne un but", stigmatisant parallèlement une opposition entre le football américain et le soccer.

Actions Anti-football

[réf. nécessaire]

Actions collectives

Certaines actions collectives ont été menées contre le football.

La Férédération Internationale s'est parfois auto-censurée en interdisant certaines rencontres. Certains pays d'Europe ont mis en place des moyens de lutte contre les supporters violents. Certains publicitaires ciblent ostensiblement les consommateurs "Anti-football". Certaines organisations tentent de séduire les consommateurs sur des alternatives au football : rugby, basket, sports de combats, courses automobiles.

Cependant, il n'existe à ce jour aucune organisation internationale contre le football qui ait un pouvoir équivalent à celui de la Férédération Internationale.

Actions individuelles

Les attitudes individuelles de refus du football sont les attitudes habituelles de refus : l'évitement, le dialogue et l'affrontement.

L'évitement consiste à faire individuellement le nécessaire pour éviter toute information concernant le football. Le dialogue consiste à engager les échanges courtois avec les amateurs de football pour affirmer sa préférence sur d'autres sujets que le football. L'affrontement consiste dans l'expression vive de refus de la dictature du football.

Références

  1. Une étude réalisée en 2005 par l'institut allemand IFM sur huit pays européens montre une augmentation de 18,5% par rapport à la saison précédente, portant le nombre d'heures de diffusion de football à 14 600 et faisant du ballon rond le premier thème télévisuel en Europe, loin devant l'information et la fiction
  2. Fin 2005, un jeune garçon d'une quinzaine d'années a été pendu à une porte avec son écharpe de l'OM par d'autres collègiens soutenant un autre club. Il a heureusement été sauvé à temps par ses camarades.
  3. « Le palmarès des revenus les plus fous », Le Figaro Magazine, Pierre Fliecx avec Amandine Grosjean, 5 mai 2006.

Bibliographie

  • Football Sociologie de la haine, Sous la direction de Camille Dal et Ronan David, éditons L'Harmattan, 2006, (ISBN 2-7475-0000-1[à vérifier : ISBN invalide])
  • Keith Dunstan, No Brains At All: An Autobiography, 1990, (ISBN 0670832731)

Liens internes

Article publié sur Wikimonde Plus.