Encyclopédie Wikimonde

Antibilinguisme

Aller à : navigation, rechercher

L'antibilinguisme, ou anti-bilinguisme, est le nom donné dans plusieurs pays à la pratique, politique ou culturelle, de ceux qui s'opposent au bilinguisme, que le bilinguisme soit officiel, comme au Canada, ou non, comme aux États-Unis (au niveau fédéral et dans de nombreux États)[réf. nécessaire].

Opposition

C'est l'opposition politique à un statut pour une langue autre que la langue officielle, soit dans l'enseignement obligatoire, soit dans l'exercice de droits attachés à une langue non officielle[réf. nécessaire].

Il ne faut pas le confondre avec le monolinguisme qui n'est qu'une pratique linguistique.

Au Canada

Il est quelquefois employé au Canada, concernant le refus de placer le français sur un pied d'égalité avec l'anglais, que ce soit au Québec ou dans d'autres provinces canadiennes comme le Nouveau-Brunswick ou le Manitoba[citation nécessaire][1] .

Aux États-Unis

Aux États-Unis le termes anglais antibilingualism qualifie le refus de reconnaissance de la pratique officielle de l'espagnol, et plus particulièrement (mais pas uniquement) en Californie et Floride, où la population hispanophone est très importante.

Trois groupes connus[non neutre] sont opposés au bilinguisme sont : English-only movement, ProEnglish, et U.S. English dont la personnalité la plus médiatique est le gouverneur Arnold Schwarzenegger.

Citation[non neutre]

«La plupart des observateurs ont surtout relevé l'anti-bilinguisme et la tendance xénophobe de ce parti anglophone opposé au principe du bilinguisme officiel». « La dimension populiste de l'émergence et du succès électoral du Parti Confederation of Regions au Nouveau-Brunswick », par Chedly Belkhodja,département de science politique, Université de Moncton, Canadian Journal of Political Science / Revue canadienne de science politique, vol. 32, n° 2, juin 1999, p. 293-315[2] .

Notes et références

  1. Le terme est cité par Jacqueline Blay, L'article 23, les péripéties législatives et juridiques du fait français au Manitoba, 1870-1986, Saint-Boniface (Manitoba), Les Éditions du Blé, 1987, 392 pages, p. 100 (ISBN 0-920640-65-6) ; Linguistic Policies, Michael A. Morris, Jacques Maurais, Les politiques linguistiques canadiennes, approches comparées, Paris, L'Harmattan, 2003, 234 pages, p. 64 (ISBN 274755418X) : [1] ; Raphaële Wiesmath, Le français acadien : analyse syntaxique d'un corpus oral recueilli au Nouveau-Brunswick / Canada, Paris, L'Harmattan, 2006, 278 pages, p. 31 (ISBN 2296002889) : [2].
  2. Voir Abstract

Liens externes


Cet article « Antibilinguisme » est issu de Wikimonde Plus.