Encyclopédie Wikimonde

Antoine Léaument

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 115 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Antoine Léaument est une personnalité politique française né le à Châteauroux[1]. Il est responsable de la communication numérique de la France insoumise[2] et de Jean-Luc Mélenchon.

Parcours scolaire

Antoine Léaument effectue sa scolarité maternelle, primaire et secondaire à Châteauroux dans le groupe scolaire privé Léon XIII[3]. Après une première année d'étude supérieures en Histoire à l'antenne universitaire de Châteauroux de l'université Orléans-Tours[3], il étudie ensuite les Lettres et l'Histoire à l'université de Poitiers où il obtient une licence « Lettres, voie Sciences-Po ». Antoine Léaument étudie ensuite la sociologie politique à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne puis obtient un master « Affaires publiques, mention administration du politique » dans cette même université[3].

Parcours politique

Initialement proche du MoDem et se disant lui-même ancien « bayrouiste »[3], Antoine Léaument rejoint le Parti de Gauche en janvier 2011[1] après avoir participé à Poitiers aux manifestations contre la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy[3]. Étudiant à l'université Paris 1, il fonde le « cercle Front de Gauche de la Sorbonne » lors de l'année universitaire 2011-2012[4]. À l'été 2012, il effectue un stage avec Martine Billard, alors députée de la 1re circonscription de Paris. En 2013, après un stage au Conseil régional d'Île-de-France au sein du groupe « Front de Gauche, Parti de Gauche et Alternatifs », il effectue un stage au sein du cabinet de Jean-Luc Mélenchon avant de devenir, dès septembre 2013, responsable de sa communication numérique[3], initiant un tournant important dans cette communication pour lui faire rencontrer « un net succès »[5],[6]. Il est également en charge, depuis l'été 2017, de la communication numérique de la France insoumise et a notamment piloté, dans ce cadre, le développement de la chaîne insoumise Canal FI[7].

Antoine Léaument est animateur du comité d'appui de la France insoumise à Châteauroux pour les élections européennes et la préparation des élections municipales[4].

YouTube

Antoine Léaument est notamment connu pour avoir fortement développé la chaîne YouTube de Jean-Luc Mélenchon depuis octobre 2016 avec le lancement d'une émission hebdomadaire intitulée La Revue de la semaine[1],[8],[9],[3],[10]. Il est lui-même YouTubeur et anime la chaîne Le Bon Sens[1],[8],[10],[1]. Il s'est notamment fait connaître sur cette plateforme en parodiant une vidéo de Florian Philippot[1],[10] et en relayant les coulisses de la campagne présidentielle[9].

Autres

Antoine Léaument anime depuis 2012 un site internet désormais intitulé, comme sa chaîne YouTube, « Le Bon Sens »[10].

Notes

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 Dejean 2017.
  2. Romain Brunet, « Européennes : les partis politiques français s'organisent pour contrer les “fake news” », France 24,‎ (lire en ligne).
  3. 3,0, 3,1, 3,2, 3,3, 3,4, 3,5 et 3,6 Balogog 2017.
  4. 4,0 et 4,1 Ratsivalaka 2017.
  5. Mélenchon, à la conquête du peuple, Robert Laffont, (ISBN 978-2-221-21926-3) [lire en ligne] .
  6. Éric Delbecque, Les ingouvernables : De l'extrême gauche utopiste à l'ultragauche violente, plongée dans une France méconnue, Grasset, (ISBN 978-2-246-81734-5) [lire en ligne] .
  7. « La France insoumise lance sa chaîne de télévision, “Canal FI” », sur Europe 1, .
  8. 8,0 et 8,1 Turcan 2017.
  9. 9,0 et 9,1 Olivier Philippe-Viela, « Jean-Luc Mélenchon sur YouTube : “Ça marche parce qu’il ne caricature pas les stars de YouTube pour se faire passer pour un jeune” », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  10. 10,0, 10,1, 10,2 et 10,3 « Antoine Léaument, vidéaste de 27 ans, sherpa de Mélenchon sur YouTube », sur Arrêt sur images, .

Voir aussi

Bibliographie

  • Armêl Balogog, « Présidentielle 2017 : Antoine Léaument, de Châteauroux à l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  • Claire Courbet, « Antoine, le “Monsieur Youtube” de Mélenchon : “Mes profs me disaient de faire attention pour mon avenir” », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  • Mathieu Dejean, « Comment Antoine Léaument a révolutionné la communication web de Jean-Luc Mélenchon », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)
  • Pierre Lepelletier, « Les 12 apôtres de Jean-Luc Mélenchon », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  • Bruno Mascle, « La communication web de Mélenchon révolutionnée par un Calstelroussin », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  • Bruno Mascle, « La gauche “éparpillée façon puzzle” », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  • Vincent Matalon, « Jean-Luc fait des vidéos : comment le candidat Mélenchon est devenu le “champion” de YouTube en deux mois », France Info,‎ (lire en ligne)
  • Albane Ratsivalaka, « Antoine Léaument l'Insoumis connecté », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  • Bertrand Slezak, « Châteauroux : A. Léaument a le profil », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  • Marie Turcan, « Voici le youtubeur de 27 ans derrière le succès fulgurant de la chaîne de Jean-Luc Mélenchon », Business Insider,‎ (lire en ligne)

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 676 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).