Encyclopédie Wikimonde

Apprentissage par l'expérience

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

L'apprentissage par l'expérience est l’adaptation pour les adultes des pédagogies actives bien connues à l’école maternelle. Référence : Mucchielli Relevant de l’Éducation Non-Formelle pour adultes (hors la salle de cours, avec un objectif éducatif), il s'agit du levier de développement des compétences personnelles et sociales le plus influent internationalement, principalement dans les pays anglo-saxons (Experiential Learning/Outdoor Education). Cette approche s'est développée en France à partir des travaux et de l'action de l’écrivain-géographe Alain Kerjean[1] qui l'a initiée en 1986 sous le nom d'Expérientiel. Il est considéré par l’Union européenne comme une « voie d’avenir » dans le domaine de l'apprentissage cognitif[2]. Une étude du Centre de recherche sur l'éducation et l'innovation de l'OCDE classe en 2018 l'Experientiel Learning parmi les six approches les plus innovantes (...).

Définition

L’apprentissage par l'expérience est un processus par lequel une personne développe des compétences personnelles et sociales au moyen d'expériences vécues et réfléchies.

Cette éducation "non-formelle " représente un complément puissant à l’enseignement "formel"  dispensé dans les salles de cours, car elle développe des compétences qui ne se transmettent pas[3].

Principes pédagogiques

Schéma Apprentissage par l'expérience

Le processus d’apprentissage utilise le support de problèmes à résoudre en grandeur réelle « ici et maintenant », le plus souvent dans la nature, et s’appuie sur l’essai-erreur. La spirale de l'apprentissage par l'expérience est une succession de cycles comprenant quatre étapes[4]:

1.    La formation commence par une expérience concrète à appréhender émotionnellement

2.    L’expérience émotive est transformée par la pensée en observation et génère la question « que faisons-nous avec ça ? »

3.    L’observation une conceptualisation abstraite : « comment pouvons-nous faire autrement ? »

4.    L’hypothèse est ensuite testée en situation concrète et le cycle se poursuit, tel une spirale 

L’on retrouve dans ce modèle d’apprentissage les théories de Kurt Lewin (le processus de feedback), de Jean Piaget (interaction par accommodation puis assimilation) et de Carl Gustav Jung (interaction par introversion et extraversion).

Dans le Journal of Management Development, Mc Evoy et Buller[5] identifient dix caractéristiques qui, selon eux, expliquent des résultats  d’apprentissage supérieurs. D’autres approches de développement peuvent inclure plusieurs de ces éléments, précisent-ils ; l’Experiential Learning les inclut potentiellement tous.

1.     Une intensité émotionnelle

2.     La sécurité psychologique

3.     Des conséquences réelles

4.    Une confiance en soi accrue

5.    L’utilisation de métaphores

6.    L’imprévisibilité

7.    Expérimenter une performance extrême

8.    Diversité des types de savoirs et de compétences

9.    Développer la personne globale

10.  Viser le transfert

Réflexion et action sont intriquées : l’action n’est pas seulement « suivie » d’un "debriefing", mais la réflexion est intriquée dans l’action. L’objectif est d’apprendre de chaque évènement et de constamment tester ce nouveau savoir[6]

Historique

Contrairement à ce que l’on pense généralement, l’apprentissage par l'expérience est une idée européenne, et non américaine.

En 1941, Lawrence Holt, président de la Blue Funnel Line, une compagnie de marine marchande, constate que ses jeunes marins, pourtant plus solides physiquement, résistent beaucoup moins que leurs aînés lorsqu’ils se retrouvent en situation de survie à bord des canots de sauvetage, en pleine bataille de l’Atlantique. Concluant que ce n’est pas la force physique qui fait la différence, mais la force morale, il demande à Kurt Hahn[7] de concevoir à Aberdovey, au Pays de Galles, un programme de « formation accélérée du caractère » intitulé Ouward Bound, l’école du Grand large. C’est à un ancien chef scout, Jim Hogan, et à ses deux lieutenants allemands Chew et Zimmerman, que Hahn confie la mise en œuvre de cette première adaptation aux jeunes adultes, en Grande-Bretagne, des pédagogies actives pour enfants.

Adapté par Francis Scott aux entreprises[8] en 1946, l’Experiential Learning devient rapidement influent dans les pays anglo-saxons.

On considère que cette forme d’apprentissage est le prolongement moderne des idées de Montaigne, Comenius, Locke, Rousseau et du mouvement des Écoles nouvelles, avec par exemple Freinet en France, Maria Montessori en Italie ou John Dewey aux Etats-Unis.

« Saisir les leçons de L’Experiential Learning est crucial pour le succès d’une entreprise. Mais peu d’organisations et de leaders savent comment faire. »                                                                       

Business Harvard Review

En Europe

De nombreux programmes d’éducation/formation en Europe et dans le monde reposent sur l’apprentissage par l’expérience. Parmi les plus connus :

« Educating through sport and outdoor activities » (Commission Européenne, Programme Youth)

« The duke of edinburgh’s international award »

« http://www.unesco.org/education/tlsf/mods/theme_d/mod20.html » (UNESCO)

Les principales organisations de l’Experiential Learning/Outdoor Education sont réunies au sein de l’European Institute for Outdoor Adventure Education and Experiential Learning (EOE)[9].

En France

Inspiré de ses expéditions géographiques[10] mais aussi de des ses années de scoutisme, de sa visite à la première Outward Bound School au Pays de Galles et du traité pédagogique de Jean-Jacques Rousseau[11], Alain Kerjean fonde en 1986 Hors Limites – Outward Bound France, et introduit ainsi en France le mouvement Experiential Learning[12], Il écrit cinq livres de référence sur le sujet[13].

L’impact médiatique est considérable[14] et plus de 10.000 jeunes et adultes participent en quelques années à ces programmes: INSEAD, grandes entreprises[15] grandes écoles, collectivités locales[16] et universités, Croix Rouge française, programmes d’insertion. Consultants[17] et sociologues[18] citent régulièrement ce mouvement dans leurs ouvrages.

Comme dans les pays anglo-saxons, ce courant inspire d'innombrables initiatives souvent éloignées des standards internationaux: parcours d'aventure, stages de "wellness", télé-réalité, etc. 

Aujourd’hui, le mouvement de l'apprentissage par l'expérience aide les entreprises, les établissements d’enseignement et les collectivités locales à concevoir leurs propres programmes, qu’il accrédite, et à

certifier les formateurs, dans le respect des standards internationaux. Il propose également un système innovant de certification des compétences personnelles et sociales.

« Ce n’est pas en ajoutant un cours sur le leadership que l’on fait des leaders…

On n’enseigne pas ce qui est le plus important : tirer les enseignements de sa propre expérience »

Henry Mintzberg

Bibliographie

BANK John, Outdoor Development for Managers, Gower (UK) 1985

BEARD Colin, The Experiential Learning ToolKit : Blending Practice with concepts, Kogan Page (UK.USA) 2010

DELEDALLE Gérard, John Dewey, coll. Pédagogues & Pédagogies, PUF (France) 1995

DEWEY John, Expérience et éducation, Editions Macmillan (USA), 1963

GREENAWAY Roger, More than activities, The Duke of Edinburgh's Award (UK) 1993

EITINGTON Julius E, Utiliser les techniques actives en formation, Editions d’Organisation (France) 1990

KERJEAN Alain, Hors limites, Albin Michel (France) 1990

KERJEAN Alain, Les nouveaux comportements dans l’entreprise, Editions d’Organisation-Les Echos (France) 2000

KERJEAN Alain, Le manager leader, Editions d’Organisation (France) 2002

KERJEAN Alain, Le caractère plus important que le C.V. Editions d’Organisation (France) 2003

KERJEAN Alain, L’apprentissage par l’expérience, ESF Editeurs (France) 2006

KOLB Daniel, Experiential Learning : Experience as the source of learning and development, Prentice Hall (USA) 1984

McEVOY Glen et BULLER Paul, The power of Outdoor Management Development, Journal of Management Development, vol 16, n°3 (USA)1997

MUCCHIELLI Roger, Les méthodes actives dans la pédagogie des adultes, ESF Editeurs (France) 1972

SKIDELSKY Robert, Le mouvement des écoles nouvelles anglaises, Maspero (France) 1972 

PANIAGUA et INSTANCE, teachers as designers of learning environnements - the importance of innovation pedagogies - OCDE -CERI (2018)

Liens externes

Notes et références

  1. Les Echos, « Jouer plus pour travailler mieux », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  2. « Pour les adultes, se développent des actions novatrices, telles que celles conduites par l’Outdoor Education, qui propose des exercices transformant le contenu de la formation traditionnelle en visant l’adaptation des comportements plutôt que la connaissance abstraite. » Livre blanc de la Commission européenne « Vers la société cognitive », 1996
  3. « article dans « Actualité de la formation permanente » n° 148 (1997) : « Apprendre par l’expérience : la formation expérientielle pour adultes et le développement des compétences sociales et cognitives »
  4. « L’apprentissage par l’expérience » Alain Kerjean – ESF Editeurs 2006
  5. The power of Outdoor Management Development, Journal of Management Development, vol 16, n°3, 1997
  6. « Entreprise & Carrières », sur www.wk-rh.fr (consulté le 16 janvier 2018)
  7. Kurt Hahn (1886-1974), pédagogue juif allemand, réfugié en Grande-Bretagne. Il fonde d’abord en Ecosse l’Ecole de Gordonstoun, sur le modèle de son école de Salem, sur les bords du lac de Constance. Il privilégie le support de l’aventure (défis à relever dans la nature) et du service (secours en mer et en montagne).
  8. Ecole de Brathay Hall, en Angleterre, dans le Lakes District
  9. (de) « Home », sur www.eoe-network.eu (consulté le 16 janvier 2018)
  10. David Le Breton, Passions du risque, Métailié, (ISBN 9782864243342, lire en ligne)
  11. L’Emile 1762
  12. C’est avec Guy Rullaud, alors directeur du centre de formation du Patronat français (CNPF aujourd’hui MEDEF), qu’il lance les premiers séminaires en entreprise
  13. Bibliothèque nationale de France, « BnF - Résultats de recherche », sur www.bnf.fr (consulté le 16 janvier 2018)
  14. Le phénomène médiatique débute avec un article de deux pages de Anne-Sophie de Kristoffy dans Libération du 29 décembre 1987 « Metro, boulot, Rambo ! Pour casser une routine sclérosante, l’association Hors Limites organise des stages où la prise de risques physiques prépare les cadres à affronter les nouveaux défis de l’entreprise.
  15. « Plus fort que les stages de survie, l'atelier colin-maillard », LExpansion.com,‎ (lire en ligne)
  16. (en) « Tous les articles de l'hebdomadaire La Gazette des communes, des départements, des régions », sur archives.lagazettedescommunes.com (consulté le 16 janvier 2018)
  17. « Le manager leader - Alain Kerjean » (http://www.acifr.org/ressources/livres_management/manager_leader.html), sur www.acifr.org (consulté le 16 janvier 2018)
  18. Alain Ehrenberg, Le Culte de la performance, Calmann-Lévy, (ISBN 9782702150580, lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=ST_UyEPr1SIC&pg=PT140&dq=alain+kerjean&hl=fr&sa=X&ei=cuPDVLigA4vdaufEgKAD&ved=0CFEQ6AEwCDg%20K#v=onepage&q=alain%20kerjean&f=false))


Cet article « Apprentissage par l'expérience » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).