Encyclopédie Wikimonde

Association des élus et de la vie lycéenne

Aller à : navigation, rechercher
Association des élus et de la vie lycéenne
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
Zone d’influence Drapeau de la France France
Europe Europe (OBESSU)
Fondation
Fondation février 2008
Fondateur Alizée Baud
Identité
Siège 1, rue Frédérick-Lemaître
75020 Paris
Personnages clés Alizée Baud, Charles Dechamps, Jordan Boissière-Navarro, Jimmy Grandjean.
Président Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Membres 22 000 membres physiques et moraux revendiqués en 2 010
Employés 1
Slogan La vie lycéenne
Site web Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Dissolution
Dissolution mai 2013

L'association des élus et de la vie lycéenne (AEVL), anciennement association des élus de la vie lycéenne, était une organisation lycéenne française, fondée en 2008 et dissoute en mai 2013, adoptant une démarche indépendante et associative. Elle se fixait pour but de défendre et de représenter les lycéens en toute indépendance et d'encourager la vie associative dans les lycées, notamment en aidant et en regroupant au niveau national les Maisons des lycéens (MDL).

L'organisation revendiquait sa présence dans la quasi-totalité des académies françaises, En 2010, elle revendiquait 22 000 membres physiques et moraux, constitués pour beaucoup de responsables des Maisons des lycéens et de membres des CVL . Au niveau européen elle est membre de l'Organising Bureau of European School Student Unions (OBESSU) et y représente les lycéens français. Au niveau étudiant, elle est très proche de la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiante) dont elle est adhérente.

Historique

L'association fut fondée en 2008, par Alizée Baud, à la suite de la création d'un forum dédié aux élus lycéens en 2007. Devenant rapidement populaire, ce forum permit la rencontre de plusieurs élus lycéens et aboutit ainsi à la création de l'AEVL[1].

En 2010, l'AEVL, reconnue organisation représentative par le ministère de l'Éducation nationale, se développe fortement sous l'impulsion de Charles Dechamps, nouveau président : elle est régulièrement reçue au ministère, met en place de nombreuses actions : pour promouvoir la démocratie lycéenne, pour améliorer l'orientation, pour développer la vie lycéenne dans les lycées et pour combattre les discriminations notamment [2]. À cette époque, ses dirigeants revendiquent 22 000 adhérents, pour la plupart des adhérents des maisons des lycéens, des élus CVL mais aussi acteurs associatifs extérieurs et des personnalités morales.

En juillet 2011, l'élection du président de l'AEVL se déroule dans des conditions tendues, Thomas Kempf est battu face à Jimmy Grandjean[3]. À la suite de cet évènement de nombreux membres de l'AEVL quittent l'association.

En 2012, l'association est sur le déclin : tous les membres du bureau national ont quitté le lycée, comme une très grande partie des membres. L'AEVL vivote jusqu'en mai 2013, date de sa dissolution, mais parvient à mettre en place de nouveaux projets : campagne contre le harcèlement "Des mots sur les maux", impulsée par Jordan Boissière-Navarro alors Secrétaire Général et mise en place d'un questionnaire concernant les maisons des lycéens dans les lycées notamment.

Présidences

  • février 2008 - juillet 2010 : Alizée Baud, présidente et fondatrice.
  • juillet 2010 - septembre 2011 : Charles Dechamps
  • septembre 2011 - juin 2012 : Jimmy Grandjean
  • juin 2012 - mars 2013 : Éric Douabel
  • mars 2013 - mai 2013 : Intérim assuré collégialement par les membres du conseil de sécurité et de sauvegarde (CSS).

Démocratie lycéenne

L'AEVL comptait 4 élus au CNVL en 2011. Elle revendiquait une cinquantaine d'élus dans les Conseil académique de la vie lycéenne (CAVL) et regroupait dans ses rangs beaucoup d'élus des Conseil de la vie lycéenne (CVL)[4].

En 2009, son président Charles Dechamps se classe quatrième à l'élection des représentants des lycéens au Conseil supérieur de l'éducation.

À l'élection des lycéens au CSE de 2011, l'AEVL soutient les candidatures de Mourad Boukhnifrat (élu CNVL), Juliette Chapelle et Yann Chaillou. Avec 85 voix, l'association se positionne comme la troisième organisation lycéenne représentative derrière l'UNL et l'UNI-Lycée.

Enfin, à l'élection des lycéens au CSE en 2013, l'AEVL apporte son soutien à la candidature indépendante d'Arthur Moinet, élu CAVL de l'académie de Nantes, qui totalisera 26 voix.

Compléments

Références

Article publié sur Wikimonde Plus.