Encyclopédie Wikimonde

Atelier de recherche et de création pour l'art lyrique

Aller à : navigation, rechercher

ARCAL Lyrique
Compagnie nationale de théâtre lyrique et musical
Image illustrative de l’article Atelier de recherche et de création pour l'art lyrique
Cour intérieure de l'ARCAL
Compagnie
Lieu 87, rue des Pyrénées

Paris Drapeau de la France France

Statut juridique Association loi de 1901
Tutelle Etat et collectivités territoriales
Date de création 1983
Direction artistique Catherine Kollen
Site web Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 606 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

L'Atelier de recherche et de création pour l'art lyrique (ARCAL) est une compagnie nationale de théâtre lyrique et musical, régie par la loi associative du 1er juillet 1901[1][source insuffisante]. Elle est basée à Paris dans le 20e arrondissement. Fondée en 1983 par le metteur en scène Christian Gangneron, l’ARCAL est spécialisée dans la production de spectacles de théâtre lyrique et musical, essentiellement des créations, dont elle assure une large diffusion à Paris et en région.

Depuis 2009, Catherine Kollen est la directrice de la compagnie[2].

Histoire

Fondée en 1983 par Christian Gangneron, l’ARCAL aborde l’art lyrique en poursuivant un triple objectif : production/création, recherche/formation, diffusion sensibilisation. L’alternative lyrique que promeut la compagnie consiste à proposer à un nouveau public, en investissant un réseau de salles nouvelles, un répertoire différent[3]. Cette politique d’action lyrique s’inscrit dans un contexte politique de décentralisation : en 1982 sont votées les lois Deferre qui bouleversent la répartition des pouvoirs entre l’État, les communes, les départements et les régions au profit des acteurs locaux. Mettant en œuvre l’esprit et les méthodes de la décentralisation théâtrale dans le domaine de l’opéra, les résidences et les partenariats avec les collectivités territoriales sont des outils essentiels au fonctionnement de la compagnie.

En novembre 1983, la Maison de la Culture d'Orléans accueille la création du premier spectacle produit par la compagnie, Orlando de Hændel, mis en scène par Christian Gangneron[4][source insuffisante]. Le projet est soutenu par le Centre d'Action Culturelle d'Orléans et du Loiret (aujourd’hui Scène nationale d’Orléans) dirigé alors par Irène Ajer[5]. L'année suivante, Christian Gangneron s'associe avec Jean-Paul Davois – alors en charge du secteur musique de la Maison de la culture d’Orléans – avec qui il codirige l’ARCAL pendant 15 ans[6][source insuffisante]. Ils produisent alors, en 1984, Le Pauvre Matelot de Darius Milhaud au sein de la Maison de la Culture d'Orléans[7]. La particularité de ce spectacle qui est d’être joué dans les cafés en fait un outil pour aller à la rencontre de public partout en France[7]. Il est toujours produit à ce jour par la compagnie, qui en dénombre plus de 250 représentations[8][source insuffisante].

Une succession de partenariats et de résidence permettent à l'ARCAL de se structurer et de se développer financièrement. En 1986, le Centre des Arts de Cergy-Pontoise, dirigé par Jean-Marie Hordé, invite la compagnie à s'installer à Cergy-Pontoise dans le cadre d'une résidence de création assortie d'une résidence administrative permettant la structuration de la compagnie lyrique[9][source insuffisante]. En 1989, elle s'associe pour la première fois à Île-de-France Opéra et Ballet – alors dirigée par Alain Surrans – qui co-produit plusieurs spectacles de la compagnie[10]. Devenue Arcadi en 2004, la structure continue d’apporter son soutien aux projets de l’ARCAL. En 1992, la compagnie est en résidence à La Ferme du Buisson à Marne-la-Vallée, dirigée par Fabien Janelle, et suivant une convention réunissant le ministère de la Culture, le Conseil régional d'Île-de-France et le Conseil général de Seine-et-Marne. En 1995, le Syndicat d'Agglomération Nouvelle de Marne-la-Vallée - Val Maubuée apporte son soutien à l'ARCAL. Grâce à une convention réunissant les cinq partenaires, l'ARCAL a les moyens financiers nécessaires à son développement[11][source insuffisante].

En raison de problèmes financiers, l’ARCAL signe en 1999 une dernière convention d’un an avec la Ferme du Buisson et l’arrêt des partenariats avec le département de Seine-et-Marne et du SAN du Val-Maubuée est prévu pour l'année 2000[12][source insuffisante]. Ces évènements coïncident avec l’attribution du label de Compagnie Nationale de Théâtre Lyrique et Musical par le ministère de la Culture et de la Communication, dirigé alors par Catherine Trautmann. Trois autres compagnies le reçoivent à la même époque : l’Opéra Eclaté, la Péniche Opéra et l’Ensemble Justinia[13].

En 2000, l'ARCAL signe une convention avec le Grand Théâtre de Reims dirigé par Serge Gaymard, la Direction des affaires culturelles de Champagne-Ardenne et le Conseil régional de Champagne Ardenne. L'ARCAL est désormais implanté sur les deux régions, l'Île-de-France et la Champagne-Ardenne, permettant une diffusion plus large de son activité[14][source insuffisante]. À l’instar du Pauvre Matelot en Île-de-France, un des moments forts de cette résidence est la création de Riders to sea de Ralph Vaughan William au Grand Théâtre de Reims en 2005, suivie d’une important tournée[15]. La même année, L'ARCAL s'installe rue des Pyrénées, dans le 20e arrondissement de Paris et dispose alors de bureaux, de deux studios de répétition et d’un atelier[16][source insuffisante]. Grâce à un soutien plus important de la Ville de Paris[17], l’ARCAL accroit ses actions artistiques et leur diffusion à Paris, développe sa vocation d’être un outil de recherche pluridisciplinaire[3], et devient également un lieu de résidence pour des compositeurs[18]. Cette initiative est décrite par Alain Surrans comme « une expérience originale en ce qu'elle intègre un créateur dans une équipe artistique, sans placer l'une de ses œuvres au centre du projet. »[18] La DRAC soutien spécifiquement ce dispositif à partir de 2005[19][source insuffisante].

Grand studio de l'ARCAL, d'une superficie de 70 m2

En 2006, à l’issue du contrat duquel l’ARCAL bénéficiait d’un soutien conjoint de la DRAC et de la région Île-de-France, deux conventions sont mises en place : avec la DRAC une convention pluriannuelle d’objectifs, et avec la Région un conventionnement triennal au titre de la permanence artistique. La même année, la compagnie est en résidence à la Barbacane de Beynes dans les Yvelines. Cette collaboration se poursuit par un soutien à la diffusion du Département des Yvelines à partir de 2010[20][source insuffisante].

En 2009, Catherine Kollen est désignée par les partenaires publics de la compagnie pour la succession de Christian Gangneron. Son travail met l’accent sur la recherche pluridisciplinaire, le développement, chaque saison, d’un thème de réflexion philosophique et sociétal qui inspire l’ensemble activités de l’ARCAL et le travail des metteures en scène[21][source insuffisante].

Depuis la fin de la résidence en Champagne-Ardenne fin 2016, l’ARCAL accentue son activité en région Île-de-France, avec plusieurs résidences dans les Yvelines, l’Essone, et de nouveaux partenariats dans le Val d’Oise et en Seine-et-Marne[22][source insuffisante]. Dans les Yvelines, la compagnie est Artiste associé avec le Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines/Scène Nationale[23][source insuffisante], en résidence de création à la Barbacane à Beynes, partenaire du théâtre de Sartrouville Yvelines-CDN autour de la création jeune-public, et en partenariat de création avec le Centre de musique baroque de Versailles[24][source insuffisante]. Dans l’Essonne, l’ARCAL est en résidence avec la Communauté d'agglomération de l'Étampois Sud-Essonne, Le Silo de l’association Farine de Froment à Méréville et le théâtre d’Étampes (résidence de création, projets d’accueil de spectacle), et a pour partenaire régulier l’Opéra de Massy[25][source insuffisante].

Missions

Représentation du Pauvre Matelot (musique de Darius Milhaud, texte de Jean Cocteau, production de l'ARCAL) dans un café du théâtre de La Valette, à Malte. Production par l'ARCAL. Mise en scène Christian Gangneron Piano & direction musicale Stéphane Petitjean. Photo en noir et blanc, où l'on voit de gauche à droite, Jean Delescluse (le matelot), Claudine Le Coz (sa femme), Jean-Baptiste Dumora (son ami)
Représentation du Pauvre Matelot (musique de Darius Milhaud, texte de Jean Cocteau, production de l'ARCAL) au Théâtre Manoel du quartier de La Valette, à Malte. De gauche à droite, Jean Delescluse (le matelot), Claudine Le Coz (sa femme), Jean-Baptiste Dumora (son ami).

L’ARCAL a pour objet d’assurer une large diffusion de l’art lyrique, et d’entreprendre un travail de formation et de recherche sur le théâtre lyrique et musical. Pour parvenir à ces objectifs, l’ARCAL travaille selon différents axes :

  • produire et diffuser des opéras, des spectacles de théâtre musical, et toute autre manifestation en lien avec le but de l’association. La création et la commande d’œuvres sont des activités essentielles de la compagnie, ainsi que l’exploration d’un large répertoire incluant des œuvres méconnues
  • créer un cadre pour la formation professionnelle d’artistes des arts de la scène lyrique (chanteurs, compositeurs, metteurs en scène, écrivains, comédiens, marionnettistes, chefs d'orchestre, orchestres, vidéastes, scénographes, etc.)
  • organiser des actions artistiques dans différents lieux d’enseignements, des quartiers en difficulté, des maisons de retraite, des prisons, des zones rurales, des hôpitaux, ainsi que des opéras chantés par des enfants

Ces spectacles sont destinés à être présentés dans les théâtres, maison de la culture, centres d’action culturelle, ou tout autre lieu susceptible de les accueillir ou pour lesquels ils ont été produits[26][source insuffisante].

Partenaires, résidences et territoires

L’ARCAL est implanté en Île-de-France, et développe une importante activité sur tout le territoire, de Paris à la grande couronne, des zones urbaines aux zones rurales.

Depuis la fin de la convention avec la Champagne Ardenne, l’ARCAL compte parmi ses partenaires publics le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Île-de-France), la Région Île-de-France, la Ville de Paris, le Conseil Départemental de l’Essonne et Conseil Départemental des Yvelines.

La compagnie a des liens privilégiés avec plusieurs structures dans les Hauts-de Seine, le Val d’Oise, la Seine-et-Marne et Paris comme la Maison de la Musique de Nanterre, L’apostrophe/Scène Nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise, le Festival Baroque de Pontoise, le Théâtre-Senart/Scène nationale, le Théâtre de l’Athénée Louis-Jouvet, la POP, les écoles maternelles et primaires du 20e arrondissement de Paris et le Collège George Duhamel dans le 15e arrondissement.

Les ensembles et lieux de diffusion partenaires, les mécènes et les soutiens de la compagnie varient selon les productions. Peuvent être cités les ensembles TM+, Ars Nova ensemble instrumental, Le Poème Harmonique, la Fondation Orange, l’ONDA ou encore le Fonds de création lyrique[27][source insuffisante].

Budget et moyens artistiques

L’ARCAL dispose d’un budget d’environ 1,2 millions d’euros à 1,6 millions d’euros.

La compagnie engage chaque saison une centaine d’intermittents du spectacle (artistes et techniciens)[2].

Directeurs artistiques

  • 1983-2009 : Christian Gangneron
  • depuis 2009 : Catherine Kollen

Créations

Références

  1. Le Gall Du Tertre, Renaud, Lisan, Hugues, Article 1: Forme, STATUS ARCAL, Paris, 26 mai 2012, p. 2. Archives Arcal.
  2. 2,0 et 2,1 Réunion des Opéras de France, « Arcal », sur www.rof.fr (consulté le 3 mai 2017)
  3. 3,0 et 3,1 Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  4. « Orlando », sur Arcal-lyrique.fr (consulté le 31 mars)
  5. [PDF] Scène Nationale d'Orléans, Scène national d’Orléans musique et danse, [en ligne], sur http://www.theatredorleans.fr/upload/document/emeline/FILE_563cc21237785_historique_sno.pdf/historique_sno.pdf, (consulté le 31 mars)    
  6. Arcal Lyrique, Résumé des débats du Conseil d’administration tenu le 6 mars 1997, dans les bureaux de Seleco, commissaire aux comptes, à Paris, 6 mars 1997, Paris. Archives Arcal. 
  7. 7,0 et 7,1 Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  8. « Le Pauvre Matelot », sur Arcal-lyrique.fr (consulté le 31 mars 2017)
  9. Arcal Lyrique, Procès-verbal du conseil d’administration de l’ARCAL, siège social de l'Arcal, à Paris, 29 juin 1986, Paris. Archives Arcal.    
  10. « Musique », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 3 mai 2017)
  11. Arcal Lyrique, Syndicat d'Agglomération Nouvelle de Marne-La-Vallée-Val-Maubuée, Département de Seine et Marne, Conseil Régional d'Île-de-France, Ministère de la Culture, Convention du 1er janvier 1996 au 31 décembre 19997, juin 1995, Melun, 5 p. Archives Arcal.
  12. Arcal Lyrique, Procès-verbal du conseil d’administration de l’ARCAL, bureaux du cabinet SELECO, Commissaire aux comptes, à Paris, 30 juin 1999, Paris. Archives Arcal.    
  13. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  14. Arcal Lyrique, Procès-verbal du conseil d’administration de l’ARCAL, bureaux du cabinet SELECO, Commissaire aux comptes, à Paris, 27 juin 2001, Paris. Archives Arcal.
  15. Renaud Machart-TROYES ENVOYÉ SPÉCIAL, « "Riders to the Sea", la redécouverte d'un opéra méconnu et merveilleux », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 3 mai 2017)
  16. Arcal Lyrique, Procès-verbal du conseil d’administration de l’ARCAL, bureaux de l’ARCAL, à Paris, 23 octobre 2000, Paris. Archives Arcal.
  17. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  18. 18,0 et 18,1 La politique du Ministère de la Culture et de la Communication dans le domaine de la création musicale et de la musique contemporaine, Paris, Tuan Long, Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value). [lire en ligne (page consultée le 30 mars 2017)], « A-3 - Insertion : compositeurs aux postes de commande, en résidence ou en mission », p. p. 12. 
  19. Arcal Lyrique, Procès-verbal du conseil d’administration de l’ARCAL, bureaux du cabinet SELECO, Commissaire aux comptes, à Paris, 16 décembre 2005, Paris. Archives Arcal.    
  20. Arcal Lyrique, Procès- Verbal du conseil d'administration de l'ARCAL, siège social de l'ARCAL rue des Pyrénées à Paris, 16 décembre 2005, Paris. Archives Arcal.
  21. « Projet », sur Arcal-lyrique.fr (consulté le 31 mars 2017)
  22. Arcal Lyrique, « Le déploiement territorial », Arcal en Île-de-France : Une nouvelle dynamique des territoires et des publics, juillet 2016-juillet 2019, décembre 2016, p. 6. Archives Arcal.    
  23. THÉÂTRE DE ST-QUENTIN-EN-YVELINES, « Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines », sur www.theatresqy.org (consulté le 3 mai 2017)
  24. Arcal Lyrique, « Une implantation forte dans les Yvelines », Arcal en Île-de-France : Une nouvelle dynamique des territoires et des publics, juillet 2016-juillet 2019, décembre 2016, p. 14. Archives Arcal.    
  25. Arcal Lyrique, « Bilan qualitatif : zones géographiques et partenariats avec les lieux programmateurs », Rapport d’activité année 2016, présenté lors de l’assemblée générale ordinaire du mercredi 3 mai 2017, 2017, Paris p. 12-13. Archives Arcal.
  26. Le Gall Du Tertre, Renaud, Lisan, Article 4 : Moyens d’action, STATUS ARCAL, Paris, 26 mai 2012, p. 2. 
  27. « Partenaires », sur Arcal-lyrique.fr (consulté le 21 avril 2017)
  28. « Saisons antérieures » (http://www.arcal-lyrique.fr/spectacles/saisons-anterieures/), sur Arcal-lyrique.fr (consulté le 18 avril 2017)

Liens externes

  • Site officiel (http://www.arcal-lyrique.fr/)


Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).