Encyclopédie Wikimonde

Atpic

Aller à : navigation, rechercher

Atpic est un site web de partage de photographies et de vidéo fondé en 2003 par Alex Madon, et proposant des fonctionnalités de taxinomie, de folksonomie et de géolocalisation.

Chargement des photos et vidéos

Le chargement des documents se fait grâce à HTTP and FTP. Pour transférer en bloc des photos, le protocole de préférence sera FTP. Les documents peuvent être publics ou privés auquel cas ils sont protégés par une clef secrète.

Fonctionnalités vidéo

Les frames vidéos sont extraits automatiquement pour créer une vignette pour chaque vidéo. Atpic supporte le formats suivants : MPEG, WMV, AVI et QuickTime MOV. La taille maximum de fichier supportée est 100 Mo qui est aussi la limite de la zone FTP.

Fonctionnalités orientées image

Atpic propose des outils de manipulation d'image comme la rotation et la création automatique de vignettes. Atpic supporte les format d'image suivants : JPEG, GIF et PNG. Les données Exif stockées dans les fichiers JPEG sont aussi prises en compte.

Personnalisation

Les comptes Atpic sont configurables. Le code HTML est contrôlé sur chaque page grâce à un langage de gabarit (template). La génération de code HTML complexe est donc mise à la portée du débutant. Le style des pages peut être contrôlé grâce à des feuilles de styles CSS(Cascading Style Sheets) standard proposé par le W3C. Atpic autorise la cascade réelle des feuilles de style : l'utilisateur peut utiliser des feuilles prédéfinies et rajouter une feuille personnelle pour modifier l'apparence de la page. Des skins associant des gabarits à une ou plusieurs feuilles de style sont aussi disponibles. Chaque utilisateur peut créer des gabarits, feuilles de style et skins qui, après validation par un modérateur, peuvent être mis à disposition de la communauté Atpic. Un système automatique de création de vignette permet un aperçu rapide de l'effet visuel de chaque style.

Technologies utilisées

Atpic utilise la technologie wiki pour gérer l'internationalisation de l'interface. Le site s'appuie sur des programmes open source comme Apache (serveur Web) et Postgresql (base de données). L'infrastructure de stockage repose sur un cluster de serveurs Linux. Seuls les standards Web bien définis sont utilisés comme XHTML, CSS, FTP, RSS (et GeoRSS). Quelques fonctionnalités conçues pour faciliter l'usage du site comme les prévisualisation automatique des styles utilisent le technologies Javascript et AJAX.

Classification des photos

Les photos peuvent être groupées dans de structures en répertoire (ou galeries) pour construire une taxinomie. Atpic propose aussi une folksonomie où les documents sont décrits par des balises ou tags. Chaque utilisateur disposant d'un compte peut rentrer des balises pour décrire un document avec ses propres mots, c'est de la folksonomie large. Atpic introduit aussi un mécanisme couplant la taxinomie et la folksonomie : tous les tags associés à des galeries sont automatiquement associés en cascade à toutes les images de la galerie. Les folksonomies larges ont d'intéressantes propriétés comme la loi d'échelle (power law).

Les photos peuvent aussi être géolocalisées : l'auteur peut rentrer les coordonnées (latitude et longitude) du point où a été prise la photo. Ces coordonnées peuvent être enregistrées au moment de la prise de vue grâce à des outils spéciaux comportant un GPS ou être déterminées après coup en localisant l'endroit de la prise de vue sur un plan. L'ensemble des photos hébergées sont alors repérées sur un plan interactif permettant une exploration par niveau de grossissement progressif (zoom). Atpic base son interface sur les deux API populaires que sont Google Maps et Yahoo! Maps. Pour limiter le travail fastidieux de saisie des coordonnées, les informations géographiques peuvent être entrées au niveau de la galerie. Dans ce cas toutes les photos de la galerie héritent des coordonnées de la galerie mère. Un réglage fin peut ensuite être effectué pour les photos de la galerie prises à un endroit différent.

Articles connexes

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus.