Encyclopédie Wikimonde

Attaque contre un policier à Notre-Dame de Paris

Aller à : navigation, rechercher

Attaque contre un policier à Notre-Dame de Paris
Image illustrative de l'article Attaque contre un policier à Notre-Dame de Paris
Le parvis de Notre-Dame de Paris

Localisation Paris (France)
Cible Policier
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata/Récup à la ligne 321 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Date
16 h 20
Type Attaque au marteau
Armes Marteau, couteaux
Blessés 2 (dont l'auteur)
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique (allégeance du suspect)
Mouvance Djihadisme

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Attaque contre un policier à Notre-Dame de Paris

L'attaque contre un policier à Notre-Dame de Paris est une attaque terroriste au marteau contre un groupe de policiers qui s'est déroulée sur le parvis de Notre-Dame de Paris le 6 juin 2017. Un policer a légèrement été blessé au cou, l'agresseur étant neutralisé par un autre policier qui a fait usage de son arme.

Contexte

Le 6 juin 2017, date de l'attaque, la France est toujours en alerte selon le plan Vigipirate. Depuis les attentats de novembre 2015, l'état d'urgence est en vigueur.

Cette attaque se déroule trois jours après l'attentat du 3 juin 2017 à Londres — où trois hommes ont foncé dans la foule avec une camionnette, avant de poignarder des passants, faisant huit morts et une cinquantaine de blessés[1] — et cinq jours avant le premier tour des élections législatives françaises.

En septembre 2016, les autorités françaises avaient démantelé une tentative d'attentat à la voiture piégée conçue par un commando de femmes djihadistes et ayant pour cible les abords de la cathédrale Notre-Dame de Paris[2][pertinence contestée].

Déroulement des faits

Après avoir quitté son domicile de Cergy en début d'après-midi, un homme d'une quarantaine d'années est arrivé boulevard Saint-Germain à 13 h 45. il passe un long moment dans un restaurant rapide où il consulte un article en lien avec les actions terroristes. Il se rend une première fois sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris à 14 h 28, parcourt ensuite le quartier à pied et est revient pour s'attaquer aux policiers à 16 h 18 (14 h 18 GMT) avec un marteau[3] en criant « C'est pour la Syrie » et se revendique en étant « un soldat du califat » du groupe État islamique. Un des policiers de la patrouille réplique à l'attaque en faisant usage de son arme afin de neutraliser l'assaillant — également muni de deux couteaux[1] —qui est blessé dans la riposte. 900 visiteurs de la cathédrale y ont été confinés pendant près de deux heures[4]. La scène a été filmée intégralement. L'assaillant est ensuite transporté vers un hôpital pour être soigné. Les principales voies d'accès autour du parvis de la cathédrale ont été bouclées par des cordons de policier et les badauds ont été repoussés de l'autre côté de la Seine[5].

Enquête judiciaire

Le parquet antiterroriste ouvre une enquête. La victime est un policier de 22 ans légèrement blessé au cou. Il est transporté dans un hôpital pour y recevoir des soins. La police procède à une perquisition dans le domicile du suspect à Cergy (Val-d'Oise). Les enquêteurs y retrouvent une vidéo de revendication[6].

Le juge d'instruction va s'atteler à réunir les éléments qui peuvent corroborer les qualifications retenues par le parquet anti-terroriste, à savoir : « tentative d'assassinats sur personne dépositaire de l'autorité publique » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle » [7].

Profil du suspect

Erreur Lua dans Module:Wikidata/Outils à la ligne 95 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

L'assaillant est Farid Ikken, un Algérien de 40 ans, ancien journaliste et dirigeant d'un site d'informations locales sur la région de Petite Kabylie.

Benjamin d'une fratrie de 12 enfants[1], cet homme s'est réclamé de l'État islamique, bien que le groupe terroriste n'ait pas revendiqué l'attaque au jour de l'agression. Une vidéo dans laquelle il prête allégeance à cette organisation a été retrouvée à son domicile par les enquêteurs, au cours d'une perquisition effectuée au lendemain de l'événement[8].

Âgé de 40 ans, l'agresseur a travaillé comme journaliste en Suède et en Algérie[9]. Comme l'a relaté le site du syndicat suédois des journalistes, il avait remporté en 2009 le Prix national du journalisme contre la discrimination décerné par la Commission européenne, dans la catégorie générale, pour un article intitulé « Olaga vård » (« Soins illégaux ») publié dans le journal Folket i Bild (sv). L'article portait sur « les demandeurs d'asile qui sont obligés de rechercher des soins médicaux auxquels ils n'ont pas droit, ainsi que le personnel de santé et tous ceux qui continuent à fournir des soins de santé aux demandeurs d'asile. » À cette occasion, Farid Ikken s'était lui-même déclaré heureux d'avoir pu attirer l'attention sur les questions importantes que sont « la discrimination et la diversité »[10]. En Algérie, il a notamment contribué au quotidien national El Watan[9]. Inscrit depuis 2014 en thèse de doctorat ès sciences de l'information à l'université de Lorraine à Metz[9],[11], il est décrit par son directeur de thèse comme « quelqu'un d'ouvert, d'intelligent, travailleur, fervent défenseur de la démocratie occidentale »[12].

Selon le procureur de la République de Paris François Molins, son profil de djihadiste néophyte émettant des signaux faibles voire nuls rend la détection très difficile par les services antiterroristes[12]. Jamais condamné, inconnu des services spécialisés et sans contact avec des individus présents en zone irako-syrienne, il n'avait montré aucun signe suspect à ses proches. En l'absence de lien autre qu'Internet avec le djihadisme, l'examen de son équipement informatique révèle un « manuel d'action des loups solitaires » édité par l'État islamique. Les plus anciens fichiers d'origine djihadiste remontent à janvier 2017[3]. Mis en examen par un procureur le décrivant comme « un djihadiste « néophyte » fasciné par la propagande de l'État islamique », avec « un profil atypique d'« intellectuel » qui s'est radicalisé seul »[13], Farid Ikken est placé en détention provisoire le au soir[1],[14].

Conséquences

Le ministre de l'Intérieur français Gérard Collomb a déclaré : « On s'aperçoit qu'on est passé d'un terrorisme très sophistiqué à un terrorisme où n'importe quel outil peut servir pour commettre des agressions[15],[16],[17] ».

Son geste provoque la stupeur à Akbou, la ville de sa famille de la commune algérienne de la wilaya de Béjaïa, en Petite Kabylie dans la vallée de la Soummam[18]. Selon le quotidien généraliste algérien en langue française El Watan, le geste de Farid Ikken « donne à voir davantage celui d'un déséquilibré, un désaxé, que d'un soldat de Daech »[19].

Références

Erreur de référence : Balise <references> incorrecte ;

seul l’attribut « group » est autorisé. Utilisez <references />, ou bien <references group="..." />.

Articles connexes

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Agence France Presse, « L'auteur de l'attaque devant Notre-Dame mis en examen et écroué », la-croix.com, (consulté le 11 juin 2017)
  2. « Un policier attaqué au marteau devant Notre-Dame », lanouvellerepublique.fr, (consulté le 11 juin 2017)
  3. 3,0 et 3,1 « Notre-Dame : Farid I., un profil de «néophyte» difficile à repérer », lefigaro.fr, (consulté le 10 juin 2017)
  4. « Notre-Dame de Paris: dans la cathédrale, les touristes confinés partagent leurs photos », sur BFMTV,
  5. Emmanuel Duparcq, Katell Prigent, « Attaque contre un policier devant Notre-Dame à Paris », Emmanuel Duparcq, Katell Prigent, (consulté le 11 juin 2017)
  6. « Notre-Dame : perquisition dans une résidence étudiante de Cergy », europe1.fr, (consulté le 11 juin 2017)
  7. https://www.tsa-algerie.com/une-longue-detention-attend-farid-ikken-en-france/
  8. Site de francetvinfo, page sur l'enquête suite à l'agression du policier
  9. 9,0, 9,1 et 9,2 Site du journal Le Point, page sur l'auteur de l'attentat du 06/06/2017 à Paris
  10. (sv) « De vann journalistpris mot diskriminering », sur journalisten.se, .
  11. Farid Ikken, « Les nouveaux médias et les élections au Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc, Egypte) », theses.fr (consulté le 11 juin 2017)
  12. 12,0 et 12,1 « Attaque devant Notre-Dame : l'assaillant mis en examen et écroué », lemonde.fr, (consulté le 10 juin 2017)
  13. https://www.tsa-algerie.com/farid-ikken-le-procureur-evoque-un-profil-atypique-d-intellectuel-qui-sest-radicalise-seul/
  14. http://www.huffingtonpost.fr/2017/06/10/notre-dame-de-paris-farid-ikken-lauteur-de-lattaque-mis-en-e_a_22136137/
  15. http://www.courrier-picard.fr/35421/article/2017-06-06/un-policier-attaque-sur-le-parvis-de-notre-dame-paris-par-un-jihadiste
  16. « Policier attaqué au marteau devant Notre-Dame: que s'est-il passé? » (http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/policier-attaque-au-marteau-devant-notre-dame-a-paris-ce-que-l-on-sait_1915196.html), lexpress.fr, (consulté le 11 juin 2017)
  17. http://www.estrepublicain.fr/actualite/2017/06/07/un-policier-attaque-au-marteau-devant-notre-dame-de-paris
  18. http://afrique.lepoint.fr/actualites/algerie-mais-qui-est-donc-vraiment-farid-ikken-09-06-2017-2133995_2365.php
  19. http://www.elwatan.com/actualite/farid-ikken-entre-la-plume-du-journalisme-et-le-marteau-du-terrorisme-09-06-2017-346863_109.php