Encyclopédie Wikimonde

Attentat du 11 avril 2017 à Dortmund

Aller à : navigation, rechercher

Attentat du 11 avril 2017 à Dortmund

Localisation Dortmund, Allemagne
Cible Bus du club de football BV 09 Borussia
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 566 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Date
19h00
Type Attaque à l'explosif
Armes 3 engins explosifs improvisés
Morts 0
Blessés 3
Participants Sergej W.

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Attentat du 11 avril 2017 à Dortmund

L'attentat du 11 avril 2017 à Dortmund vise le bus de l'équipe de football Borussia Dortmund, attaqué avec des explosifs. Le bus emmenait l'équipe au Signal Iduna Park pour le quart de final aller de Ligue des Champions contre l'AS Monaco. Marc Bartra (joueur du Borussia Dortmund) et un policier ainsi qu'une autre personne ont été blessés. La motivation est crapuleuse, sans lien avec une revendication politique ou religieuse.

Attaque aux explosifs

Le bus de l'équipe du Borussia Dortmund a été attaqué avec trois explosifs cachés sur le chemin du Signal Iduna Park. Les bombes ont été cachées dans des haies et ont explosé vers 19 h 15. Les bombes contenant des tiges métalliques dont certaines ont été retrouvées à plus de 200 mètres de là et qui, si elles avaient traversé les vitres du bus, auraient pu causer de nombreuses victimes[1]. Le joueur de football espagnol Marc Bartra est blessé victime d'une fracture du radius et son poignet gauche a été immédiatement soigné dans un hôpital voisin[2]. Deux autres personnes, dont un policier, ont subi des blessures non mortelles[3]. Le match de football a alors été reporté au lendemain[4].

Enquête

La police allemande et le parquet traitent cela comme une tentative de meurtre planifiée et une attaque planifiée contre le Borussia Dortmund. La police trouve une lettre de revendication sur la scène du crime. Un temps privilégiée par les enquêteurs, la piste du terrorisme islamiste[5], est mise en doute de même que l'authenticité de revendications de groupes d'extrême-gauche[4].

L'enquête permet d'arrêter un ressortissant germano-russe de 28 ans, Sergueï W., sa motivation étant une spéculation sur une baisse du prix de l'action du club de Dortmund, par lequel il aurait voulu s'enrichir crapuleusement[1]. De sa chambre d'hôtel, il a passé un ordre d'achat correspondant à la valeur de 15000 options de vente sur des actions du Borussia, dans l'idée d'en tirer profit qui aurait pu se monter à près d'un million d'euros[1].

Lettres de fausses revendications

Quatre lettres revendiquant l'attentat ont été trouvées sur les lieux par la police. Les trois premières lettres ont été trouvées sur les lieux du crime. La première lettre commence par « Au nom d'Allah le miséricordieux et compatissant », et énonce que l'attaque aurait été commise en représailles à l'intervention militaire allemande en Syrie et exigeant notamment la base militaire américaine de Ramstein[6]. Les deux autres lettres retrouvées sur les lieux avaient des écrits similaires[3]. Quelques jours après l'attentat, les experts estiment les trois premières lettres signées et retrouvées sur les lieux de l'attentat peu crédibles, ce mode opératoire ne correspondant pas à celui du groupe État islamique[7]. Sans écarter aucune piste, les médias allemands révèlent que les explosifs utilisés proviendraient de dépôts de l'armée allemande et rapportent des suspicions sur l'extrême droite et des hooligans radicalisés[7]. Toutes ces lettres sont identifiées comme ayant été de fausses pistes créées par le suspect germano-russe[1].

La quatrième lettre, publique, reprochait au Borussia Dortmund de ne pas avoir agit contre les actes racistes et nazis. Elle est rapidement identifiée comme fausse par la police[6],[8].

Suspects mis hors de cause

Avant d'identifier le principal mis en cause[1], la police avait arrêté deux suspects. Leurs appartements furent fouillés[9]. Le suspect arrêté est un irakien suspecté d'appartenir à une mouvance islamiste[10],[11]. Le suspect arrêté est identifié comme Abdul Beset A. La police le suspecte d'appartenir à l'État islamique. Il se serait rendu en Irak en 2014 pour rejoindre le groupe armé puis aurait rejoint l'Allemagne en 2016 via la Turquie[12],[13]. Cependant, il serait retenu aujourd'hui par la police pour son appartenance au groupe islamique plus que pour l'attentat de Dortmund[14].

Conséquences

Le match est reporté au lendemain, le 12 avril à 18 h 45 (UTC + 2), et a donné lieu à une victoire de 3-2 pour Monaco[2]. Monaco et les fans de Dortmund sont restés unis après le bombardement. Beaucoup de fans de Dortmund, les Allemands et les hôtels locaux ont offert des fans de Monaco gratuitement de la nourriture et les endroits à rester pour la nuit[15]. La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé sa réaction horrifiée à l'attaque[16]. Le staff du Borussia Dortmund et l'ancien joueur de football, Lothar Matthäus, ont critiqué le report par l'UEFA à une date très proche de l'attentat[17]. Après une nouvelle victoire au match retour, Monaco se qualifie pour les demi-finales.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3 et 1,4 Agence France Presse, Attaque de Dortmund : arrestation de l'auteur présumé dont le mobile était financier, lemonde.fr, 21 avril 2017
  2. 2,0 et 2,1 Borussia Dortmund: Sprengstoffanschlag beim BVB – Was wir wissen, was nicht - WELT
  3. 3,0 et 3,1 Anschlag auf BVB-Bus: Ermittler prüfen zwei Bekennerschreiben - SPIEGEL ONLINE - Panorama
  4. 4,0 et 4,1 Agence France Presse, Attaque de Dortmund : l'enquête patine, l'équipe rejoue et bat Francfort, lemonde.fr, 16 avril 2017
  5. L'attaque à Dortmund avait une motivation "terroriste", un suspect "islamiste" interpellé, 12/04/2017.
  6. 6,0 et 6,1 (en) Philip Oltermann et Kate Connolly, « Borussia Dortmund blasts: suspect 'from Islamist spectrum' detained », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  7. 7,0 et 7,1 Julien Mechaussie, Attentat de Dortmund: les médias allemands avancent la piste de l'extrême droite, rfi.fr, 16 avril 2017
  8. Anschlag auf BVB: Ist Antifa-Bekennerschreiben ein Fake?, 12 avril 2017
  9. (de) « Anschlag in Dortmund: Zwei Verdächtige, eine Festnahme », sueddeutsche.de,‎ (ISSN 0174-4917, lire en ligne)
  10. (de) Simone Gaul, Matthias Breitinger, Tim Beyer et Oliver Fritsch, « Anschlag auf BVB-Bus: Ein verdächtiger Islamist festgenommen », Die Zeit,‎ (ISSN 0044-2070, lire en ligne)
  11. (de) « Nach Anschlag auf BVB-Bus: Festgenommener Tatverdächtiger soll Iraker aus Wuppertal sein », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (ISSN 0174-4909, lire en ligne)
  12. (en) « Borussia Dortmund: German police call bombing suspect 'Isis member' as they issue arrest warrant », The Independent,‎ (lire en ligne)
  13. (en) « 'Isil terrorist' suspect held in connection with Borussia Dortmund bombing », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  14. Nach Anschlag in Dortmund: Haftbefehl gegen Verdächtigen erlassen - SPIEGEL ONLINE - Panorama
  15. (en) Anthony Sharwood, « German Football Fans Show French Rivals Amazing Hospitality After Borussia Dortmund Bus Explosion », Huffington Post,‎ (lire en ligne (http://www.huffingtonpost.com.au/2017/04/11/german-football-fans-show-french-rivals-amazing-hospitality-afte_a_22036056/))
  16. (en) « Explosion in Dortmund: Bestürzung und Anteilnahme für den BVB », Die Zeit,‎ (ISSN 0044-2070, lire en ligne (http://www.zeit.de/gesellschaft/2017-04/borussia-dortmund-explosion-reaktionen-sport-politik))
  17. Tuchel und Matthäus kritisieren Uefa hart (http://www.n-tv.de/sport/fussball/Tuchel-und-Matthaeus-kritisieren-Uefa-hart-article19792197.html%7Ctitle=Tuchel); released on 12 April 2017; NTV

Cet article « Attentat du 11 avril 2017 à Dortmund » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).