Encyclopédie Wikimonde

Basile Pachkoff

Aller à : navigation, rechercher
Basile Pachkoff[1].
Un groupe de carnavaleux au Carnaval de Paris 2011. A droite : Basile Pachkoff.

Basile Pachkoff est un poète, artiste peintre, historien et carnavaleux français né à Paris le 3 avril 1951. Il est surtout connu comme historien du Carnaval de Paris et initiateur en 1993 de la renaissance de très cette grande fête alors totalement oubliée des Parisiens.

Biographie

La Dom Pashkov, palais de la famille Pachkoff, construit en 1782 à Moscou[2].

Basile Pachkoff nait à Paris le 3 avril 1951 dans l'atelier d'artistes de ses parents, russes émigrés après la révolution d'octobre 1917.

Sa famille a joué au cours de l'histoire un rôle diplomatique, politique et militaire très important en Russie.

Il grandit dans un milieu familial clos, ne va pas à l'école et étudie à la maison.

Il dessine depuis toujours et commence à huit ans et demi une activité d'écriture qu'il poursuit à présent depuis plus de cinquante ans.

En 1970, suite à un voyage en Roumanie, il connait pour la première fois les bancs d'une école : celle des Langues orientales où il a souhaité suivre des cours de roumain, auquel s'ajoutent le bulgare et le russe.

En 1972, il intègre l'école des Beaux-Arts de Paris comme étudiant en sculpture dans l'atelier d'Étienne Martin, où il reste peu de temps. Il fréquente ensuite l'atelier où enseignent André Greck, Calka, Roger Plin et Poncelet : le Cours Yvon, connu dans l'école sous le sobriquet affectueux de « l'usine à croquis[3] » et l'atelier de peinture Yankel.

En 1979, pour subvenir à ses besoins, il devient ouvrier d'entretien à temps partiel, c'est à dire balayeur, à la caserne de gendarmerie Babylone, rue de Babylone, à Paris. Il y restera onze ans.

Il créé en 1981 L'Édition de la Feuille Volante où il édite ses poésies et réflexions personnelles, puis, à partir de 1993, des documents sur le Carnaval de Paris et pour sa renaissance.

Il passe en 1984 le diplôme des Beaux-Arts avec le professeur Matthey qui le suit amicalement. Quand un membre du jury demande à Matthey au moment du passage de l'examen : « C'est ton élève ? » Il répond : « Disons que c'est quelqu'un que je connais bien. »

Basile Pachkoff est licencié économique de son emploi à la caserne Babylone en 1990, remplacé par une société d'entretien. Il était à l'époque et depuis plusieurs années le dernier ouvrier d'entretien employé par la Garde républicaine. Il cherche alors du travail dans une branche plus intéressante que le maniement du balai. Il tente la création de livres d'enfants, de modèles de peintures sur soie, la vente de ses peintures et autres créations artistiques, etc. Suite à ces recherches, il devient en 1993 l'initiateur de la renaissance du Carnaval de Paris, son historien et organisateur officiel bénévole. Cette fête est à l'époque complètement oubliée du public parisien.

Il faut à Basile Pachkoff cinq années d'efforts pour parvenir à cette renaissance festive à laquelle il est pratiquement le seul à croire. Ses premiers efforts échouent face au refus d'autorisation de défiler[4]. Le petit groupe de l'Association Pour la Promotion du Carnaval de Paris qu'il a créé en juin 1994 se disperse en 1995. Seuls restent autour de lui quelques rares supporteurs.

Il organise à Turin le 12 mai 1997 une manifestation pour l'autorisation du Carnaval de Paris.

En 1998, grâce à la rencontre d'Alain Riou, Basile Pachkoff arrive enfin à réaliser son projet : la renaissance du cortège de la Promenade du Bœuf Gras au Carnaval de Paris, qui n'avait pas défilé depuis 45 ans. Cette renaissance a lieu le 27 septembre sous une pluie battante qui dure toute l'après-midi[5].

Dans un documentaire de la chaîne de télévision France 3 : Une envie de Fête, renaissance du Carnaval de Paris, réalisé en 1998 par Bernard Gazet et commenté par Marie Karel, on voit notamment Basile Pachkoff promenant rue des Thermopyles le minibœuf en bois de Rafaël Estève avec lequel il a remonté et descendu les Champs Elysées en 1996, à l'époque où la Promenade du Bœuf Gras était interdite[6].

En 1999, suite à la renaissance du Bœuf Gras parisien, il est invité à la fête équivalente qui a lieu à Bazas chaque année depuis des siècles et intronisé commandeur de l'ordre gastronomique de la Confrérie bazadaise du bœuf. À cette occasion le journal Sud-Ouest rapporte cette information, précisant qu'il est le seul des intronisés qui n'est pas d'Aquitaine[7].

Lors de la quatrième édition du Bœuf Gras parisien ressuscité, qui se déroule le 10 février 2002, Séverine Corson interroge Basile Pachkoff pour le journal France Soir :

« Nous voulons juste nous amuser dans une ambiance bon enfant », déclare Basile Pachkoff, président de la Compagnie Carnavalière Parisienne « Les Fumantes de Pantruche. » Vêtu d'un long costume rouge, de grandes branches sur la tête, il poursuit : « Il y a tellement d'occasions d'être divisé, que le Carnaval offre une belle occasion de se retrouver pour faire la fête[8]. »

En 2003, interrogé par Le Parisien il souligne le rôle possible et important futur des étudiants parisiens dans la fête : « Pour qu'ils se sentent concernés par cette grande fête de rue qui leur appartient, les étudiants doivent s'associer aux préparatifs du carnaval » ...«  Avec 330 000 étudiants en Ile-de-France, il y a un véritable potentiel festif à Paris qu'il faut absolument préserver[9]. »

Le 6 décembre 2004 Alain Riou dont l'implication avait permis l'aboutissement des efforts pour la renaissance du Carnaval de Paris meurt subitement. Deux mois plus tard, jour pour jour, se déroule la fête.

Elle sera joyeuse malgré tout. Basile Pachkoff s'en explique au journal Le Parisien : « Nous avons voulu un carnaval plein de gaieté et de fantaisie pour rendre hommage à Alain Riou, conseiller de Paris qui nous a quitté le 6 décembre dernier et qui fut le premier à soutenir la renaissance de cette fête populaire[10] »

À partir de 2005, le Carnaval de Cherbourg se lie avec le Carnaval de Paris. En 2006, Basile Pachkoff venu à Cherbourg soutenir le carnaval de la ville est interrogé par La Presse de la Manche :

Et Basile Pachkoff de rappeler qu'il y a treize ans, il a ressorti du cagibi des choses oubliées le carnaval de Paris. « Au début, j'étais quasiment tout seul et maintenant nous sommes plusieurs centaines. Le dimanche 26 février, je serai à la tête du cortège avec la vache Pimprenelle », savoure déjà le gai luron[11].

Les origines russes de Basile lui ont valut en 2008 d'être interviewé par Zhanna Agalakova en entrée de Vremya, le principal journal télévisé de la première chaîne de télévision russe dans le cadre d'un reportage sur la Promenade du Bœuf Gras.

En 2009, Basile Pachkoff est à l'origine de la renaissance du cortège de la Fête des Blanchisseuses de la Mi-Carême au Carnaval de Paris. Elle est organisée par l'association Cœurs Sœurs présidée par Alexandra Bristiel. Ce défilé n'avait pas eu lieu depuis 63 ans[12].

L'association Cœurs Sœurs a été créée en référence à la Corda Fratres, dont Basile Pachkoff a rédigé un historique en français à partir des publications en italien effectuées par le professeur Aldo Alessandro Mola et le collectionneur Marco Albera.

En avril 2010, Alexandra Bristiel a succédé à Basile Pachkoff comme responsable du Carnaval de Paris.

Parallèlement à son activité carnavalesque qu'il poursuit au côté d'Alexandra Bristiel, Basile Pachkoff continue ses activités artistiques et ses recherches historiques qu'il inscrit sur Internet.

Basile Pachkoff et Rafaël Estève : première affiche de la renaissance du Carnaval de Paris, imprimée le 11 octobre 1994[13].
Basile Pachkoff : tract des Fumantes de Pantruche pour l'année 2004.

Publications de l'Édition de la Feuille Volante

Poésies et réflexions personnelles

De janvier 1982 à fin 1993, Basile Pachkoff y publie 70 recueils de poésies ou réflexions personnelles et des poésies en feuilles volantes à afficher.

Carnaval de Paris

A partir de décembre 1993 l'édition se consacre pratiquement exclusivement à la renaissance du Carnaval de Paris. Le bilan est en 2011 de plus de 300 publications. Elles sont toutes déposées à la Bibliothèque nationale de France au titre du dépôt légal ou en tant que dons au fond spécialisé du département des Arts du spectacle. Un certain nombre de publications ont été déposés sous la forme de pièces composites. Le département des Arts du spectacle de la BNF possède une des très rares collections complètes des affiches officielles du Carnaval de Paris depuis 1998. Exceptée celle de 1998 réalisée en collaboration avec Rafaël Estève, elles ont toutes été dessinées par Basile Pachkoff. Depuis 2001 elles sont en couleurs. Le tirage de ces affiches est en moyenne de 500 exemplaires. Celui des divers autres documents est variable. La brochure qui a connu le plus important tirage est Carnaval du Bœuf Gras de Paris 1995 – À l'initiative de Basile Pachkoff – Ordre et Marche de la Promenade du Bœuf Gras 1995, publiée en novembre 1994 et tirée en offset à 1000 exemplaires. Le tract annuel d'annonce du Carnaval de Paris sorti en 2006 a battu tous les autres et atteint 24 055 exemplaires.

Répertoire des premiers documents sortis pour la renaissance du Carnaval de Paris :

  • Proposition de rétablissement de la Fête de Paris, dite : Promenade du – ou des – Bœuf(s) Gras, 1re édition, février 1994 (ISBN 2-908-935-708)
  • Proposition de rétablissement de la Fête de Paris, dite : Promenade du – ou des – Bœuf(s) Gras, 2e édition, mars 1994 (ISBN 2-908-935-716)
  • Lettre sur le Bœuf Gras, avec en annexe trois lettres sur le même bovidé, mars 1994 (ISBN 2-908-935-724)
  • Lettre sur le Bœuf Gras 2e édition, avec trois courriers en plus, mars 1994 (ISBN 2-908-935-732)
  • Lettre du Bœuf Gras pour que sa fête rugisse de joie, avril 1994 (ISBN 2-908-935-740)
  • Lettre sur le Bœuf Gras 3e édition, avril 1994 (ISBN 2-908-935-759)
  • Lettre du Comité d'organisation de la Fête de Paris, dite : Promenade du – ou des – Bœuf(s) Gras, avril 1994.
  • Le petit Meûûûûûûh ! de Basile Pachkoff, aux féaux du Prince Carnaval, N°1, avril 1994.
  • Lettre d'invitation à la réunion de préparation de la Promenade du Bœuf Gras 1995, mai 1994.
  • Vive le Bœuf Gras ! juin 1994.
  • Paris retrouve son Bœuf ! (4 mars 1995 - 16 heures), juillet 1994.
  • Emblème de l'Association pour la Promotion du Carnaval de Paris (APCP), août 1994 (en collaboration avec Rafaël Estève)
  • Affiche adhérez à l'APCP, octobre 1994 (en collaboration avec Rafaël Estève)
  • Affiche d'annonce du Carnaval du Bœuf Gras, octobre 1994 (en collaboration avec Rafaël Estève)
  • Carnaval du Bœuf Gras de Paris 1995, S18 au D26 février 1995, à l'initiative de Basile Pachkoff, novembre 1994 (ISBN 2-908-935-775)
  • Carnaval du Bœuf Gras de Paris 1995 – À l'initiative de Basile Pachkoff – Ordre et Marche de la Promenade du Bœuf Gras 1995, novembre 1994 (ISBN 2-908-935-783)
  • Carte de Bœufs 1995, janvier 1995.
  • A tous les ami(e)s du Carnaval du Bœuf Gras ! janvier 1995.
  • La Fête de Paris - Promenade du Bœuf Gras et l'argent ; le nerf du Bœuf est un nerf complexe ; financement simple et financement complexe, janvier 1995.
Basile Pachkoff et Rafaël Estève : Schéma technique pour construire un géant de Carnaval, juillet 1995[14].
  • Communiqué de presse : La renaissance de la Fête de Paris - Promenade du Bœuf Gras, janvier 1995.
  • Communiqué de presse n°2 de l'APCP - Composition du cortège prévu le 25 février 1995 (reporté), février 1995.
  • Projet de Fête des Marchés de Paris - Élection Renaissance de la Reine des Reines des marchés parisiens au Carnaval de Paris, avril 1995.
  • Communique de presse n°3 de l'APCP - La Fête de Paris-Promenade du Bœuf gras interdite en 1996 ? avril 1995.
  • Complément d'idées pour la Fête des Marchés de Paris - Élection Renaissance de la Reine des Reines des marchés parisiens au Carnaval de Paris, avril 1995.
  • Appel pour la renaissance du Carnaval de Paris, mai 1995.
  • Au marché d'Aligre, à Reuilly, renouer avec la fraternité carnavalesque entre le Piémont et Paris, mai 1995 (ISBN 2-908-935-805)
  • Carnaval de Paris - Promenade du Boeuf Gras - Fête des Marchés, Proposition de trois journées nationales simultanées, juin 1995.
  • Fête du géant du marché de la création Mouton-Duvernet, juin 1995.
  • Fête du géant d'Aligre, juin 1995.
  • Mille ans de Fête de Paris, juin 1995.

Sources

  • Monika Salzbrunn, Le Carnaval de Paris, mise en scène de l'histoire et histoire de sa mise en scène, dans La fête au présent, mutations des fêtes au sein des loisirs, ouvrage publié sous la direction de Laurent Sébastien Fournier, Éditions l'Harmattan, Paris 2009.
  • Une envie de Fête, renaissance du Carnaval de Paris, documentaire de 20 minutes réalisé en 1998 par Bernard Gazet et commenté par Marie Karel pour France 3, consultable au Forum des images de la ville de Paris.
  • Presse parisienne et télévision 1998-2011, articles dans Le Parisien, Édition de Paris, actualités régionales de France 3, etc.
  • Pour les précisions biographiques : publications de l'Édition de la Feuille Volante, consultables au département des imprimés ou au département des arts du spectacle de la BNF.

Notes et références

  1. Photo prise au 3e cortège du Carnaval des Femmes, Fête des Blanchisseuses de la Mi-Carême, le 3 avril 2011.
  2. En russe Дом Пашкова. Incendié en 1812 avec le reste de la ville, restauré ensuite, ce palais abrite aujourd'hui la bibliothèque nationale de Russie.
  3. Cet atelier, créé par le professeur Yvon vers 1900, d'où son nom, a été supprimé depuis par l'administration de l'école.
  4. Dans l'article Le carnaval de Paris veut renaître, paru dans Le Parisien, Le Journal de Paris du 12 janvier 1998, Isabelle Bollene écrit : ... « en 1995, le projet de renaissance du carnaval monté par Basile Pachkoff échoua sur le double véto de la Ville et de la préfecture de police. » Dans l'article Le retour du carnaval paru dans Le Figaro du 26 janvier 1998, Marie-Douce Albert écrit : « En 1995, faute d'autorisation, Basile Pachkoff a échoué à deux reprises dans sa tentative de relancer le carnaval de Paris. »
  5. Dans l'article Carnaval, Un bœuf gras tout mouillé, paru dans Le Parisien, Le Journal de Paris du 28 septembre 1998, on lit : « Partis dimanche en début d'après-midi, les chars ont arpenté les rues du XXe pour se regrouper boulevard de Ménilmontant, selon le souhait de deux passionnés à l'origine de cette fête : Alain Riou, président de l'association Droit à la culture et conseiller socialiste de Paris, et Basile Pachkoff, un artiste. »
  6. Ce documentaire est consultable au Forum des Images de la ville de Paris.
  7. Article Fête des bœufs gras, Les intronisés du quatrième chapitre, Treize personnalités ont été intronisées par la Conférie bazadaise du bœuf avant le repas qui a regroupé 420 convives, Sud-Ouest, 13 février 1999.
  8. Séverine Corson, XXe : Le Carnaval de Paris revit à Saint-Fargeau, Un Bœuf gras rue Le Vau, France Soir, 11 février 2002.
  9. Le témoin du jour, « Les étudiants doivent s'associer aux préparatifs du carnaval », Basile Pachkoff, 52 ans, poète et initiateur de la renaissance du Carnaval de Paris, Le Parisien, Édition de Paris, 22 octobre 2003.
  10. Sandrine Martinez, Le carnaval est dans la rue, Fête. Sortez les masques, les paillettes et les confettis ! Paris célèbre carnaval, renouant avec la tradition ancestrale du bœuf gras. Un défilé qui sera aux couleurs des « Mille et Une Nuits » et auquel vous êtes invités à vous joindre., Le Parisien, Édition de Paris, 6 février 2005.
  11. Annie Jeanne, Le carnaval prépare son cinéma, La Presse de la Manche, 19 février 2006.
  12. Le Parisien, édition d'Île-de-France, 15 mars 2009, page 14 : La Fête des blanchisseuses ressuscitée. Le Parisien, Édition de Paris, 16 mars 2009, page III : Les blanchisseuses sont de retour.
  13. La tête de bœuf a été dessinée par Rafaël Estève. L'inscription dans la couronne et le texte sont de Basile Pachkoff. Le tirage en deux couleurs a été effectué sur papier couleur pêche format A3.
  14. Ce schéma est également disponible sur Commons en format pdf téléchargeable : Schéma technique pour construire un géant.

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).