Encyclopédie Wikimonde

Bastien Lecouffe-Deharme

Aller à : navigation, rechercher
Bastien Lecouffe-Deharme
Description de cette image, également commentée ci-après
Autoportrait de B.
Nom de naissance Bastien Lecouffe
Naissance (37 ans)
Vannes, Drapeau de la France France
Auteur
Genres

Bastien Lecouffe-Deharme (ou B.), né à Vannes le , est un artiste visuel, illustrateur, photographe et écrivain français, travaillant notamment dans les domaines de la science-fiction et de la littérature fantastique.

Biographie

Le patronyme Deharme, lui vient de ses arrière-grands-parents Paul et Lise Deharme, figures du mouvement surréaliste français. Il nait à Vannes en 1982 : au début des années 1980, ses parents avaient déménagé de Paris jusqu'à Pluneret, en Bretagne, où il passera son enfance et son adolescence. En 2000, il obtient un baccalauréat littéraire, et il intègre alors l'université Rennes 2, où il s'inscrit en études d'Arts, spécialisé en dessin et photographie. Il obtient en 2006 le diplôme de Master, et commence à travailler comme illustrateur dans le champ de l'édition. Ses domaines de prédilection sont la science-Fiction et le roman noir, couplés à des éléments de cyberpunk entre autres[1]. Il réalise alors de nombreuses couvertures pour les éditions Gallimard, Fleuve Noir et Pocket notamment.

En parallèle de son activité d'illustrateur, il crée des pièces destinées davantage à l'exposition, dans lesquelles photographie, dessin et techniques digitales se mêlent. En 2007 il emménage à Paris, où il travaille notamment comme directeur artistique de la galerie d'art Le Cabinet des Curieux. Il y organise, aux côtés du galeriste Thierry Ruby, les expositions Venus Robotica et Phantasms, deux expositions regroupant des figures du Dark Art international et français. En mars 2010, Bastien Lecouffe-Deharme quitte Paris pour les États-Unis, où il s'installe à Portsmouth dans l'Ohio avec son épouse Whitney Folsom Lecouffe. Il y rédige un roman graphique, qui paraît en France sous le titre de Memories of Retrocity : Le Journal de William Drum, en avril 2011, aux éditions du Riez[2].

Quelques couvertures de romans

Memories of Retrocity : Le Journal de William Drum

Le premier roman graphique de B., Memories of Retrocity, est sorti en librairies au début du mois d'avril 2011 aux Éditions du Riez[2]. Ce livre de 120 pages se présente sous la forme d'un journal intime, celui de William Drum, un policier exilé dans la ville nommée Retrocity. Cité rongée par un étrange virus, et ayant suivi sa propre évolution, coupée du monde et mise en quarantaine depuis les années 50. La mise en page présente le livre comme un "journal de bord", mêlant pages dactylographiées et d'illustrations.

Participent à la création du livre :

  • Gilles Osvald, qui rédige quelques parties des textes, et développe un des personnages de l'intrigue ;
  • Alain Damasio, auteur de l'épilogue "comme un sursaut final [qui] envisage l'avenir de Retrocity" ;
  • Johann Bodin, Anders Lazaret et Alain Brion, tous trois illustrateurs, ont accompagné la création graphique du livre tout au long de sa conception. De plus, ils proposent chacun une vision personnelle à la fin de l'ouvrage.
  • Le livre est également accompagnée d'une bande-son recréant l'ambiance de la cité, et composée par les musiciens Don Quishoote, Neptunian8 et Subskan (du label Ambivalence Recordz). Certains morceaux sont précédés de lectures d'extraits par Jean-Paul Dermont.
  • Chloé Veillard réalise le teaser-vidéo.

Liens externes

Références

  1. interview de B..
  2. 2,0 et 2,1 Site des éditions du Riez. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « test » est défini plusieurs fois avec des contenus différents

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).