Encyclopédie Wikimonde

Benoît Vincent

Aller à : navigation, rechercher
Benoît VIncent
Naissance
Montélimar, Drôme,
Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Prix Jean Follain de Prose poétique (2016)
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Benoît Vincent est un écrivain et naturaliste français, né en 1976 à Montélimar[1].

Biographie

Littérature

Après avoir publié quelques textes poétiques dans des revues comme Voix d’Encre ou Po&sie dans les années 90, il publie deux essais sur Maurice Blanchot (L’anonyme) et Pascal Quignard (Le revenant), à l’initiative de François Bon qui vient de lancer les éditions Publie.net.

En 2015 paraît Farigoule Bastard ; le roman nominé au prix Wepler, et remporte le prix Jean Follain de prose poétique de Saint-Lô[2].

GEnove, paru en 2017 (mais issu d’un site internet façonné « à la main » entre 2008 et 2012), est un palimpseste de textes très divers (poésies, chansons, fictions, éléments d’histoire et de géographie, nature et paysage, cartes postales, recettes de cuisine) sur de multiples aspects de la ville italienne de Gênes.

Membre du collectif artistique du Général Instin, il contribue à l'écriture du récit collectif, Climax (avec Sereine Berlottier, Nicole Caligaris, Patrick Chatelier, et Laurence Werner-David ; Guénaël Boutouillet, Frédéric Laé, Marc Perrin, Alain Subilia ayant également participé aux premiers textes), et à la fiction de traduction de l’Anthologie de Spoon River d’Edgar Lee Masters, avec Patrick Chatelier (tous deux publiés au Nouvel Attila en 2015 et 2016).

Toujours actif chez Publie, dont il est le directeur de la collection d'essais, il y publie des fictions critiques sur la contre-culture, et notamment le rock (Local héros, autour de la figure de Mark Knopfler, et Un de ces jours autour de Pink Floyd).

En 2019, il publie un récit aux édition des Inaperçus, L’entreterre.

Il coanime la revue Hors-Sol avec Parham Shahrjerdi, et fait partie du comité éditorial de la revue Amplitudes lancée par Henri-Pierre Jeudy. Il intervient ponctuellement à l’École de la nature et du paysage de Blois sur le thème Ecrire & la nature. Une grande partie de son travail passe par son site personnel Ambo(i)lati (de l'italien "de chaque côté"), lancé en 1999.

Sciences naturelles

Parallèlement naturaliste, (botaniste phytosociologue et malacologue), il travaille d'abord dans le champ associatif de l'éducation à l'environnement pour finalement devenir écologue indépendant. Il associe à la pratique du terrain (nombreux inventaires de la flore, des habitats et des escargots) une réflexion plus personnelle, théorique et critique, sur le devenir de l'écologie, à travers l'écocentrisme ou la protection de la nature.

Analyse de l’œuvre

Benoît Vincent travaille essentiellement sur l’espace, et en particulier la manière dont on l'habite[3], lequel est également le lien entre littérature et écologie, dont les pratiques sont poreuses l'une à l'autre.

Farigoule Bastard apparaît ainsi non tant comme l’aventure d’un personnage typiquement provençal que la mise en mot de ce paysage à travers le « déploiement d’une langue qui, emportée par sa propre violence, s’affranchira de tout cadre, et d’abord du sien, de celui qui l’a rendue possible[4] ». « Long poème autant que promenade entêtée, fantaisie pastorale dissipant son et ses personnages dans leur sinueux mouvement, épaissit son mystère en l’énonçant, sans cesser de plaire, d’étrangement (d’estrangement) plaire à qui le lit qui l’écoute[5]. »

Les différents personnages de GEnove ne sont jamais nommés ni identifiés, mais ne sont que des avatars d’une même identité, la ville elle-même. Le territoire, et même le terroir (ou la région naturelle) prend ainsi place à travers des fictions critiques tournées vers le dehors. L'auteur « ourdit un canevas lointainement pérecquien, propose des parcours échappant à la succession des pages, à la logique des thèmes, et même au hasard de la lecture par fragments[6]. » « Plus qu’un livre, c’est une rêverie vagabonde[7] »

Il construit également un versant critique, avec La Littérature inquiète, une suite d'essais qui, à partir des œuvres de Maurice Blanchot et Pascal Quignard (dans la filiation de Stéphane Mallarmé, Paul Valery, Jean Paulhan, et jusque dans des actualisations contemporaines), explore les parages de ce qu'il appelle l'inquiétude en littérature, ou l'articulation entre écriture et lecture, par le biais de correspondances appelées symptômes : « ces fictions sont inquiétantes, autant qu'est inquiète la littérature à laquelle il consacre depuis des années un travail d'étude fouillé, au plus près du contemporain : de Nicole Caligaris à Antoine Volodine, en passant par Pierre Senges, la « littérature inquiète », telle qu'il l'envisage, est avant tout matière à romans emplis d'univers inventés, d'imaginaire — jusqu'au fantastique, souvent[8]. »

Bibliographie

Écriture

Lecture

Avec le Général Instin

Entretiens

Radio

Tables rondes

Ecrits

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Notes et références

  1. Notice d’autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  2. « Benoît VIncent remporte le prix Jean Follain », Ouest-France,‎ 2016 https://www.ouest-france.fr/normandie/saint-lo-50000/saint-lo-benoit-vincent-remporte-le-prix-jean-follain-4529447
  3. « Un écrivain et naturaliste explore la région », Le Berry Républicain,‎ 2019 https://www.leberry.fr/bourges-18000/loisirs/benoit-vincent-un-ecrivain-et-naturaliste-explore-la-region_13079267/#refresh
  4. Arno Bertina, « CTV », La Quinzaine Littéraire n°1127,‎ (ISSN 2270-2024)
  5. Guénaël Boutouillet, « Je Connais Benoît Vincent, dit-il », Gare Maritime,‎ (ISSN 1259-9492)
  6. Alain Nicolas, « Le pluriel d'une ville singulière », L'Humanité,‎ (ISSN 0242-6870)
  7. Sean J. Rose, « Pérégrinations génoises », Livre-Hebdo,‎ (ISSN 0294-0000)
  8. Guénaël Boutouillet, « Benoît Vincent comme pas un », sur Ciclic
  9. « Pas rien »
  10. « Farigoule Bastard »
  11. Arno Bertina, « Dans la gibecière de Farigoule », La Quinzaine Littéraire n°1127,‎ (ISSN 2270-2024)
  12. Guénaël Boutouillet, « Farigoule en trois temps », Remue.net,‎ (lire en ligne)
  13. Claro, « La geste soit de Farigoule », Le Clavier Cannibale,
  14. Hugues Robert, « Note de lecture de Farigoule Bastard »,
  15. « Farigoule Bastard »
  16. ,« Farigoule Bastard »
  17. Eric Darsan, « Farigoule Bastard »
  18. Emmanuelle Chaminade, « Farigoule Bastard »
  19. Hugues Robert, « Note de lecture de Local Héros »
  20. Emmanuelle Chaminade, « Local Héros »
  21. Elisa Bricco, « Local Héros » (http://publifarum.farum.it/cd_article.php?publifarum=m06njtou7404uisvck6mqoh7h1&art_id=442)
  22. « GEnove » (http://www.lenouvelattila.fr/ge9/)
  23. Hugues Robert, « Note de lecture de GE9 » (https://charybde2.wordpress.com/2017/07/09/note-de-lecture-genove-ge9-benoit-vincent/)
  24. Emmanuelle Chaminade, « GEnove » (http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com/2017/06/genove-villes-epuisees-de-benoit-vincent.html)
  25. « Un de ces jours » (https://www.publie.net/livre/un-de-ces-jours-pink-floyd-une-fiction-benoit-vincent/)
  26. Emmanuelle Chaminade, « Un de ces jours » (http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com/2018/12/un-de-ces-jours-pink-floyd-une-fiction-de-benoit-vincent.html)
  27. « L'entreterre » (https://lesinapercus.fr/produit/lentreterre-de-benoit-vincent/)
  28. « L'anonmye » (https://www.publie.net/livre/lanonyme-sur-maurice-blanchot/)
  29. « Le revenant » (https://www.publie.net/livre/le-revenant-sur-pascal-quignard//)
  30. « Climax » (http://www.lenouvelattila.fr/climax/)
  31. « Général Instin » (http://www.generalinstin.net/)
  32. « Spoon River » (http://www.lenouvelattila.fr/spoon-river/)
  33. « Edgar Lee Masters, Spoon River » (https://www.recoursaupoeme.fr/edgar-lee-masters-spoon-river/)
  34. « Edgar Lee Masters, Spoon River » (https://www.lignesdevie.com/2014/07/spoon-river-edgar-lee-masters/)
  35. « Les morts témoignent » (https://www.franceculture.fr/emissions/les-emois/les-morts-temoignent-spoon-river-dedgar-lee-masters)