Encyclopédie Wikimonde

Biotexcom

Aller à : navigation, rechercher

Biotexcom est le centre médical de la reproduction humaine, qui traite l’infertilité par le moyen de la gestation pour autrui (GPA) et du don d’ovocytes. Il fonctionne en Ukraine et est orienté vers les étrangers. L’apparition du centre est déterminée par les conditions loyales de la législation ukrainienne dans le domaine de la procréation médicalement assistée (PMA), aussi bien que par les normes du droit international en comparaison avec les autres pays.

Valeur et statut

Biotexcom est un centre de PMA, le seul en Ukraine, qui fournit ses services aux clients étrangers. Cette orientation consiste en particularités de délivrance de la permission pour le programme, l’établissement du dossier pour l’enfant [1] conformément à la loi ukrainienne et celle du pays des parents commanditaires.

Histoire

La clinique Biotexcom a été fondé en 2008. Pendant cette année, on a effectué le nombre record du traitement de l’infertilité par le moyen de la GPA (gestation pour autrui) et du don d’ovocytes. Cela est déterminé par deux facteurs. Le premier – c’est la dure nécessité face aux problèmes, liés avec la médecine de la reproduction, l’adoption, les particularités démographiques dans le pays. Le deuxième – c’est la crise économique mondiale des années 2008, dans le cadre de laquelle l’honoraire payé aux mère porteuses et aux donneuses d’ovocytes était signifiant pour les citoyens ukrainiens.

La législation

À partir de l’ouverture du centre et jusqu’à 2013, la clinique travaillait d’après les deux règlement s : « Code de la famille d’Ukraine » [2] et l’Ordre du Ministère de la protection de la santé d’Ukraine № 771 « du sanctionnement de l’instruction quant à l’ordre d’application de technologies reproductives médicalement assistés » en date du 23.12.2008[3]. En 2013, cet ordre a perdu sa valeur contre l’Ordre du Ministère de la protection de la santé d’Ukraine №787 en date du 09.09.2013[1].. Les pays dont les citoyens utilisent le plus souvent les services de la clinique sont :l’Italie, l’Espagne, la France, l’Allemagne, l’Angleterre, les États-Unis, la Roumanie. La régularisation de l'enfant se fait sous la législation des pays concernés.

Records et des cas exceptionnels

En Ukraine, les facteurs principaux pour le traitement des femmes infertiles sont des facteurs médicaux, l'âge du patient n'a pas d'importance en vertu de la loi. Voilà pourquoi, il existe des dossiers exceptionnels et des récords du monde. Voici quelques-uns :

  • Annegret Raunigk, une Allemande, l’enseignante

À l'âge de 65 a donné naissance à des quadruplés le 19 mai 2015 grâce aux ovules de donneuse et du sperme de donneur. Elle a refusé de la réductions embryonnaire, en décidant de garder tous les embryons qui se sont acclimatés. La mère et les enfants se portent bien. En plus, elle est déjà maman de 13 enfants et grand-mère de 7 petits-enfants. C'est d'ailleurs pour répondre au souhait de sa dernière fille d'avoir un petit frère ou une petite sœur qu'elle a décidé de retenter une insémination artificielle. Annegret est officiellement la mère de quadruplés la plus âgée au monde.

  • une femme pasteur de l'Église protestante, une Suissesse

Elle a donné naissance à deux garçons à l'âge de 66 ans à l'aide du don d’ovocytes le 3 mars 2012. Ce sont ses premiers enfants. Nés par césarienne, qui s’est passée sans complications, les enfants sont en bonne santé et sont prénommés Michael et Joshua. La femme est aussi une recordwoman. Elle est la femme la plus âgée à avoir accouché en Suisse.

  • Une Allemande de Francfort, 66 ans

Elle a donné naissance par césarienne à une fille en utilisant un ovule d'une donneuse en avril 2015. Selon la mère tout est allé très bien, un bébé et sa mère sont en bonne santé.

Les particularités de la législation

En Ukraine, la suprématie dans la régulation des relations internationales concernant la Reproduction humaine appartient au "Code de la famille d'Ukraine". "[4] Selon lui, après le programme de maternité de substitution dans le cas où on a utilisé le don d’ovocytes de donneuse et le sperme de père, le seul tuteur est le père génétique c’est –à- dire, le vrai. Son épouse officialise la tutelle de l’enfant ou l'adopte de retour à la maison. En ce qui concerne le don d'ovules, d’après le cadre juridique la donneuse effectue l’acte de cession volontairement et ne prétend plus au matériel donné. Au total, comme avec tous les autres types de don. L’Ordre du Ministère de la protection de la santé d’Ukraine №787 en date du 09.09.2013 [1] décrit en détail tous les aspects non juridiques de la médecine reproductive. Ceux-ci comportent des indications pour la grossesse de substitution et pour l'utilisation d'ovules, la liste des examens médicaux, les exigences pour les mères porteuses et les donneurs, la procédure de présentation des services, la garantie de la sécurité et la confidentialité des données.

Problèmes éthiques

La médecine de la reproduction a toujours été un sujet de débat, spécialement aux sujet de la maternité de substitution et du don d'ovules. Dans le cas de Biotexcom l’aggravation des relations est liée à la mauvaise situation économique des Ukrainiennes. Il y a beaucoup d’adhérents aussi bien que d’opposés. Les arguments des opposés:

  • L'attitude des consommateurs envers les femmes Ukrainiennes par les étrangères.
  • L’utilisation de la situation économique difficile des femmes.
  • L'instinct maternel.
  • C’est mauvais pour la santé.
  • L’Église est contre.

Les arguments des adhérents :

  • L'attitude des consommateurs est le facteur humain et il ne dépend pas de la nationalité.
  • Il est préférable de donner la chance à une femme de sortir d'une situation économique difficile par cette voie. Pour la plusieurs Ukrainiennes c’est la seule chance pour avoir son gain gentil vite, car il existe des situations différentes.
  • Génétiquement, le bébé n’aura pas aucun rapport à la mère porteuse, en outre, les mères porteuses ont leurs propres enfants (c’est une condition obligatoire), pour lesquels généralement des femmes vont pour le programme.
  • Le dommage pour la santé est relatif par rapport à la naissance de leur propre enfant ou au traitement hormonal.
  • La relation de l'église envers beaucoup de choses changent chaque année, il en existe plusieurs exemples.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 L’Ordre du Ministère de la protection de la santé d’Ukraine №787
  2. Code de la famille d’Ukraine
  3. № 771 " du sanctionnement de l’instruction quant à l’ordre d’application de technologies reproductives médicalement assistés "
  4. Code de la famille d'Ukraine

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).