Encyclopédie Wikimonde

Bohort (Kaamelott)

Aller à : navigation, rechercher

Bohort
Personnage de fiction apparaissant dans
Kaamelott.

Alias Bohort le Jeune
Origine Gaunes
Activité Chevalier de la Table Ronde, prince de Gaunes
Famille Bohort l'Ancien (père), Evaine (mère)

Berlewen (femme), Lionel de Gaunes (frère), Ban de Benoic (oncle paternel), Hélène (tante paternelle par alliance), Lancelot (cousin), Hector des Mares (cousin)


Interprété par Nicolas Gabion
Séries Kaamelott
Première apparition Dies iræ
Saisons Livre I à VI

Bohort le Jeune, fils de Bohort l'Ancien roi de Gaunes, est un personnage de fiction de la série Kaamelott, inspiré du Bohort des légendes arthuriennes. Dans Kaamelott, Bohort est interprété par Nicolas Gabion. C'est le fils du roi de Gaunes, bien qu'il soit énoncé « Bohort, roi de Gaunes » dans plusieurs génériques de fin et dans l'épisode (Les Cousins), ce qui est une erreur.[réf. nécessaire]

Bohort est un chevalier peureux et lâche (Le Labyrinthe, Le Fléau de Dieu, Haunted…), évitant soigneusement de participer à tout combat (Les Classes de Bohort, Arthur sensei…).

Caractéristiques

Bohort est plus délicat et raffiné que les autres personnages. Il avoue n’avoir jamais suivi de formation militaire, bien qu'il ait le titre de chevalier (Le Temps des secrets, L’Aveu de Bohort). Il ne supporte pas le climat de la Bretagne et rêve que la cour de Kaamelott s’installe dans des contrées plus chaudes (Les Neiges éternelles), notamment l’Andalousie. Lors de missions en forêt, Bohort avoue avoir peur des animaux même les plus inoffensifs, comme les pigeons ou les lapins dès lors qu'ils ont atteint l'âge adulte, il semble également voir les faisans comme de terribles prédateurs mortels (Un bruit dans la nuit). Il a souvent tendance à réveiller Arthur à cause de cauchemars ou parce qu'il a cru voir le fantôme d'Uther Pendragon.

Quatre facteurs peuvent néanmoins modifier le comportement de Bohort et le rendre violent : l’alcool (L’Ivresse), la peur (Le Fléau de Dieu II), la colère (Les Classes de Bohort) et la protection du Roi Arthur (Dies iræ, La rivière souterraine). Bohort a également la caractéristique de ne jamais comprendre le second degré et l’ironie (Le Fléau de Dieu, Les Clandestins, Les Chiens de guerre…).

S’il est inapte dans tout ce qui concerne la guerre — y compris les négociations de paix (Le Négociateur) —, Bohort s’avère cependant excellent quand il s’agit d’organiser des événements « culturels », tels que bals et festivals (La Fête du printemps, Les Festivités) ou pièces de théâtre (La Répétition). Les autres pensent parfois que Bohort est homosexuel, vu que c'est un personnage maniéré, aux goûts efféminés et qu'on ait jamais vu sa femme (on la verra néanmoins dans Au Bonheur Des Dames - Livre III, tenant le lit car supportant très mal les longs voyages), Dame Séli ne croit d'ailleurs pas du tout que Bohort soit marié.

Il est en général d’une grande honnêteté, s’opposant souvent aux malversations de Venec, et rejoint les vues progressistes du roi concernant les femmes, la torture et les condamnations à mort (mais pas forcément l’esclavage). Très critique envers les dépenses guerrières de Léodagan, Bohort n’hésite pas à tenir tête au bouillant roi de Carmélide quant à la gestion du budget (Raison d’argent, Séfriane d’Aquitaine…). En outre, il se montre d'une extrême fidélité envers le Roi Arthur : au cours du livre V, alors qu'Arthur a replanté Excalibur et abandonné son titre, Bohort tente à de multiples reprises de le convaincre de reprendre le trône à Léodagan ou Karadoc. Enfin, il tentera de tenir tête à Lancelot, pourtant bien meilleur combattant que lui, afin de l'empêcher d'accéder à la salle de bain dans laquelle se trouve Arthur pour l'assassiner.

Relations

Il a la réputation d’être homosexuel bien qu’étant marié et avec neuf enfants (Le Chevalier femme). Alexandre Astier a décidé de clarifier définitivement la chose en faisant intervenir sa femme Berlewen[1], jouée par Virginie Efira, (Au Bonheur des Dames, Dux bellorum).

Bohort est assez proche de Lancelot, à qui il se confie parfois. Il sera ainsi le premier à apprendre l’amour secret du chevalier pour Guenièvre. Ceci fait néanmoins courir quelques rumeurs malencontreuses sur la nature de leur relation (Le Temps des secrets). Bohort découvre plus tard que lui et Lancelot sont cousins germains, son propre père étant le frère du roi Ban de Bénoïc. Le chevalier errant, ayant coupé les liens avec sa famille, apprécie peu que cela soit crié sur les toits (Les Cousins). Cependant, il tentera à de nombreuses reprises de ramener Lancelot à la cour d'Arthur et s'opposera à lui avec courage lors de la tentative d'assassinat d'Arthur tandis qu'il refusera son autorité de régent en attaquant ses hommes qui retenaient prisonnier Gauvain.

Chronologie

Livre IV

Dans le Livre IV, Bohort culpabilise considérablement d’avoir été le messager informant Guenièvre de l’affection que Lancelot lui porte – et donc d’avoir déclenché le départ de la reine. Bien qu’il reste fidèle au roi et lui sert de témoin durant la cérémonie de « l’échange d’épouses », il n’aura de cesse de convaincre Arthur et Mevanwi de mettre fin à cette folie.

Livre V

Dans le Livre V, alors que plusieurs chevaliers quittent la Table Ronde pour fonder des clans autonomes, Bohort propose son frère, Lionel de Gaunes, pour combler l’une des places vacantes – même si, du propre aveu de Bohort, son frère serait encore plus sensible et pusillanime que lui (Væ soli !).

De plus, Bohort reste à tout moment loyal à Arthur. Ainsi, lorsque Lancelot (pourtant son cousin) tente d'assassiner Arthur, il n'hésite pas à le défendre et engager un combat avec son cousin, qu'il perdra en raison de sa faible expérience (La Rivière souterraine - Livre V).

Livre VI

Dans le Livre VI, on apprend qu'il est le fils de Bohort l'Ancien, qui a servi Uther Pendragon. Pour devenir Chevalier de la Table Ronde, il a inventé une histoire durant laquelle il met en déroute des bandits de grand chemin, qu'il a en réalité acheté en leur confectionnant des costumes.

On peut brièvement le voir à la fin du dernier épisode (Dies iræ) en train de sauver Gauvain d'une troupe de chevaliers blancs de Lancelot et prendre la fuite avec celui-ci.

Notes et références

  1. « Berlewen - On En A Gros ! », sur On En A Gros ! (consulté le 14 juin 2016)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).