Encyclopédie Wikimonde

Bonaventure Leca

Aller à : navigation, rechercher
Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Bonaventure Leca, né le à Serriera (Corse) et décédé le , est un homme politique français, d'origine corse.

Biographie

Il entre dans les services administratifs de la Ville d’Issy-les-Moulineaux le 1er août 1918. Il y finit sa carrière le 1er avril 1949.

Membre de la SFIO, il est élu conseiller municipal le . Il devient maire adjoint le . Succédant à Jacques Madaule, Bonaventure Leca est maire d'Issy-les-Moulineaux du 26 juillet 1953 jusqu'à sa mort en 1973[1].

Dès 1954, il se lie d'amitié avec Hans Schelter (de). Ensembles ils œuvrent à la réconciliation franco-allemande par des échanges de jeunes entre Issy-les-Moulineaux et la ville bavaroise de Weiden.

Entre 1958 et 1963, il accueille quatre fois le congrès de la SFIO à Issy-les-Moulineaux.

Le , un attentat à la voiture piégée a lieu devant le palais des congrès d'Issy-les-Moulineaux où se tient un congrès du Mouvement de la paix. Le jour même, dix mille personnes défilent dans les rues de la ville à l'appel de Bonaventure Leca[2].

Il est exclu de la SFIO pour avoir refusé l'alliance avec le PCF aux élections municipales de 1965[3]. En 1969, il accueille le Congrès d'Issy-les-Moulineaux qui marque la transformation de la SFIO en Parti Socialiste. Bonaventure Leca démissionne du parti socialiste peu de temps avant sa mort car hostile au rapprochement de ce parti avec le PCF.

Fier de son instruction primaire, Bonaventure Leca est un habitué des perles et une des cibles privilégiées de l'humoriste Jean-Charles. C'est ainsi qu'il salue le départ des colonies de vacances de la ville par un vibrant « Vous allez respirer la bonne aire, l'air pur, l'air liquide ! »[4]

Postérité

En 1976, la place de la République, située face à l'hôtel de ville d'Issy-les-Moulineaux, est renommée place Bonaventure Leca. Le square attenant porte aussi son nom[5].

L'exemple de Leca, cousin de sa grand-mère, inspire André Santini quand il choisit de partir à la conquête de la mairie d'Issy-les-Moulineaux[6].

Notes et références

  1. « Issy n'est pas une banlieue rouge », sur lexpress.fr,
  2. « La population d'Issy-les-Moulineaux a défilé dans les rues de la commune pour manifester son indignation », sur lemonde.fr,
  3. Les partis et la République : La recomposition du système partisan 1956-1967, Jacqueline Sainclivier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008
  4. Le Santini : dictionnaire autobiographique, André Santini, Paris, Cherche-Midi, 2011
  5. « Bonaventure Leca (place) »,
  6. « Ces Corses partis à la conquête des municipalités parisiennes »,

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 466 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Cet article « Bonaventure Leca » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).