Encyclopédie Wikimonde

Bruno Vanryb

Aller à : navigation, rechercher

Bruno Vanryb est un entrepreneur français.

Fondateur d'Avanquest, l'un des principaux éditeurs français de logiciels[1], il est membre fondateur de CroissancePlus, et président du programme "5000 start-ups"[2] du Syntec Numérique.

Depuis 2014, il dirige Be Brave, une société de conseil et d'accompagnement des dirigeants d'entreprises de croissance et de technologie[3]. Il est également partner au sein du fonds Avolta Partners.

Depuis juin 2015, il est co-fondateur du média digital Spicee [4].

Création d'Avanquest Software

Ancien ingénieur du son et journaliste (SVM, Micro-systèmes, Soft et Micro notamment), co-auteur de douze ouvrages sur la micro-informatique aux éditions Eyrolles[5], passionné de nouvelles technologies, de moto et d'art moderne, Bruno Vanryb a co-fondé avec un investissement de départ de seulement 2000 euros, en 1984, la société BVRP, devenue Avanquest en 2005, l'un des principaux éditeurs de logiciels en France avec en janvier 2014, 530 salariés dans 7 pays et une cotation en Bourse sur Euronext Paris depuis 1996. L'un des produits phare de l'entreprise a été un logiciel de télécopie 'WinFax.'

Il en a été le président-directeur général de sa création à mai 2013[6], puis président du Conseil d'administration jusqu'en juin 2015.

Depuis son départ d'Avanquest, Bruno Vanryb s'est investi dans plusieurs projets entrepreneuriaux.

Il est administrateur et actionnaire de MCI Group, société suisse faisant partie des leaders mondiaux dans le domaine de la gestion des congrès et des événements. Bruno Vanryb est également associé et administrateur dans deux startups, Spicee.com (un média vidéo pure player sur Internet créé en 2015)[7] et  et Cityscoot (scooter électrique en auto-partage pour Paris)[8].

Engagement associatifs

Bruno Vanryb a contribué à plusieurs associations professionnelles, dans le domaine notamment du numérique. Administrateur de Syntec Numérique depuis 2010, syndicat professionnel qui représente 1600 entreprises du secteur, dont 50 % d'éditeurs de logiciels, il a été élu entre 2010 et 2015 président du "Collège" éditeurs de Syntec Numérique, et depuis juin 2015 il est président du programme "5000 startups".

Il a participé avec Denis Payre à la fondation de l'association CroissancePlus, qui soutient et assure la notoriété des entreprises en croissance, association qu'il a présidée entre 1998 et 2000, et qui est à l'origine de la création des BSPCE, outil de participation actionnariale destiné aux startups[9].

Bruno Vanryb a également été entre 2002 et 2005 le président de Middlenext, association dont les membres sont des entreprises de taille moyenne, cotées sur Euronext ; il en est toujours le président d'honneur[10].

Entre 2007 et 2014, Bruno Vanryb a été nommé au Conseil d'orientation d'Euronext Paris.

Entre avril 2011 et juillet 2012, il a également été nommé par le président de la République Nicolas Sarkozy, membre et vice-président du Conseil national du numérique dans sa première mouture.

Divers

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en.

Bruno Vanryb a par ailleurs accepté l'invitation du magazine Challenges pour y créer son blog, intitulé « Le Journal d'un Entrepreneur » [11].

Bruno Vanryb fait partie des experts conviés par Nicolas Doze deux fois par mois dans son émission Les Experts du 9/10 sur BFM Business.

Décorations

Bruno Vanryb a été sélectionné en 2001 par le Président de la République Jacques Chirac pour être chevalier de l'ordre national du Mérite[12].

Il fait également partie de la promotion du Nouvel An 2014 pour être chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur, sur proposition de la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq[13].  Sa décoration lui a été remise par Fleur Pellerin ministre de la Culture et de la Communication.

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).