Encyclopédie Wikimonde

Cédric Berny

Aller à : navigation, rechercher
Cédric Berny
Description de l'image Defaut.svg.
Alias
Le Belge
Naissance (32 ans)
à côté de Charleroi
Nationalité Drapeau de la France Française - Drapeau de la Belgique Belge
Profession
Dealeur

Cédric Berny est un criminel franco-belge, reconnu coupable le 28 février 2017 d’homicide volontaire.

Affaire judiciaire

Événement

Le 7 février 2014, Berny, dit Le Belge, se rend à Vanves[1] (Hauts-de-Seine, Île-de-France) chez Philibert, dealeur qu'il a rencontré en rave quelques mois plus tôt pour le dépouiller, en compagnie de trois autres personnes[2]. Pour convaincre ses amis de l'accompagner, il leur fait miroiter du matériel hi-fi et un butin intéressant. Arrivé chez Philibert, Berny verse dans son verre du Subutex pilé pour le mettre hors d'état d'agir. Au moment où la bande est sur le départ, Berny s'énerve et frappe à plusieurs reprises Philibert. Les trois partent, laissant Philibert seul avec Berny[3].

Le corps de Philibert est retrouvé deux heures plus tard par un commandant de gendarmerie, calciné, dans l'appartement en ruines[4].

Conséquences

Berny est interpellé le 19 février 2014 mais nie son implication dans le meurtre. Il charge ses trois amis. Mais il est mis en examen pour meurtre et écroué à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne, Île-de-France). Compte tenu des deux cadavres entourant ses précédentes détentions, il est placé à l'isolement pendant deux ans, avant de rejoindre le quartier spécifique.

En juillet 2014, Sélim, codétenu de Cédric Berny, contacte la police pour leur faire part des révélations que Berny qui a faites en celulle. Berny aurait affirmé qu'après le départ de ses trois amis, il aurait étranglé Philibert avec la ceinture de son treillis et qu'avant qu'il ne meurt, il aurait incendié l'appartement avec un matelas.

Jugement

Le 28 février 2017, Cédric Berny est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans. Il a fait appel [2],[5] .

Passé

Cédric Berny est né en janvier 1989 en banlieue de Charleroi. Il a sept frères et sœurs et vit avec sa mère, séparée de son père. Ses deux parents ne travaillent pas.

En 2001, sa mère et sa soeur périssent dans l'incendie de leur maison. Soupçonné, Berny nie être l'incendiaire, qui ne sera jamais retrouvé[1].

Placé en foyer, il quitte le système scolaire à 12 ans.

A 17 ans, son père le met à la rue un 31 décembre. C'est ainsi qu'il rentre dans le milieu des raves et commence à vendre de la drogue pour vivre[6].

Son fils né à Lille en 2011, d'une courte relation, Océane. La maternité brûle quelques jours plus tard. Berny est soupçonné mais aucun preuve n'est retrouvée. Il installe son fils dans un squat, au milieu des cachets et des pochons de drogue. L'année suivante, alors qu'il se sont remis ensemble et vivent dans un squat, Océan est réveillée en pleine nuit par son matelas en flemme. Elle découvre Berny, un bidon d'essence à la main.

Quelques temps plus tard, Berny incendie une cabine en bois en bois, en face du squat où il habite.

En 2011, alors qu'il est détenu à côté de Lille, son codétenu est retrouvé mort, suicidé par pendaison.

Le 2 juillet 2013, son codétenu est retrouvé mort par pendaison en pleine journée, alors qu'il n'était pas reconnu comme suicidaire.

Berny a déclaré que son codétenu s'était suicidé pendant son sommeil et que dès qu'il s'était réveillé, il avait prévenu les surveillants. Aucun élément ne sera retenu contre lui[7].

Références

  1. 1,0 et 1,1 Julien Mucchielli, « Incendie criminel en France: un psychopathe carolo condamné à perpétuité », (consulté le 26 août 2017)
  2. 2,0 et 2,1 « Un psychopathe carolo de 27 ans condamné à perpétuité en France », 7sur7,
  3. Julien Mucchielli , Guillaume Duchemin, « PHILIBERT, BRÛLÉ VIF PAR SON COPAIN DE RAVE », STREETPRESS,
  4. « Meurtre d'un sexagénaire maquillé en incendie : quatre hommes écroués », RTL avec AFP,
  5. Valérie Mahaut, « Incendie meurtrier de Vanves : l’inquiétant profil de l’accusé >Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine>Vanves », Le Parisien,
  6. « Cédric Berny, « menteur, manipulateur » , incendiaire meurtrier », Épris de justice | Chroniques judiciaires,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2017)
  7. Le JDD, « Trop de cadavres autour du "Belge" », Lagardère Active Digital, (consulté le 26 août 2017)

Article publié sur Wikimonde Plus