Encyclopédie Wikimonde

Campagne de François Hollande pour l'élection présidentielle de 2012

Aller à : navigation, rechercher

François Hollande, député et président du conseil général de Corrèze, a annoncé sa candidature en vue de la prochaine présidentielle le 31 mars 2011, en marge de sa réélection à la tête de l'exécutif corrèzien[1]. Le 16 octobre 2011, il remporte les primaires citoyennes avec près de 57 % des voix[2]. Investit officiellement le 22 octobre 2011, il devient donc à partir de cette date le candidat officiel du Parti socialiste (PS) et du Parti radical de gauche (PRG) à l'élection présidentielle de 2012[3]. Les axes prioritaires de sa campagne sont la jeunesse, l'éducation et le rêve français[4].

Déclaration de candidature

Tulle, fief du candidat.

En février 2011, François Hollande annonce qu'il sera candidat aux primaires socialistes uniquement si il est réélu à la présidence du conseil général de Corrèze[5]. Pari risqué, puisqu'il dispose d'une majorité d'un siège au conseil général à Tulle, toutefois le 27 mars 2011, la majorité de gauche se renforce au conseil général[6]. Le 31 mars 2011, dans la matinée il est réélu à la tête du conseil général[7] et l'après-midi il annonce qu'il « décide de présenter sa candidature à l'élection présidentielle à travers la primaire du parti socialiste ». Le candidat qui prononce un bref discours au milieu de partisans scandant « François président ! » joue la carte du rassemblement et développe les propositions de sa campagne[8].

Primaires

François Hollande en août 2011.

Débutant sa campagne avec des sondages peu flatteurs (en troisième position avec quatorze pour cent des intentions de vote en avril 2011[9]), il progresse au fil des mois jusqu'à viré en tête suite au retrait de Dominique Strauss-Kahn inculpé pour agression sexuelle le 14 mai 2011. Les médias le présentent comme l'« anti-DSK », du fait de sa volonté de devenir un « président normal »[10],[11]. Pendant la campagne et au cours des débats des primaires, Hollande est pris à parti sur projet de contrat de génération, son manque de clarté notamment sur le nucléaire et est accuser de changer souvent de position et d'être le partisan d'une gauche molle[12]. Face à ses critiques, Hollande se place au-dessus de la mêlée afin d'assoir sa stature présidentielle[13]. Le 9 octobre 2011, il vire en tête de la primaire socialiste avec plus d'un million de voix et plus de 39,17 %, mais il devra affronter la première secrétaire du PS Martine Aubry la semaine suivante. Le 16 octobre, il est finalement élu avec plus d'un million six cent milles voix soit 56,57 %.

Le 22 octobre, lors d'une commission d'investiture qui se tenait à la Halle Freyssinet, François Hollande est officiellement investit candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle. Devant un parterre de quatre milles militants, le député de Corrèze est introduit par ces anciens adversaires de la primaire avant de prononcé un discours d'environ un heure où il a une nouvelle fois rappelé ses priorités, la jeunesse, l'éducation, et le rêve français[14].

Propositions

François Hollande présentera ses propositions au début de l'année 2012 après avoir revu le programme du PS[15].

Contrat de génération

Dans son « contrat de génération », le candidat PS propose une baisse de charge pour les entreprises qui embauchent un jeune de moins de trente ans en contrat à durée indéterminée (CDI) et qui s'engage dans le même temps à conserver un senior dans l'emploi ; le sénior transmettrait son savoir faire au jeune. Cette mesure que le candidat évalue à 8 milliards d'euros sur cinq ans, aurait pour but de réduire le fort taux de chômage chez les jeunes et les séniors[16].

Création d'emplois publics

Hollande annonce qu'il recréera en cinq ans les « 60.000 à 70.000 » postes supprimées d'enseignant supprimés dans l'éducation depuis 2007[17]. Il souhaite également créer 10 000 postes de policiers et de gendarmes[18].

Réforme fiscale et réduction des déficits

Le candidat socialiste propose une réforme fiscale qui consiste à taxer tous les revenus sans distinction d'origine (revenus du travail, du capital ou du patrimoine) et de rétablir la progressivité de l'impôt et la contribution selon son revenu et son patrimoine. Les revenus du patrimoine seront donc imposés selon le même régime et le même barème que les revenus du travail. Il propose également de supprimer la plupart les niches fiscales et de fusionner la contribution sociale généralisée (CSG) et l'impôt sur le revenu (IRPP) pour devenir un seul impôt citoyen payé par tous. La taxe d'habitation, sera elle supprimée et remplacée par un impôt calculé sur les même bases que l'impôt citoyen[19]. Opposé à la hausse de la TVA dans le domaine du livre et de la culture[20], en revanche la TVA à 5,5 % sera augmenter dans la restauration, les hôtels et pour les travaux dans les logements[21]. Il souhaite également une baisse de la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) lors des périodes de forte hausse des prix du petrôle[22].

Après avoir qualifié d'« illusion » un retour du déficit public à 3 % du produit intérieur brut (PIB) en 2013[23], il défend cette mesure et déclare que « le candidat qui annonce qu'il n'y aura pas d'effort supplémentaire après 2012 sera un président qui se parjurera »[24]. Il refuse, le mois suivant, l'inscription de la « règle d'or » sur les déficits dans la Constitution, mais propose une « loi de programmation » sur la réduction des déficits[25]. Lors du dernier débat de la primaire, il promet une réduction du déficit à 0 % à l'horizon 2017. Pour parvenir à ces objectifs en matière de réduction des déficits, il promet de faire de la réforme fiscale la première loi de son quinquennat[26].

Réduction de la part du nucléaire et développement des énergies alternatives

Pendant la campagne des primaires, François Hollande était le seul des six candidats à refuser de s'engager sur une sortie progressive du nucléaire en France. Jugeant que la « France est le seul pays au monde à avoir autant d'électricité produite par le nucléaire », il propose de faire passer la part d'énergie nucléaire dans la production d'électricité de 75 à 50 % à l'horizon 2025[27]. En novembre 2011, dans le cadre des négociations entre le PS et Europe Écologie - Les Verts en vue des prochaines élections législatives, un bras de fer oppose le candidat socialiste aux écologistes sur le nucléaire. EELV refuse de valider l'accord sur les législatives si François Hollande ne se prononce pour la sortie du nucléaire et n'abandonne pas le projet d'EPR à Flamanville ainsi que le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes[28]. Le député de Corrèze refuse de revenir sur ses positions, et, malgré son inflexibilité, l'accord est quand même validé par ELLV[29].

Un plan de transition énergétique sur dix ans sera proposé. Il doit permettre de financer l'isolation des logements existants, de développer l'offre de transports collectifs, de moderniser l'éclairage des villes, de réglementer les prix de l'énergie et de développer les technologies propres (stockage de l'énergie, éolien, photovoltaïque, véhicules propres, véhicules électriques). Le coût du plan transition énergétique est estimé par le candidat à 5 milliards d'euros par an.

Politique européenne et internationale

Le candidat socialiste propose de retirer l'ensemble des forces françaises en Afghanistan dans les douze mois qui suivront son éventuelle élection[30].

Il souhaite que les dettes européennes soit mutualiser à travers des « eurobonds »[31].

Questions de société

François Hollande en visite au CHU de Rennes en septembre 2011.
  • Euthanasie active : Favorable à la loi sénatoriale rejetée en janvier 2011, qui visait à autoriser l'euthanasie pour les patients en fin de vie, François Hollande souhaite un grand débat en 2012, qui permette de faire évoluer la loi Leonetti[35].
  • Cannabis : Fermement opposé à toute légalisation ou dépénalisation du cannabis, il souhaite néanmoins une « réflexion européenne sur le sujet »[36].

Déplacements

Le 19 octobre, François Hollande effectue son premier déplacement à l'étranger comme candidat socialiste à l'élection présidentielle à Madrid, où il a notamment rencontré le président du gouvernement espagnol José Luis Rodríguez Zapatero et l'ancien président du Brésil Lula[37].

Équipe de campagne

François Hollande devait annoncer à la fin octobre la composition de son équipe de campagne, mais finalement, la nouvelle équipe de campagne est officiellement dévoilée le 17 novembre. Elle est dirigé par Pierre Moscovici et compte 65 membres[38].

Soutiens

L'ensemble des responsables, députés, sénateurs, conseillers généraux, conseillers régionaux, maires, conseillers municipaux du PS et PRG sont censés soutenir leur candidat, François Hollande.

Politiciens hors socialistes et radicaux Jacques Attali, Azouz Begag, Robert Hue
Acteurs Josiane Balasko[39], Benjamin Biolay[40], Denis Podalydès[41]
Sportifs Safia Otokoré, Noël Le Graët[42]

Notes et références

  1. Primaire au PS: Hollande (officiellement) candidat, 31 mars 2011, I-télé
  2. Nette victoire de François Hollande à la primaire PS, 16 octobre 2011, 20 minutes
  3. Hollande officiellement investi, le PS affiche son «bonheur de l'unité», 22 octobre 2011, Le Parisien
  4. "Unité" et "rêve" à l'investiture de François Hollande pour 2012, 22 octobre 2011, L'Express
  5. Hollande candidat aux primaires s'il est réélu en Corrèze, 6 février 2011, L'Express
  6. Elections cantonales. La Corrèze reste à gauche, Hollande en lice pour les primaires au PS
  7. François Hollande réélu président du conseil général de Corrèze, 31 mars 2011, Le Point
  8. Primaires PS: Hollande se lance, 31 mars 2011, Le JDD
  9. Intentions de vote à la primaire PS, 11 avril 2011, LH2
  10. « C'est quoi « un président normal » ? », site de TF1-LCI, 23 mai 2011.
  11. « François Hollande, l'anti DSK ? », France Soir, 1er juin 2011.
  12. Aubry et Hollande s'accrochent sur la gauche "molle" ou "dure", 12 octobre 2011, Nouvel Obs
  13. Hollande et la tactique du retrait
  14. François Hollande se présente en candidat de la «vérité», 22 octobre 2011, Le Figaro
  15. http://www.lefigaro.fr/politique/2011/10/26/01002-20111026ARTFIG00651-le-psrevoit-deja-son-programme.php
  16. Première proposition : Hollande mettra en oeuvre son contrat de génération, 29 septembre, Le Point
  17. François Hollande veut recréer « 60.000 à 70.000 » postes d'enseignants, 12 septembre 2011, Les Échos
  18. F. Hollande et les questions de sécurité, 14 septembre 2011
  19. François Hollande : "Il faut fusionner la CSG et l'impôt sur le revenu", 31 mars 2010, L'Expansion
  20. Culture: Hollande demande à l'exécutif de revenir sur la mesure de la hausse de la TVA, 9 novembre 2011, Le Point
  21. La réforme fiscale proposée par François Hollande
  22. Baisser la TIPP? Une mesure coûteuse, 12 juillet 2011, Le JDD
  23. Sylvie Pierre-Brossolette et Michel Revol, « Peut-il faire mieux que Sarkozy ? », Le Point, 22 septembre 2011, n°  2036, p. 44.
  24. « Dette : Hollande s'aligne sur l'objectif du gouvernement », Le Figaro, 16 juillet 2011.
  25. « Règle d'or : loi « après la présidentielle » », dépêche AFP reprise par Le Figaro, 20 août 2011.
  26. Hollande-Aubry, le débat minute par minute (http://www.lefigaro.fr/politique/2011/10/12/01002-20111012ARTFIG00632-primaire-ps-l-ultime-debat-entre-hollande-et-aubry.php), 13 octobre 2011, Le Figaro
  27. Hollande veut réduire le nucléaire, pas en sortir, 16 septembre 2011, Le JDD
  28. Duflot-PS : "il peut y avoir un échec" (E1), 10 novembre 2011, Europe 1
  29. EELV valide l'accord avec le PS, 19 novembre 2011, Europe 1
  30. Hollande promet "plus un seul soldat français" en Afghanistan en mai 2013, 12 juillet 2011, L'Express
  31. Comment François Hollande veut sauver la zone euro (http://lexpansion.lexpress.fr/economie/comment-francois-hollande-veut-sauver-la-zone-euro_258896.html), 17 juillet 2011, L'Expansion
  32. François Hollande favorable à un ministère des droits des femmes (http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/francois-hollande-favorable-a-un-ministere-des-droits-des-femmes-01-10-2011-1379484_324.php), 1er Octobre 2011, Le Point
  33. François Hollande: «Ce sont les élites qui sont en retard» (http://www.tetu.com/actualites/france/francois-hollande-ce-sont-les-elites-qui-sont-en-retard-20278), 21 septembre 2011, Têtu
  34. François Hollande - Quels droits pour les LGBT ? (http://www.dailymotion.com/video/xldd09_francois-hollande-quels-droits-pour-les-lgbt_news?start=75#from=embed), 29 septembre 2011, vidéo posté par HES
  35. François Hollande - Pour ou contre l'euthanasie ? (http://www.linternaute.com/video/213730/francois-hollande-pour-ou-contre-l-euthanasie/)
  36. Cannabis: François Hollande pour une réflexion au niveau européen sur la dépénalisation (http://www.20minutes.fr/ledirect/736723/cannabis-francois-hollande-reflexion-niveau-europeen-depenalisation), 6 juin 2011, 20 minutes
  37. Hollande, candidat à l'Elysée, veut conforter sa stature internationale (http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jkTeOzeWs550vhhzXlnPMtTapzvw?docId=CNG.3ddd0ba4853a8edab65bc09abf84302e.501), 19 octobre 2011, AFP
  38. Hollande dévoile son équipe de campagne (http://www.ladepeche.fr/article/2011/11/17/1217848-hollande-devoile-son-equipe-de-campagne.html), 17 novembre 2011, La Dépêche
  39. Éric Hacquemand, Balasko vote Hollande (http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/balasko-vote-hollande-13-10-2011-1651414.php) sur leparisien.fr, 13 octobre 2011
  40. « Je vais voter Hollande par raison plus que par passion » (http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/09/13/je-vais-voter-pour-hollande-par-raison-plus-que-par-passion_1571339_823448.html), Le Monde, 13 septembre 2011.
  41. http://www.lejdd.fr/Politique/Depeches/Denis-Podalydes-soutient-Hollande-400433/
  42. Le Graët derrière Hollande (http://www.lequipe.fr/Football/breves2011/20111002_130705_le-graet-derriere-hollande.html) sur lequipe.fr, 02 octobre 2011

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • francoishollande.fr (http://francoishollande.fr/), site de campagne

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).