Encyclopédie Wikimonde

Campus délocalisés et multisites

Aller à : navigation, rechercher

Les universités sont parfois situées sur un campus historique, avant de s'étendre sur d'autres sites, pour soit une délocalisation, soit une extension, dans le même pays, ou à l'étranger. Voici un petit éventail de ce qui se fait à l'étranger. Les initiatives sont variées, et les exemples donnés se concentrent sur les campus d'origine française.

Internationalisation de l'enseignement supérieur

Ces croissances externes vont dans un sens de l'internationalisation des études. Dans le palmarès des pays les plus volontaristes dans la création de campus hors les murs, les pays anglosaxons sont en pointe :

Les Etats Unis ouvrent le podium, suivis du Royaume Uni, de l'Australie et de la France enfin[1].

Cette tendance sert d'abord une stratégie de diplomatie d'influence, sur les plans scientifique, économique et culturel. Il s'agit d'attirer à soi les talents, de tisser des liens, mais également de proposer une offre de formation n'existant pas sur le territoire d'implantation. Pour les universités, il est également question de se renforcer par l'expansion, de participer au développement et d'accompagner les besoins des entreprises.

Différents types de campus

Campus délocalisé

La démarche est ici collaborative, à savoir que l'établissement d'accueil va délivrer un diplôme propre, ou soit que l'établissement d'origine crée une structure en collaboration avec un partenaire. Le campus d'origine a une grande influence sur le campus délocalisé, ce qui en fait une reproduction. Les exemples sont la Sorbonne Abu Dhabi, Centrale Pékin. Parfois seules les formations sont délocalisées, comme par exemple la Grenoble Business School.

Coopérations

Les coopérations sont moins dispendieuses et moins mobilisatrices, ce qui les rend plus faciles à les mettre en oeuvre, que l'installation d'un campus. Il s'agit d'accord bilatéraux avec des établissements étrangers, pour une formation au sein de l'établissement partenaire. La formation s'adapte au contexte local. On peut ici penser au Collège universitaire français de Moscou. Lors des échanges entre établissements, une coopération plus poussée peut donner lieu à des diplômes connexes, conjoints, voire des doubles diplômes (entre des établissements français et allemands par exemple, recensés par l'université franco-allemande, ou encore en relation avec des établissements italiens, avec l'université franco-italienne).

Campus satellites

Ces campus sont multisites ou bien franchisés. La démarche est ici celle de l'indépendance. La structure nouvelle délivre sa propre formation, ses propres diplômes. Lorsqu'elle est multisite, elle est une création de l'établissement d'origine. Son organisation et sa qualité sont similaires à l'établissement d'origine. Lorsqu'il s'agit d'une franchise, elle est l'émanation d'un autre établissement, sans lien avec la structure d'origine, mis à part une assistance éventuelle. Dans ce cas, l'offre de formation est adaptée au pays d'accueil. Dans les deux cas le nouvel établissement va permettre de capter les talents locaux. C'est l'exemple de Skema, Paris Dauphine ou l'ESSEC.

Exemples

Exemples d'établissements

La Sorbonne est installée à Paris, mais également à Abu Dhabi (Paris 4, 5 et 6). Panthéon Assas dispose d'un centre universitaire en droit à l'île Maurice et Singapour[2]. Panthéon Sorbonne est présent au Caire[3], à Bucarest[4], à Moscou, Ho Chi Minh Ville, aux Seychelles, Buenos Aires, Istanbul[5].

L'école centrale, présente en France, à Paris, Lille, Lyon, Marseille et Nantes, a ouvert également en Inde (Mahindra Ecole centrale), à Pékin et Casablanca.

L'ESSEC est basée en France et à Singapour.

Le groupe Skema est fort d'une présence à la fois en France, aux Etats Unis, en Chine et au Brésil.

HEC s'est implanté au Qatar[6].

L'INSEEC se trouve sur plusieurs sites en France, mais aussi à Londres, San Francisco, Chicago, Shanghai et Genève.

Pays importateurs

Les pays les plus visés par les campus à l'étranger sont dans l'ordre la Chine, Dubaï, Singapour, le Qatar puis Abu Dhabi. On note que tous ces pays sont situés à l'est de l'Europe, dans la péninsule arabique ou en Asie du Sud Est. Ces zones correspondent aux nouveaux relais actuels de croissance dans le monde. Cette corrélation n'est pas due au hasard.

Cas français

Localisations

Les établissements français s'intéressent à l'Afrique, à l'Asie et au Moyen Orient principalement. L'Amérique en général est en revanche plus délaissée.

Type d'établissements

Les écoles de management sont plus focalisés sur les campus multi-sites. Les universités et écoles d'ingénieur sont elles plus ancrées dans des projets gouvernementaux.

Bureaux

Pour garder contact avec ses anciens élèves, déceler des potentiels de croissance, attirer des futurs étudiants, se promouvoir, la nécessité peut se faire jour d'installer un bureau. C'est l'objet de la présence de Sorbonne Paris Cité au Brésil.

Hubs

A l'accueil des campus, parfois la volonté se fait jour de devenir des hubs d'enseignement supérieur, comme par exemple Abu Dhabi, Dubaï (campus Education City), l'île Maurice, la Malaisie, Singapour. C'est un mouvement que l'on observe particulièrement en Asie. Ces hubs ambitionnent de devenir des plateformes d'enseignement et de recherche au niveau mondial. Ils se constituent tels des pôles, en regroupant étudiants du monde entier et des établissements prestigieux. Ce qui favorise des liens transversaux, entre universités, vers la recherche, et avec les entreprises.

Prises de position

Débat sur l'autonomie

Certains affirment que l'autonomie des campus satellites serait toute relative, les pays hôtes essayant selon eux d'influencer ces campus.

Critique de la position de la France

Malgré sa présence dans le monde, son image, sa puissance, la France n'est pas jugée assez offensive face à l'enseignement anglosaxon, bien plus enraciné.

Notes et références

  1. « Les implantations des établissements français d’enseignement supérieur à l’étranger », sur Campus France (consulté le 29 décembre 2016)
  2. « Sorbonne Assas – International Law School – High-level LL.M. in International Business Law », sur www.sorbonne-assas-ils.org (consulté le 29 décembre 2016)
  3. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Marc-Olivier Lagadic, « IDAI: Etudier à l’IDAI au Caire », sur idai.univ-paris1.fr (consulté le 29 décembre 2016)
  4. « La Sorbonne à Bucarest », sur univ-paris1.fr (consulté le 29 décembre 2016)
  5. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Marc-Olivier Lagadic, « Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne: Filières délocalisées », sur www.univ-paris1.fr (consulté le 30 décembre 2016)
  6. « International business management school HEC Paris Qatar », sur www.qatar.exed.hec.edu (consulté le 29 décembre 2016)

Sources

http://www.cge.asso.fr/document/3148/2016-09-l-enseignement-superieur-par-dela-les-frontieres-l-urgence-d-une-strategie-dossier-de-presentation-b-ramanantsoa-q-delpech-m-diagne.pdf

https://www.auf.org/media/adminfiles/IHE_FR_Num%C3%A9ro_87_Automne_2016.pdf

http://ressources.campusfrance.org/publi_institu/agence_cf/breves/fr/breve_02_fr.pdf Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).