Encyclopédie Wikimonde

Carlos Alvarado Larroucau

Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alvarado et Larroucau.
Carlos Alvarado-Larroucau
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait de Carlos Alvarado-Larroucau, Tucuman (Argentine)
Naissance
Tucuman
Nationalité :Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français, espagnol
Mouvement XXIe siècle
Littérature francophone
Genres

Carlos Alvarado-Larroucau, est un écrivain français d'origine argentine, né à Tucuman, en 1964, descendant d'une famille oloronaise.

Biographie

Étant très jeune, il s'installe à Buenos Aires pour suivre des études en langues, philosophie et droit. Plus tard, par ses études, il passera des années au Canada, aux États-Unis et en France. L'auteur est docteur en langue et littératures françaises de l'Université de Paris 8[1]References chez L'Harmattan.

C'est toujours avec honneurs que Carlos Alvarado-Larroucau est devenu titulaire des tous ses diplômes. Littérature comparée, université de Montréal (ancien boursier du ministère de l'Éducation du Québec). Langue et littératures françaises, Florida International University, (États-Unis) ; et Littératures francophones à l'université de Paris IV, Paris-Sorbonne (France), et à l'Université de Paris 8.

Il est enseignant dans de différentes institutions d'Argentine, France, États-Unis et Suisse. Habituellement il enseigne le français, et la littérature française et francophone, et écrit pour des publications spécialisées en littérature. Chercheur du CONICET, CNRS Amérique latine; et aussi chercheur associé de l'Université de Nice.

Il est membre de la Golden Key International Honour Society américaine, du PEN club d'Algérie, de Société des gens de lettres de Paris et aussi il fait partie d'autres institutions très réputées : académiques, littéraires, culturelles et sociales Revue Gramma de L'Université del Salvador, USAL, Argentine.

L'écrivain a donné plusieurs conférences sur la littérature francophone d'Argentine. Et étant donné qu'il publie en espagnol aussi bien qu'en français on peut le considérer comme un des rares auteurs francophones d'origine argentine.

Alvarado-Larroucau avec ses collègues et ses élèves, Miami.

Il consacre une partie importante de son temps à l'éducation de l'enfance. Aux États-Unis, il participe au programme de recherche universitaire d'enseignement et apprentissage du français, FRENCH HERITAGE LANGUAGE PROGRAM FHLP. Programme du FRENCH AMERICAN CULTURAL EXCHANGE FACE, en partenariat avec l'ambassade de France et les Services culturels de l'ambassade de France à New York.

Il a aussi enseigné le français et les lettres modernes dans différents lycées publics, en France, en Espagne et en Suisse.

Au présent, l'écrivain est le seul chercheur consacré à l'étude de la littérature francophone argentine et latinoaméricaine, une littérature jamais étudiée sous une vision d'ensemble[2]; Le Petit Journal. Il traduit l'œuvre poétique de la Libanaise Etel Adnan et de l'Algérienne Samira Negrouche[3]. Il fait aussi des recherches sur les Argentins membres de la Résistance Française[4].

Distinctions

Plusieurs prix dont

  • 1999: le «Fleur de Lys» de la French Society of Huguenots de la Floride.
  • 2003: Premier Prix, Diplôme d'Honneur, concours «Petits Poèmes en Prose», Sorbonne.
  • 2008: Mention d'Honneur de la Société Argentine d'Écrivains, SADE (Sociedad Argentina de Escritores), SADE siège Valles Calchaquíes, au meilleur livre édité à Tucuman en 2007, pour son livre Con tinta de amapolas.
  • 2008: Menzione d'onore, Città di Voghera. Mention d'honneur de la ville de Voghera, Italie, pour son article « Ernesto Nava », publié dans Italianos en Tucumán, historias de vida.

Bibliographie

Livres

  • Des cours d'eau. Paris: L'Harmattan (Coll. Poètes des cinq continents), 2013. ISBN 978-2-336-29354-7
  • Je suis aussi…; préface de Dominique Barbéris, Paris: L'Harmattan (Coll. Poètes des cinq continents), 2009. ISBN 978-2-296-10789-2
  • Poèmes, édition bilingue français-arabe, trad. A. Mezziane, Alger, Artistique, 2009.
  • Écritures palestiniennes francophones. Quête d'identité en espace néocolonial. París: L'Harmattan (Coll. Critiques Littéraires), 2009. ISBN 978-2-296-08579-4
  • Con Tinta de amapolas (poésie). Yerba Buena (Tucumán): Lucio Piérola Ediciones, 2007.

Anthologies et autres écrits

Articles et autres textes académiques

Ses traductions

L'écrivain franco-argentin se consacre à la traduction en espagnol des écrivains francophones. Et il traduit les écrivains argentins en français.

Sa poésie en français

Commentaires sur sa poésie

Carlos Alvarado nourrit la langue française – sa langue d'adoption et aussi sa langue de poète – de ces noms exotiques et sonores. Il parle de voyage, les siens (il a vécu aux États-Unis, au Canada et en France), et ceux qui ont précédé sa naissance : n'est-il pas « exilé (s) d'un exilé peuple de migrateurs ? » Ses aïeuls sont arrivés il y a un siècle en Argentine. Hasard ou signe ? Ils venaient d'Oloron-Sainte-Marie, comme les parents de Supervielle. Ils se sont enracinés au nord du pays, dans une région verdoyante et montagneuse qui ressemble un peu (dit-il) au Pays basque. Dans la famille, on se transmettait le français comme une tradition. Les images les plus riches de cette poésie viennent du continent amérindien : des magnolias en fleur, des maïs verts, mais la nostalgie ni le regret ne sont les maîtres mots du recueil. Ce qui domine chez Carlos Alvarado est le souci de l'offrande, la quête de la lumière : il s'est un temps intéressé à l'art du vitrail.

« Carcasse vide chatoyante d'un scarabée,
Que je dépose sur l'autel de la vie »
Fragment d'un poème de Carlos Alvarado-Larroucau. »

  • De Michèle Roger:

À propos des poèmes contenus dans Je suis aussi… Je me suis laissée bercer par la douceur des sonorités et la beauté d'une langue que [le poète] sait aussi bien faire chanter que la langue espagnole : [il peut] désormais affirmer que le français est ["sien"], il a su retrouver "cette langue" qui était au fond de lui-même; quant aux thèmes de [ses] poèmes, ils me sont allés droit au cœur, moi qui suis une femme, et qui suis depuis toujours passionnée par tout ce qui fait référence à l'Espagne et à l'Amérique latine, précolombienne ou post colombienne. [J'ai vécu] des moments de bonheur que m'a procurés la lecture de [ses] poèmes, moments que j'ai partagés autour de moi en lisant certains […] poèmes à des amis amateurs de belles lettres.

Notes et références

  1. Écritures Palestinienne Francophones, 4e de couv. L'Harmattan, 2009.
  2. Alvarado-Larroucau, Carlos, Francophonie; Ces écrivains argentins qui écrivent en français, Le Petit Journal, 18/3/2009
  3. Venturini, Santiago, UN CATÁLOGO EXCÉNTRICO (Editoriales literarias independientes y poesía traducida en la Argentina de la última década),“Transfer” IX: 1-2 (mayo 2014), pp. 32-49. ISSN: 1886-5542, voir p. 43. Santiago Venturini, UN CATÁLOGO EXCÉNTRICO (Editoriales literarias independientes y poesía traducida en la Argentina de la última década)
  4. [1] Voir: Journal, La Nación, 20/01/2012, "Otros fallecidos en los campos de concentración"

Bibliographie

  • Alvarado, Carlos: Con tinta de amapolas (poésie). Yerba Buena (Argentine): Lucio Piérola Ediciones, 2007.
  • « Familia, misticismo y amor hecho poesía », Artes & espectáculos, El Periódico de Tucumán, 11/03/2008.
  • « Antología de microrrelatos » ; La Gaceta de Tucuman, 11/10/2009.
  • «Ces écrivains argentins qui écrivent en français», entretien avec Barbara Vignaux merc. 18 mars 2009, publié dans le Petit Journal (journal de français et francophones à l'étranger) 20 mars 2009 (journée internationale de la Francophonie).
  • « La littérature francophone est celle qui a émergé après la fin des colonies » ; interviewé par Farida Belkhiri pour Horizons d'Alger (Culture) 16 décembre 2008.
  • « Le traducteur et la littérature algérienne d'expression française », Dalila Kaddour entretien avec Carlos Alvarado. Journal El Oumma Al Arabia. Alger, 4 décembre 2008.
  • « Une vision relativement large », par Idir Ammour, L'Expression (page 20), Algérie, 3 décembre 2008.
  • « Premières journées nationales sur la traduction littéraire », Rubrique Culturelle, Quotidien Liberté, Algérie, 2 décembre 2008
  • « De la complexité du passage d'un texte littéraire d'une langue à une autre », par Sihem Ammour, La Tribune d'Algérie, Algérie, 4 décembre 2008.
  • « Algérie, 1re rencontre internationale d'Alger sur la traduction littéraire », La Tribune d'Algérie, 4 décembre 2008.
  • «Un vínculo marcado por la ironía», sur Borges et Tahar Ben Jelloun, article du journal Página/12, de Buenos Aires, Argentine, 2 septembre 2009.
  • Supplément culturel. Entretien de Dalila Kaddour avec Dr. A. Mezziane (traducteur), sur la poésie de Carlos Alvarado. Journal El Oumma Al Arabia (La Nation Arabe). Alger (Algérie), 24 décembre 2010.

Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).