Encyclopédie Wikimonde

Château des Ruettes

Aller à : navigation, rechercher

Château des RuettesLa page Modèle:Infobox/Pictogramme/chateau.css n’a pas de contenu.
Période ou style Néogothique
Type Maison bourgeoise
Début construction 1889
Propriétaire initial Ferme
Site web Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 606 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Normandie
Région Basse-Normandie
Département Manche
Commune française Blainville-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château des Ruettes

Le château des Ruettes est la dénomination donnée par les habitants de la commune de Blainville-sur-Mer à une grande maison de la rue de Bas, datant de 1889, qui fut tour à tour une ferme puis une maison particulière.

C'est en 1889 que l'éditeur parisien Garnier (maison Garnier Frères) fit l'achat de ce grand corps de ferme auquel il fit construire deux ailes de style néogothique en s'inspirant des travaux de Viollet-le-Duc. L'aile nord est flanquée d'une tour ronde et d'une tour carrée qui allègent l'aspect un peu massif de l'édifice.Le propriétaire avait fait orner la grande salle nord d'un beau vitrail du peintre Caillebotte, vitrail qui fut déposé à la vente du château. Celui-ci conserve la collection complète de revues de la seconde moitié du XIXe siècle, entre autres de La Revue des Deux Mondes.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, une partie de la Kommandantur y fut installée. Lors du débarquement de Normandie en juin 1944, les habitants du Cotentin ont fui les combats, et notamment certains habitants de Denneville, qui sont venus se réfugier entre autres dans les communes de Créances et de Blainville-sur-Mer. C'est dans ce château des Ruettes que se produisit un drame le 29 juillet 1944. L'abbé Leprieur fut en effet victime d'une « balle perdue » lorsqu'il réfréna l'ardeur d'un soldat américain ivre voulant conter fleurette à la châtelaine de l'époque. L'abbé Leprieur fut par la suite inhumé dans la commune de Denneville et l'armée américaine, se confondant en excuses, participa au financement du tombeau où une plaque commémorative indique que le curé a payé de sa vie la défense de la morale... On peut encore aujourd'hui voir les traces de la balle dans une des portes du château, et dans le haut d'une cheminée.

Notes et références

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps

Voir aussi

Cet article « Château des Ruettes » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).