Encyclopédie Wikimonde

Chaire industrielle STAH

Aller à : navigation, rechercher

La chaire industrielle STAH (Systèmes Technologiques pour l'Augmentation de l'Humain) est une chaire industrielle de l'École nationale supérieure de cognitique (ENSC). L'ENSC est une école publique d'ingénieurs de Bordeaux INP.

La chaire industrielle STAH a pour objectif de mettre les technologies cognitives au cœur des nouvelles fonctions qui visent à améliorer l’usage des systèmes par l’homme.

Motivation de la chaire

Les industriels (grands groupes, PME, ETI), les laboratoires, les académiques et les collectivités publiques, ont souhaité identifier un domaine scientifique et technologique fédérateur de l’Aquitaine dans les TIC, le numérique, les systèmes et logiciels embarqués. Un groupe de travail composé d’industriels et d’académiques a été créé pour explorer une thématique scientifique et technologique qui a débouché sur « L’humain Augmenté ». Elle est légitimée par l’existence de l’unique école d’ingénieur en cognitique : l’ENSC (École Nationale Supérieure de Cognitique) une des cinq écoles de l’Institut polytechnique de Bordeaux. L'Institut polytechnique de Bordeaux (Bordeaux INP) a donc créé en octobre 2012 la chaire industrielle STAH[1], dont la charge est équivalente à un mi-temps, renouvelable annuellement à concurrence de 6 ans maximum et a sollicité le soutien financier du conseil régional d’Aquitaine. Sur proposition du Directeur de l’ENSC, approuvée par le Directeur Général de Bordeaux INP, et en accord avec le Groupe Thalès, Célestin Sedogbo a été nommé titulaire de cette chaire, pour laquelle il est détaché par Thales à mi-temps auprès de l'Institut Polytechnique de Bordeaux.

Définition

Une chaire industrielle a pour objet l’identification d’un domaine scientifique et technique, en vue de la promotion des actions d’enseignement et de recherche y afférant, dans l’intérêt de l’industriel qui la finance. La chaire STAH, à l’opposé, vise exclusivement les actions de recherche appliquée (parfois appelées : transfert technologique) s’appuyant sur les expertises en cognition du « Groupe Cognitique » du Laboratoire Intégration du Matériau au Système de Bordeaux INP, et des autres laboratoires et instituts de l’Aquitaine (LaBRI, INRIA Bordeaux Sud-Ouest, Bordeaux IOGS…). En matière de sciences cognitives, la chaire se focalise sur le transfert technologique relatif à : l’ergonomie du poste de travail, la variabilité humaine dans les flux humains organisationnels, l’interaction homme-système, l’accessibilité et le handicap, la cognition multi-acteurs, l’ergonomie cognitive. Les domaines industriels et marchés concernés couvrent des secteurs d’activité de l’Aquitaine tels que : l’aéronautique, les drones, le spatial, l’automobile, le multimédia et l’information en ligne, l’énergie, le jeu etc. L’objectif est de créer une activité de transfert industriel au sein de Laboratoire Intégration du Matériau au Système-COGNITIQUE, en se dotant d’un plateau technique situé au sein de l’ENSC. Ce plateau technique implique donc des moyens d’expérimentation, des ressources humaines, et des espaces projets (pour accueillir les projets de transferts technologiques montés avec et pour les entreprises).

Sciences et technologie pour l'augmentation de l'humain

L’ENSC et son groupe de recherche IMS-Cognitique mènent des travaux de recherche en matière d’ingénierie cognitive, c’est-à-dire l’introduction de la modélisation des facteurs cognitifs de l’humain, dans les modèles calculables (computer models) qui permettent ainsi d’incorporer dans les algorithmes les traitements des modèles issus de l’observation expérimentale humaine. Ce fut notamment le cas pour le viseur de casque Thales sur lequel les observables cognitifs ont permis de quantifier et valider l’acceptabilité des équipements par les utilisateurs.

Site et périmètre technologique

Un espace dédié au transfert technologique

Un bâtiment de 500 mètres carrés dédié au transfert technologique est situé dans l’ENSC à Talence. Il contient un hub d'innovation et des salles d'expérimentation. Le «hub d’innovation» est un espace de créativité pluridisciplinaire pour ingénieurs de R&D, enseignants-chercheurs, étudiants de Master et partenaires industriels. Les salles d’expérimentations (ou bancs d’expérimentation) contiennent : des équipements d’observation des facteurs humains, d’évaluation cognitique (caméras, prise de son, eye-tracker, biopack, capteurs 3D, capteurs de mouvement…)  et d’outils de développement logiciel et matériel ; huit salles d’expérimentations sont disponibles : un simulateur de cockpit, un simulateur de vol, un simulateur de conduite automobile, un équipement vision nocturne, un pôle d'interaction multi-utilisateurs, des capteurs d’interaction et d'intelligence ambiante, un méta-simulateur (reconfigurable en salle de crise, centre de supervision…), un équipement mobile d’évaluation facteurs humains (pour des évaluations chez le partenaire, ou in-situ). Les salles d’expérimentation sont dotées de caméras, de prises de son, de dispositifs de capture logicielle avec une synchronisation temporelle, de même que de tous les outils logiciels d’exploitation de ces données multimodales et multimédia.

Périmètre technologique

La chaire STAH est articulée autour de 6 domaines technologiques. Dans ce tableau, la projection de ces axes scientifiques sur les thèmes ou domaines de transfert technologiques définis par la chaire.

Ingénierie Facteurs Humains & et Intéraction Homme-Machine Accessibilité et technos de suppléance Modélisation comportementale conception des systèmes de travail

Variabilité

L’humain dans l’Usine du Futur X X
L’intermédiation: sémantique, visualisation, acceptabilité X X
Les interfaces homme-système critiques X
Systèmes autonomes & semi-autonomes: coopération humain
Conduite automobile & autonomie X X
Interaction multi-acteurs X

Les matinales de l’augmentation de l’humain

La chaire a mis en place une série de rencontres appelées « Les matinales de l’augmentation de l’humain[2] ». Le principe est de réunir des institutions, laboratoires de recherche et industriels (PME/PMI et/ou Grands Groupes) acteurs sur des marchés différents, qui interagissent sur la portée d’un thème. Cet évènement a permis de créer une communauté autour des sciences et technologies de l’augmentation de l’humain. Il permet une rencontre décloisonnée entre industriels puis une émergence des enjeux de R&D.

Le programme de l’année 2013/2014 a été le suivant :

  • "Traitement d'images et réalisme de rendu: comment se fait le compromis profondeur de traitement d'images (complexité algorithmique, puissance de calcul…) et réalisme de rendu? Est-ce l'exigence d'une grande perception cognitive? Le degré de réalisme du rendu? La précision de l'image?"
  • "Design et comportement : le design peut-il influencer le comportement humain? Comment utiliser le design pour réinventer/créer l'usage[3] ?
  • "Capteurs et interaction homme-système: les capteurs explosent et comment améliorent-ils l'interaction entre l'humain et le système?"
  • "Grandes masses de données et visualisation cognitive : quels sont les ingrédients pour la saillance, la représentation et l'interprétation?"
  • "Gamification et applications classiques B2B et B2C : le paradigme du jeu peut-il être porté dans des domaines d'application B2B et B2C différents de celui du jeu? Et pour quels bénéfices pour l'utilisateur?"

Notes et références

Voir aussi

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).