Encyclopédie Wikimonde

Chantal Marty

Aller à : navigation, rechercher
Chantal Marty
Activité principale Chanteuse
auteur
Genre musical Variété
Années actives 1970-2005

Chantal Marty est une chanteuse et auteur française de textes poétiques, née à Paris en 1947. Elle chantait dans la région Midi-Pyrénées et animait l'association Arts au carré à Lavaur (Tarn) [1]. Sa carrière, commencée vers 1970, s'est interrompue en 2005.

Biographie

Fille de Lucien Engelmajer, humaniste, écrivain et poète, et de Gabrielle Vieux. Elle est élevée par ses parents à Toulouse, où elle écoute de l'opéra classique, des chansons traditionnelle juives et les chanteurs français à texte (Jacques Douai, Jean Ferrat, Léo Ferré, Barbara, Georges Brassens entre autres).

Sa carrière commença au début des années 1970. Elle décrit ainsi celle-ci : « J'ai chanté a capella, sans musique ni micro, pendant des années, dans des tas de circonstances, en privé et en public, dans des maisons de retraite et sur des scènes diverses, en extérieur comme en intérieur, jusqu'au Coryphée du Banquet de Platon, devant des parterres de 400 lycées des banlieues Est de la capitale, de Montpellier, de Toulouse. Le public m'écoutait (...). Puis j'ai voulu professionnaliser : musiciens, sono » [2].

Après une longue absence, elle revient d'abord en studio en 1991, avant d'enchaîner plusieurs piano-bar avec Jean-Noël Sarrail, puis de créer sur scène en 1997 le spectacle « Ballade au pays d'Aragon » pour le centenaire de la naissance du poète. Outre Jean-Noël Sarrail, elle s'adjoint deux autres musiciens, Lone Kent et Pascal Rey. Elle enchaîne ensuite avec un hommage à Barbara en 2002[3], puis un hommage à Georges Spénale en 2004. Ces deux spectacles sont accompagnés par une performance picturale de l'artiste Christophe Pons.

En 2007, Chantal Marty, malade, atteinte d'hypersensibilité chimique multiple (en anglais multiple chemical sensitivity ou MCS) et de sensibilité aux ondes électro-magnétiques, devient également hypersensible à la lumière, condition qu'elle attribue à « une succession d'overdoses d'électricité et de lumière » [4],[5]. Elle est contrainte à vivre dans le noir complet[1].

Cette chanteuse, « à la voix si particulière et si envoûtante » aux dires des journalistes, n'a pas eu la carrière ni la notoriété qu'elle méritait.

Discographie

  • Hommage à Barbara. Huit titres piano voix accompagnant un récital donné un peu partout dans le sud de la France
  • Les Yeux de ceux qui t'aiment. Textes de Lucien J. Engelmajer, Chantal Marty, Raymond Moreno
  • Bonheur en marche. Textes de Lucien J. Engelmajer
  • Ballade au pays des mots. Textes de Chantal Marty, Louis Capart, Jacques Bertin, Jean-Noël Sarrail et al.
  • Hommage à Georges Spénale

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Page de Chantal Marty sur facebook.
  2. La prisonnière du Shéol, par Chantal Marty (1re partie), mis en ligne le 12 juillet 2007 sur le site www.contaminations-chimiques.info.
  3. Lettre des amis de Barbara, Hiver 2002-2003, No 12, reproduit sur le site lesamisdebarbara.
  4. La prisonnière du Shéol, par Chantal Marty (1re partie), op. cit.
  5. La prisonnière du Shéol, par Chantal Marty (2ème partie), mis en ligne le 20 juillet 2007 sur le site www.contaminations-chimiques.info.

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).