Encyclopédie Wikimonde

Charles-Hubert Perrault

Aller à : navigation, rechercher

Charles Perrault est un homme d'affaires canadien, né à Montréal en 1922, fils de Jean-Julien Perrault, architecte, et de Laurette Beaubien. Il est l'arrière- petit-fils de l'architecte montréalais Henri-Maurice Perrault et de l'homme politique Louis Beaubien.

Parcours

Après des études en métallurgie à l'Université McGill, il servit dans le corps des ingénieurs en Europe de 1943 à 1945.

Il se joint à Casavant Frères, le facteur d'orgues de St-Hyacinthe, en 1954 et en devient président de 1961 à 1968 et président du conseil de 1971 à 1976[1]. Selon l'organiste canadien Antoine Bouchard "En 1956, la promotion au sein des cadres de Charles Perrault ... se traduisit par un redressement vraiment spectaculaire. Avec le concours de l'Américain Lawrence I. Phelps, Perrault réussit à réorienter la structure sonore des instruments vers une conception beaucoup plus saine."[2]

Il est président fondateur du Conseil du Patronat du Québec de 1969 à 1976[3]. Réunissant 25 associations patronales, le CPQ vise à donner au milieu des affaires québécois un interlocuteur face aux syndicats et au gouvernement[4][5].  

En 1975, il fonde Perconsult, un cabinet de consultation en relations humaines, qui assiste nombre d'entreprises à se décharger de leurs obligations sous la nouvelle loi 101 concernant l'usage de la langue française[6].

Il a siégé sur plusieurs CA, dont Abitibi-Consolidated, Aluminerie Alouette, Avon Canada, Canron, Celanese Canada, Cleyn and Tinker, Gaz Metropolitain, Molson, North American Life Assurance, Nortel, Oshawa Group, Quaker Oats, SNC-Lavalin, et BP Canada[7],[8].

Mandats sociaux

Tout au long de sa carrière, Perrault fut actif dans des organismes impliqués dans les questions économiques et les relations du travail. Au Québec, Il fut un des premiers membres du nouveau Conseil d'orientation économique (1961-1868). Avec Marcel Bélanger et Carl Goldenberg, il fut membre de la Commission Royale d'Enquête sur la Fiscalité (1963-65)[9].

À Ottawa, il fut membre du Conseil Economique du Canada (1968-76), et du Conseil des relations du travail.

Il sert sur le conseil des gouverneurs de l'Université McGill (1981-1991)[10].

Distinction

Il est élu membre de l'Ordre du Canada en 1987[11].

Références

  1. Jeanne D'Aigle, Histoire de Casavant Frères, facteurs d'orgues, Éditions D'Aigle
  2. Antoine Bouchard, "Casavant Frères", L'Encyclopédie Canadienne, http://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/casavant-freres-emc/, consultée 16 décembre 2013.
  3. "Le patronat du Québec veut dialoguer avec les syndicats", La Presse, 21 janvier 1969
  4. Daniel Pratte, Le Conseil du patronat du Québec : rôle et idéologie, 1963-1976, Mémoire de maîtrise, Département d'histoire, Université de Montréal,
  5. Création du Conseil du Patronat du Québec
  6. "La francisation amène des problèmes et des emplois", La Presse, 19 octobre 1981.
  7. "Charles Perrault chez Molson", Le Devoir, 28 août 1976
  8. "Charles Perrault chez BP", Le Devoir, 1er février 1977
  9. Les commissions d'enquête au Québec depuis 1867: La Commission Bélanger, http://bibliotheque.assnat.qc.ca/content.php?pid=513865&sid=4242098#15508738, consultée le 18 décembre 2013.
  10. "McGill 175th Garden Party", McGill News, Fall 1996
  11. http://www.gg.ca/honour.aspx?id=1324&t=12&ln=Perrault

Cet article « Charles-Hubert Perrault » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).