Encyclopédie Wikimonde

Christian Le Roy (poète)

Aller à : navigation, rechercher

Christian Le Roy (1948), poète français dans le XXe siècle[1].

Biographie

Christian Le Roy est né le à Vannes, dans le Morbihan. Il étudia les lettres et les langues étrangères en Bretagne, à Rennes, après quoi il enseigna l'anglais dans les Pyrénées-Atlantiques, jusqu'en 2008[2].

il avait fondé Vannes en Poésie, une association qui œuvra en vain, après son départ, à la création d'un festival des mots dans la ville. En 2006, il créa les éditions À Portée de Mots, à Pau, sa terre d'adoption, où il a écrit la plupart des poèmes qui composent son œuvre.

Il a laissé une vingtaine de recueils poétiques, et se trouve dans diverses revues et anthologies poétiques, notamment Traces, Encres vives et Friches.

Le Centre Froissart lui a décerné le Prix Luc Bérimont, en 1994.

Publications

  • Le Mangeur de beauté : poèmes d'amour pour toute colère, Paris, P.-J. Oswald, 1975, [présentation en ligne], 47 pages
  • Sous pênes et faîtes, Paris, éd. Saint-Germain-des-Prés, 1980, [présentation en ligne], 69 pages
  • Enfant voleur d'étincelles, Pau, 1985, [présentation en ligne], 37 pages
  • Morte Ivresse, Saint-Palais, 1986, [présentation en ligne], 117 pages
  • L'Enfant partagé, Saint-Palais, 1987, [présentation en ligne (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35102857w/PUBLIC)], 39 pages
  • Le Baiser à la terre, Montardon, 1990. [présentation en ligne (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb355106045/PUBLIC)], 115 pagess
  • La Reposée bleue
  • Le feu dans l'ombre, Clapàs, 1993, [présentation en ligne (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb362007176/PUBLIC)], 7 pages
  • Ne me secouez pas, je suis plein de larmes, Famars, Centre Froissart, 1994, [présentation en ligne (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35779287b/PUBLIC)], 32 pages
  • Les petites morts de l'éphémère
  • La Neige leur soit fidèle
  • Le Feu de feuille
  • Sainte Amour
  • Le Château d'étoiles
  • Un Visage et l'autre
  • L'outre-voix, Vannes en poésie, Vannes, 2001, [présentation en ligne (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38836183q/PUBLIC)], 91 pages

Citations

  • « Une symphonie d'images sublimées. Rares sont les alchimistes du verbe à nous inonder de telles images, à lisser tout chaos en pure lumière de l'âme. De sa Reposée bleue celtique, c'est un grand fleuve d'inspiration qui s'écoule. Un tel recueil est le produit d'un grand oeuvre. On ne se lasse pas de s'y laisser purifier. » (Jean-Pierre Alliot, Ouest-France)
  • « Christian Le Roy ne se résigne pas à voir sombrer ses bateaux sans combler l'arrachement qu'ils génèrent. On le sent prêt à écorcer les aulnes pour donner un nouveau mât à son navire, traverser une fois encore les Enfers pour brûler ses mains jointes dans celles d'Eurydice. » (Jolayne Dupiot, Les Nouveaux Cahiers de l'Adour)
  • « Et là encore nous sommes bien proches de cette longue lignée de penseurs du monde celtique qui depuis Pélage, célèbre le monde, la vie, la Divinité dans toutes leurs manifestations, y compris les plus douloureuses. » (Christian Querré, L'Avenir de la Bretagne)
  • « La quête passionnée de la part manquante, les opposés qu'il faut réconcilier, le désir d'être androgyne. C'est là le thème obsessionnel d'un livre peuplé de clarté et d'ombre, d'eau et de feu. La langue de Christian Le Roy est bleue. Comme la douleur. » (Catherine Debray, Sud-Ouest)
  • « La Reposée bleue. Bleu comme la couleur de l'inconscient. Reposée comme cet endroit de la forêt, où les animaux nocturnes aiment à s'allonger le jour. Un nouveau recueil mettant en exergue l'extrême sensibilité d'un poète sachant se remettre en question. » (Patrick Certain, La Liberté du Morbihan)

Notess et références

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Cet article « Christian Le Roy (poète) » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).