Encyclopédie Wikimonde

Christianitas

Aller à : navigation, rechercher

Erreur de script : le module « Formatage du titre » n’existe pas. Christianitas est une revue trimestrielle polonaise consacrée aux analyses religieuses, sociales et de civilisation à la lumière de la tradition liturgique latine de l’Église catholique. Fondée en 1999, elle est publiée par Fundacja św. Benedykta (Fondation saint Benoît).

La revue a été créée à l’initiative de l’éditeur Bogusław Kiernicki. Son rédacteur en chef est le philosophe et journaliste Paweł Milcarek. Elle compte parmi ses collaborateurs : l'historien des doctrines politiques Jacek Bartyzel, le Maréchal de la Diète de la République de Pologne dans les années 2005-2007 Marek Jurek, le traducteur et poète Jacek Kowalski, l'historien du XXe siècle Grzegorz Kucharczyk, le journaliste d'actualité politique Piotr Semka et le ancien député européen Konrad Szymański.

Christianitas publie également les auteurs liés aux périodiques polonais d’orientation conservatrice tels que "Arcana", "44/Czterdzieści i Cztery", "Fronda", "Pressje", "Rzeczpospolita", "Teologia Polityczna".

Historique

Christianitas a été lancée à l'époque où le rite traditionnel était encore soumis aux dispositions du motu proprio Ecclesia Dei. C’est grâce à la messe tridentine que ses fondateurs ont découvert que la liturgie traditionnelle était la source d’une culture proprement chrétienne. « Nous avons voulu (…) formuler des opinions, exprimer nos raisons et enfin présenter ce dont nous vivions sans avoir à craindre que cela fût ajusté, marginalisé ou mélangé à des intentions qui nous seraient étrangères » - écrivit Paweł Milcarek à l’occasion du 10e anniversaire de la revue[1]. Ainsi, tout en restant ancrée dans le traditionalisme religieux et le conservatisme politique, Christianitas se définit surtout par rapport à ses propres convictions et veut dépasser toutes les dénominations réductrices.

L’histoire de la revue est marquée par deux tournants. Après l'an 2002, les événements au sein de l'État et de l'Église l'ont inspiré à aborder des sujets d’engagement politique[2]. En 2007, la publication du document Summorum Pontificum, reconnaissant la légalité de la forme extraordinaire du rite romain, a orienté la revue vers la problématique des fondements philosophiques des temps actuels.

Profil

Christianitas aborde trois champs thématiques principaux :

1. la tradition liturgique latine

Les analyses de la revue relèvent de l’idée fondamentale selon laquelle la tradition liturgique latine (classique) est le meilleur moyen de transmettre et de former la foi. Elle repose sur le principe "lex orandi lex credendi"[3] qui signifie que la manière dont prie l’Église détermine le contenu de sa croyance. Les formes du culte, de la spiritualité et de la discipline élaborées par l’Église universelle après le concile de Trente s’inscrivent dans la continuité organique des formes de la première Église romaine et transmettent "l’expérience primitive de la foi des Apôtres"[4].

Parmi les auteurs publiés par Christianitas comptent entre autres : cardinal Joseph Ratzinger, cardinal Raymond L. Burke, cardinal Malcolm Ranjith, abbé Dariusz Olewiński, abbé Wojciech Grygiel, Robert Spaemann, Roberto de Mattei, Laurence P. Hemming, Aidan Nichols ainsi que des moines des abbayes bénédictines appartenant à la Congrégation de Solesmes.

2. la politique

Christianitas se veut engagée dans la construction de l’ordre social et politique conforme à la doctrine sociale de l'Église. Elle promeut le patriotisme et le service citoyen désintéressé, plaide pour la coopération des peuples dans l’esprit de l’Europe des nations, défend les droits naturels de la famille et la stabilité du mariage, soutient « la culture de vie »[5] face aux menaces de l’avortement, de l’euthanasie et de l’eugénisme, traite des questions de l’ordre médiatique et des rapports économiques justes[6]. Le principal commentateur politique est Marek Jurek.

3. la philosophie et la théologie chrétienne

Selon les auteurs de la revue, la réflexion actuelle se trouve en état de crise à la suite de la rupture de la pensée philosophique avec l’héritage intellectuel du christianisme. En répondant à l’appel de Benoît XVI pour le retour à « l'herméneutique de continuité »[7] qui suppose une interprétation unitaire de la culture à la lumière du logos chrétien, Christianitas cherche à formuler des solutions puisées dans la sagesse de l’Église.

L’approche intellectuelle de Christianitas repose sur les autorités de saint Paul, saint Augustin, saint Benoît et saint Thomas. Elle se réfère également à la pensée des théologiens et des penseurs catholiques du XXe siècle, tels que Henri de Lubac, John Henry Newman, Réginald Garrigou-Lagrange, Gilbert Keith Chesterton, Etienne Gilson, Gustave Thibon, Evelyn Waugh.

Références

  1. (pl) Paweł Milcarek. Co to za pismo ? Refleksja na dziesięciolecie. „Christianitas” n° 43/2009.
  2. Il s’agit p.ex. des débats concernant l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne ou des affaires de l’ancienne collaboration du haut clergé avec les services secrets communistes, cf :, (pl) Paweł Milcarek. Co to za pismo ? Refleksja na dziesięciolecie. „Christianitas”. 43/2009.
  3. Formule attribuée au pape Célestin I.
  4. Piotr Kaznowski. Christianitas a kultura postchrześcijańska. „Christianitas” n° 43/2009.
  5. Jean-Paul II, Evangelium vitae, chap. I, 21.
  6. Dispositions des Statuts de la Fondation st Benoît, Poznań, 29.06.2005.
  7. Benoît XVI, Discours à la curie romaine à l’occasion de la présentation des vœux de Noël, 22 décembre 2005.

Liens externes


Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).