Encyclopédie Wikimonde

Christophe Rivenq

Aller à : navigation, rechercher

Christophe Rivenq
Fonctions
Président d'Alès Agglomération
En fonction depuis le
(8 mois et 27 jours)
Prédécesseur Max Roustan
1er adjoint au maire d'Alès
En fonction depuis le
(10 mois et 19 jours)
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon puis d'Occitanie
En fonction depuis le
(11 ans et 21 jours)
Groupe politique LR (président depuis 2016)
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Freudenstadt (Drapeau : Allemagne de l'Ouest RFA)
Nationalité Drapeau : FranceFrançaise
Parti politique RPR (1984-2002)
UMP (2002-2015)
LR (depuis 2015)
Résidence Alès

Christophe Rivenq, né le 20 juin 1966 à Freudenstadt (Allemagne), est un homme politique français. Il est le président d'Alès Agglomération depuis le 15 juillet 2020 et le 1er adjoint au maire d'Alès, Max Roustan, depuis le 23 mai 2020.

Conseiller régional de la région Occitanie et président de l'Union des Élus de la Droite et du Centre, il est également président de la fédération Les Républicains du Gard.

Biographie

Fils de Jean-Claude Rivenq, officier de l’Armée de Terre, et de Monique Rivenq, infirmière, il est le 2e d’une fratrie de cinq enfants. Il grandit à Madagascar et à Paris, puis emménage à Montpellier en 1984, où il passe son baccalauréat scientifique puis une licence de physique fondamentale. En 1991, ayant intégré l’école d’application de l’artillerie où il est EOR, il accomplit son service militaire au 32e régiment d’artillerie, en Alsace. Marié le 22 août 1992 à Nathalie Bru, il a deux enfants, Gauthier (né en 1994, ingénieur en intelligence artificielle) et Mathilde (née en 1996, en Master 2 d’ingénierie de la santé).

Racines et enracinement gardois

Baptisé le 2 juillet 1966 à l’église de Saint-Hippolyte-du-Fort, Christophe Rivenq a passé toutes ses vacances dans la propriété de sa grand-mère maternelle à Saint-Hippolyte-du-Fort (Gard). Ses autres racines familiales sont héraultaises et tarnaises, son père étant de Carmaux. Il s’est installé en juillet 1992 à Alès, comme collaborateur de Max Roustan. Très attaché à cette ville où il vit depuis 1992, bras droit de Max Roustan[1], il a fait le choix de rester dans la capitale des Cévennes. [réf. nécessaire].

Carrière professionnelle

Il devient en 1992 l’assistant de Max Roustan, et l'accompagne à devenir député du Gard (1993), puis maire d’Alès (1995) et avec lequel il travaille toujours. Il a été son attaché parlementaire (1993-1995), son directeur de cabinet (depuis 1995 jusqu'en 2020) et directeur général des services d’Alès Agglomération (2013-2019) et de la Ville d’Alès (2013-2020).

Parcours politique

Passionné tout jeune par la politique et fasciné par Jacques Chirac, qu’il a entendu en meeting à l’âge de 10 ans, il adhère dès ses 18 ans au RPR, dont il devient un militant assidu, puis un cadre. Depuis 1984, il n’a jamais quitté ce parti (RPR, puis UMP, puis Les Républicains). Il est depuis 2018 le président de la fédération gardoise Les Républicains[2].

En mars 1992, il est candidat aux élections régionales Languedoc-Roussillon, dans l’Hérault, sur la liste de Jean-Pierre Grand. Non élu (4e sur cette liste qui obtient 2 élus), il se consacre ensuite à la carrière politique de Max Roustan dont il fut le directeur de campagne lors de deux élections “ingagnables”[réf. nécessaire] : les élections législatives de 1993 – qui voient Max Roustan être élu député du Gard, une des grosses surprises nationales de ce scrutin[réf. nécessaire] – et les élections municipales de 1995 – qui propulsent Max Roustan à la mairie d’Alès, avec 117 voix d’avance dans une triangulaire avec l’ancien maire communiste et le maire sortant socialiste. Un coup de force dans une ville ouvrière gérée par la gauche depuis des décennies. Christophe Rivenq fut de nouveau le directeur de campagne de Max Roustan pour les élections municipales de 2001, remportées au 1er tour avec près de 60 % des voix, puis celles de 2008 et 2014, gagnées également au 1er tour avec plus de 54 % des voix.

Christophe Rivenq lors d'un discours en janvier 2017.

En 2010, aux élections régionales, Christophe Rivenq est élu conseiller régional du Languedoc-Roussillon sur la liste de Raymond Couderc. Il est réélu à l’assemblée régionale d’Occitanie en 2015 comme tête de liste “Les Républicains” pour le Gard. En octobre 2016, il est également élu président du groupe Union des Élus de la Droite et du Centre[3] dans cette assemblée. Il porte donc la principale voix d’une opposition constructive face à la majorité de Carole Delga. En février 2021, il est pressenti pour mener la liste Les Républicains lors des Élections régionales de 2021 en Occitanie [4],[5].

En mars 2020, il se présente aux élections municipales sur la liste “Alès” conduite par Max Roustan[6], réélu maire dès le 1er tour[7] avec un score de 56,80%[8], face à 6 autres listes, devenant alors le seul maire d'Occitanie d'une commune de plus de 15000 habitants à avoir été élu 4 fois d'affilée au premier tour et pour un 5e mandat en cours, le dernier affirme-t-il, préparant déjà l'avenir et sa succession avec son plus ancien collaborateur, Christophe Rivenq, qui devient 1er adjoint à la ville d'Alès le 23 mai 2020[9] après la mise en place du Conseil municipal.

Dans la même ligne, il devient président d'Alès Agglomération le 15 juillet 2020[10],[11],[12], succédant à Max Roustan, à la tête de la 5e agglomération d'Occitanie, la 29e de France.

Il est ensuite élu président du Pays Cévennes et du Pôle Métropolitain Nîmes-Alès[13].

Alès et Alès Agglomération

Bras droit et collaborateur de Max Roustan depuis ses débuts en 1992, Christophe Rivenq devient élu à ses côtés à Alès lors des élections municipales de 2020 puis président d'Alès Agglomération, afin d'assurer sa succession[14].

Mandats

Références

  1. « Sa garde rapprochée », sur LExpress.fr, (consulté le 20 février 2021)
  2. « GARD Les Républicains en ordre de marche », sur Objectif Gard, (consulté le 20 février 2021)
  3. « Christophe Rivenq, nouveau Président du groupe d'opposition à la Région », sur ladepeche.fr (consulté le 20 février 2021)
  4. « Régionales en Occitanie : qui pour affronter la présidente sortante, Carole Delga ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2021)
  5. Le JDD, « Nouvelle-Aquitaine, Bretagne, Centre-Val de Loire : LR investit ses têtes de liste pour les régionales », sur lejdd.fr (consulté le 2 mars 2021)
  6. « ALÈS Un Max et ça repart ! », sur Objectif Gard, (consulté le 20 février 2021)
  7. « 56,8 % au 1er tour : Max Roustan puissance 5 », sur ales.fr
  8. « Alès : réélu, Max Roustan réalise la passe de cinq », sur midilibre.fr (consulté le 20 février 2021)
  9. « Les 43 élus alésiens installent Max Roustan », sur midilibre.fr (consulté le 20 février 2021)
  10. https://www.francebleu.fr/infos/politique/christophe-rivenq-max-roustan-est-encore-le-maire-d-ales-et-pour-de-nombreuses-annees-encore-1594883941
  11. « Christophe Rivenq : « Le temps d’Alès Agglomération est arrivé » », sur ales.fr
  12. « Alès : Christophe Rivenq succède à Max Roustan à l'Agglomération », sur viaoccitanie.tv (consulté le 20 février 2021)
  13. https://www.lesechos.fr/pme-regions/occitanie/nouvelle-equipe-pour-le-pole-metropolitain-nimes-ales-1248593
  14. « [VIDEO] Alès : Max Roustan a lancé sa campagne pour les municipales 2020 », sur midilibre.fr (consulté le 2 mars 2021)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).